AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au bord de l'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Au bord de l'eau   Dim 29 Oct - 0:42

Presque pas un bruit, tout juste les quelques cliquetis des galets s'entrechoquant sous des pas, un son étouffé de loin par le courant de l'eau. Pas un souffle de vent, juste une étrange froideur qui s'élevait, les rares rayons de soleil gelés par la température de la rivière. La danseuse n'esquissait pas de pas en particulier, elle avançait simplement, finissant par trotter sur les galets, laissant virevolter derrière elle les lambeaux de sa jupe éventrée. Elle se pressa, rejoint la limite entre le sec et l'humide, là où quelques gouttes de cristal rencontraient les cailloux. Puis quelques pas sur cette limite, comme un funambule sur son fil, bras relevés, ondulant à peine, et elle s'arrêta, penchée en avant par-dessus la surface troublée de l'eau. Les murmures de sa voix étaient comme ses pas étouffés par le courant, mais elle semblait belle et bien parler, au-dessus des vagues argentées.

"Vilaine... Vilaine fille, tu veux me contrarier?"

Elle se redressa, levant vers le soleil son visage tâché de sang, lâchant un long soupire un peu comme une expiation, puis se laissa tomber doucement à genoux, sa peau rencontrant dans un frisson le contacte de quelques gouttes d'eau glacée. Elle se pencha une nouvelle fois, quelques mèches au blanc fantomatique venant trempée dans la rivière, donnant d'un effleurement de la main un vague coup dans le courant, troublant le reflet d'un visage doux, aux cheveux ensoleillés qui la regardait obstinément depuis l'eau. Mais ce visage, il n'y avait qu'elle seule qui le voyait. Ses traits semblables, pourtant tellement plus humains qu'elle. Un regard douloureux, blessé, des lèvres tremblantes de souffrances, rien à voir avec ce que l'on pouvait voir dans son indifférent regard de ténèbres.

"Tu m'ennuie, Carmen... Pourtant je suis là pour toi, non?"

Emergeant de ses yeux noires, une goutte couleur rubis perla sur sa joue et tomba dans l'eau, teintant de rouge un court instant le cristal de la rivière.

"Toujours pleurer, encore, pourquoi, jeune fille? Pas encore de mort aujourd'hui, non? J'ai été sage, comme tu l'as demandé. Il n'y a personne à pleurer."

Pourtant, dans le regard d'indifférence de Myst, une nouvelle larme se formait, mais elle la fit disparaître d'un revers de la main. L'image n'avait pas changé d'expression, mais ses lèvres tremblantes esquissaient des mots, répondant dans le chant de la rivière. "C'est toi que je pleure, Myst, toi qui refuse de..." Mais Myst, elle plongea sa main tâchée de larme dans l'eau pour faire taire les mots. Elle oubliait, cette vilaine Carmen, pourquoi elle l'avait créé n'est-ce pas? Myst remplissait bien son rôle, non? Grâce à elle, Carmen était protégée de ce vilain monde. Grâce à elle, elle survivait, elle n'avait pas été détruite. Si peu de reconnaissance, quelle vilaine fille, franchement.

"Silence, Carmen, tu m'ennuie. C'est pour ton bien, alors laisse-moi faire. Si tu m'empêche de te protéger, tu mourras et tu le sais. C'est pour ton bien, je t'aime, tu le sais aussi."

Oh oui, elle le savait. Dans l'eau, les cheveux ensoleillés pâlissaient, le regard douloureux se teintait d'un noir envahissant, les lèvres tremblantes s'apaisaient dans un simulacre de sourire rassurant. Myst sorti sa main de l'eau, laissant les gouttes d'argent se former au bout de ses doigts. Tout redevenait calme, si calme. Ah non! Il y avait un autre bruit, tout près...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 29 Oct - 16:07

Vincent trébucha à nouveau, et cette fois-ci il ne put empêcher l'un de ses genoux drapés de noir d'aller percuter le sol. L'Ombre laissa une grimace de douleur passer sur ses traits marmoréens, avant de soudain se rendre compte qu'il était encore près du centre du village. Donc près des humains.

Des voix, des pas. L'ancien interne lança un regard vif autour de lui, et en quelques infimes secondes il força ses membres engourdis à devenir transparents, pour ensuite parcourir d'un bond les cinq mètres qui le séparaient du pont couvert. Sans hésiter, il se coula dans l'espace obscur qui séparait l'édifice de la berge qu'il surmontait, et ce fut seulement là, dans le noir, qu'il s'autorisa à redevenir visible. Accroupi sur le sol gelé, il regarda passer les deux humains avec une haine perceptible. Ils avaient une telle confiance en eux, avec leurs ridicules petits pistolets passés à la ceinture... Vermines. Vincent sentait même depuis sa cachette l'insolente vie qui courait dans leur veines, cette énergie brute qui ne demandait qu'à devenir terreur pour le nourrir, lui... Il avait terriblement faim, et pourtant il ne pouvait prendre le risque de chasser dans son état.

Mary Malone l'avait eu. C'était aussi évident que frustrant. Il avait cru tenir la jeune femme, il avait réussi à faire osciller sa détermination, à tremper les lèvres dans ce nectar qu'était le désespoir d'une personne courageuse. Et au dernier moment, cette garce s'était reprise. La peur et la fatigue que Vincent absorbait sans vergogne s'étaient muées en une vague d'amour tout ce qu'il y avait de plus imprévisible... et destructrice. Cette saloperie de tendresse maternelle que Mary avait réussi à mobiliser avait anéanti en une fraction de seconde la quasi-totalité des forces du chef des Ombres, en lui laissant juste assez d'énergie pour se rendre intangible le temps de se tirer de cette mauvaise passe. Et à présent, il était obligé de se cacher comme un rat dans son trou, incapable d'attraper cette nourriture que son corps supplicié réclamait. Impuissant, il laissa passer les deux humains, en commençant tout doucement à s'inquiéter: il lui fallait une proie, et vite. Sans cela... il préférait ne pas extrapoler.

Puis il la vit.

On ne devient pas chef des Ombres sans une généreuse dose de paranoïa. Conscient de ce que son rôle avait d'enviable, Vincent avait toujours mis beaucoup de soin à ne jamais faire totalement confiance à ses subordonnés. Il gardait toujours en lui un infime soupçon, parfois tellement minuscule qu'il en devenait inconscient, mais qui lui avait déjà sauvé la mise de nombreuse fois. Le seul être à qui cette règle ne s'appliquait pas était Elhil, et il resterait le seul. Cependant, on ne peut pas non plus diriger une communauté lorsqu'on passe son temps à se défier de ses pairs, et cela Vincent l'avait également compris. C'est pourquoi il comptait tout de même quelques Ombres avec lesquelles il entretenait des rapports un peu plus sincères, et même si elles n'était pas plus nombreuses que les doigts d'une main, l'ancien interne savait que s'il le voulait, elles pouvaient former un poing pour lui. Ces quelques créatures comprenaient bien évidemment ses deux lieutenants, Rosélio et Meraziel, mais également les espions les plus anciens et les plus performants du manoir.

Dont Myst.

Le Français s'extirpa de sa cache en époussetant ses vêtements avec le plus grand soin, peu désireux d'affliger son apparence d'un autre détail nuisible - il était déjà assez excédé par le teint crayeux et les gouttelettes de sueur qui venaient entacher ses traits marmoréens. Aussi nonchalemment que possible, il longea la rivière de son pas silencieux, esquivant de son mieux les galets traîtres contre lesquels ses pieds fatigués allaient buter. Imperceptiblement, il s'éloigna des maisons grisâtres pour finir par prendre pied sur la plage, à cette lisière de la forêt qui n'appartenait plus aux créatures, mais pas encore aux humains. L'eau de crystal coulait mélancoliquement dans le lit mort, n'entraînant avec elle qu'un sable aussi pur et fin que dépourvu d'habitants. Comment cette rivière pouvait-elle rester aussi claire sans le moindre micro-organisme pour l'oxygéner? Peut-être parce qu'à Hollow Dream, des questions aussi triviales n'avaient pas lieu d'être.


"Ne te résoudras-tu jamais à trouver d'autres interlocuteurs que toi-même?"

Une question d'introduction, qui n'attendait pas vraiment de réponse. Vincent s'arrêta d'avancer et enfonça ses belles mains légèrement tremblantes au fin fond de ses poches, avant de dévisager avec une étrange douceur le visage teinté de larmes rouges qui lui faisait face. Il n'aimait pas demander de l'aide, mais vu les circonstances...

"Je ne te reproche rien: les mots ne sont que vanités. Autant les garder pour soi."

Sa vision déjà peu claire s'assombrit encore, et il se décida à s'asseoir. En fait, il se laissa choir sur les galets avec une lourdeur qui lui était normalement étrangère, en expirant longuement l'air brûlant qui paralysait ses poumons malades. Il essuya de son mieux la sueur qui troublait ses yeux noirs, avant d'adresser un sourire contrit à Myst:

"Je crois que j'ai besoin de toi, jolie danseuse."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 29 Oct - 16:37

Le bruit, oui, quelqu'un qui approchait, mais pas un humain, non. Quel humain oserait s'approcher de l'eau si froide, là où une créature rôdait, parlant toute seule? Non non, ce n'était pas un humain qui s'approchait. Myst laissa un petit sourire joyeux étirer ses lèvres avant de se retourner. Le chef, ici? Voilà bien la seule ombre avec laquelle elle n'oserait pas jouer, oh non! Elle l'aimait bien, il faisait fuir le chaos et aidait le désespoir à croître dans le coeur des humains. Oui, c'était pour ça qu'elle l'appréciait! Elle glissa se laissa glisser pour se retrouver assise, chassant d'un revers de la main les gouttelettes d'eau qui s'étaient également formée sur ses genoux. D'autres interlocuteurs? Oh non, les autres ne peuvent que rarement comprendre ce qu'elle comprenait, mais c'était bien là le lot commun à toutes les âmes un peu trop folles. Mais elle aimait bien cette folie, comme elle aimait bien le chef, ce qui aurait sans doute pu la faire sourire d'avantage, peut-être même rire?

Mais non, elle ne souriait plus. Pourquoi paraissait-il si faible tout à coup? Lui qui était normalement si fort? Quelque chose n'allait pas, c'était évident. Tremblant, de la sueur sur les tempes? Oh la la, le chef n'allait pas très bien. Peut-être était-ce ça qui faisait naître quelques plissement soucieux sur le front pourtant si lisse de la jolie danseuse. Ses mots, elle les gardait pour elle, comme ses maux. Mais ceux du chef? Non, Myst était curieuse, plus qu'elle pouvait être soucieuse. A quatre pattes, elle avança sur les galets, se rapprochant un peu de Vincent.


"Toujours, toujours là pour vous servir, non?"

A nouveau elle s'assit, rejetant derrière ses épaules les quelques mèches blanches dont les extrémités avaient trempé dans l'eau glaciale. Elle parlait avec une certaine nonchalance, comme si il fallait débattre de la pluie ou du beau temps, mais sa petite moue soucieuse trahissait facilement le fait qu'elle n'était pas si indifférente aux problèmes actuels.

"Pas bien du tout, n'est-ce pas? Quelque chose de déplaisant? Un accident? Una attaque? Besoin de peur, non? Quelque chose pour se nourrir et chasser cette méchante pâleur."

Non non, elle ne voulait pas se montrer trop curieuse et chassa ses interrogations d'un mouvement désabusé de la main, comme pour demander d'oublier son indiscrétion. Après tout, elle n'était pas en droit de poser ce genre de question au chef, n'est-ce pas? Et lui était en droit de ne dire que ce qu'il voulait sans qu'elle n'ait à se plaindre. Mais un phénomène était évident, i avait besoin d'un petit peu d'aide, comme il l'avait dit. Un besoin de regagner des forces, et Myst allait se faire un plaisir de s'y plier.

"Dois-je chercher une proie? Une jolie proie à terroriser pour vous nourrir? Il doit y en avoir pas très très loin d'ici."

Ses orbes noires coulèrent un regard de convoitise vers la rivière, remontant le courant, en direction approximative du lieu où, sur le pont couvert, deux hommes marchaient, croyant de manière fort illusoire que leurs seules armes à feu leur permettaient de ne rien craindre du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 29 Oct - 18:34

Une poupée. C'était le mot qui venait le plus facilement à l'esprit de Vincent lorsqu'il essayait de caractériser son interlocutrice. Mais attention, pas une poupée ordinaire. Non, plutôt l'une de ces charmantes et glaciales figures de porcelaine, emplies de secret et de fragilité. Fragilité qui n'était qu'un piège mortel en ce qui concernait Myst. Le Français avait déjà vu la petite danseuse à l'oeuvre, et il en avait presque plains ses victimes, ou ses "jouets" comme elles les appelait. Presque.

Vincent était facilement agacé par les langues trop bien pendues. Mais la douce folie qui régissait les mots de Myst lui plaisait bien assez pour qu'il la laissât s'exprimer. La suave musique délicatement insensée qu'étaient les paroles de l'Ombre berçaient agréablement son esprit malmené, et il se contenta de hocher la tête avec indulgence lorsqu'elle évoqua en une pluie de questions le fait qu'il n'était pas au mieux de sa forme. Effectivement, le pourquoi de l'état peu reluisant de son supérieur ne la regardait pas. Mais peut-être que Vincent lui ferait grâce de quelques explications lorsqu'il se serait sustenté: il n'appréciait pas le fait d'avoir besoin d'une autre personne, mais il n'était pas ingrat. Et puis, il aurait pu trouvé bien pire aide que celle de Myst.


"Dois-je chercher une proie? Une jolie proie à terroriser pour vous nourrir? Il doit y en avoir pas très très loin d'ici."

L'ancien anesthésiste nota l'étincelle gourmande qui s'était soudain allumée dans ces yeux noirs qui faisaient écho aux siens, et l'obscurité de ses propres prunelles en sembla approfondie tandis que son doux sourire se faisait carnassier. Mais c'est que cette délicieuse empoisonneuse commençait vraiment à lui donner faim... Il suivit le regard de Myst pour découvrir, ô surprise, que les deux cloportes qui l'avaient déjà ennuyé quelques secondes auparavant s'évertuaient à tourner autour du pont. Sans doute dans l'illusoire objectif de monter la garde. L'oeil de prédateur de Vincent les évalua rapidement: deux hommes, l'un d'environ vingt-cinq ans, l'autre plus âgé, sans doute plus expérimenté. Duo classique, Mary devait manquer d'inspiration. Difficile de dire lequel serait le plus savoureux: autant la viande se gâte avec l'âge, autant les angoisses peuvent se bonnifier comme du bon vin. Il faudrait goûter. Ce n'était pas l'aspect le moins intéressant d'une chasse.

"Si tu pouvais m'en rapporter un morceau, délicieuse Myst..."

Il se saisit de l'une des mains à la blancheur virginale et y déposa un léger baisemain, tout à fait conscient de l'image qu'il revêtait aux yeux de la belle Ombre - et pour être honnête, il ne trouvait pas déplaisante cette manière d'être regardé. Il n'était pas amoureux de Myst comme il l'était d'Elhil, bien évidemment, et jamais il n'aurait trahi la confiance du bel Indien. Mais il ne pouvait tout de même pas n'opposer que du mépris à l'admiration d'une aussi jolie créature que Myst, n'est-ce pas? Aurait-il été dans un état plus acceptable, il aurait même pu prendre le temps d'en être flatté. Mais dans l'instant, il avait faim. Tout simplement faim. Et en plus, il n'était pas mécontent de voir le cheptel de Mary diminuer de têtes supplémentaires.

"Fais attention: il sont deux..."

Le sourire gourmand du Français se raviva.

"... ça ne va pas être facile d'un ramener un sans l'abîmer."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 29 Oct - 19:16

Elle retrouvait son petit côté joueur, Myst. Oh oui! En rien elle ne détachait ses yeux des formes se mouvant au loin. S’il y avait bien une chose qu'elle aimait encore plus que de terroriser, c'était bien de jouer les araignées. Tisser sa jolie toile, danser sur les fils, attirer les innocents humains... Innocents? Oh non, ils ne l'étaient pas. Les innocents, ils ne portaient pas d'armes, n'est-ce pas? Rien que de penser à la manière de les attirer, son sourire s'agrandissait. Elle allait jouer un peu, et en plus rendre service, n'était-ce pas merveilleux? D'autant plus souriante suite au baisemain, après tout la galanterie est toujours agréable, Myst ramena ses genoux sous son menton, pensive. Sa tête s'inclina à peine, mais toujours elle regardait au loin.

Comment s'y prendre? Oh, elle avait le choix, jouer les âmes épleurées en appelant à l'aide... Faire quelques mouvements visibles pour attirer leur curiosité... Attaquer franchement et les inciter à la poursuivre? Il y avait tellement de possibilité, tellement que de toute manière, comment pourrait-elle échouer? Elle détourna enfin son attention du pont au loin, et reporta son regard sur son chef. Une pointe d'espièglerie plutôt enfantine fit son apparition sur ses traits et elle leva un indexe devant ses lèvres comme si elle allait confier un secret.


"Pas facile, pas facile... Mais encore moins impossible!"

Elle se releva à peine, très calmement. A cette distance, sans doute ne pouvaient-il même pas les voir, la rivière avec sa clarté avait aussi ses reflets traîtres. Mitigée pourtant, Myst eut une courte hésitation. Enfin non, ce n'était pas une hésitation, elle n'avait pas la moindre intention de ne pas s'attaquer à eux. Non en fait, elle ne savait pas encore tout à fait à laquelle des deux sentinelles elle devait s'en prendre exactement.

"L'un ou l'autre?... Hm... Difficile. Laissons choisir le destin! La proie vient toujours d'elle-même dans les griffes du prédateur."

Elle se dandina d'une jambe sur l'autre, coulant à nouveau un regard avide vers les deux silhouettes éloignées, puis finalement elle fit quelques pas, se rapprochant de la limite entre la plage et les premiers arbres décharnés de la forêt.

"J'en guide un jusqu'ici et la mort le prendra pas derrière? Il serait dommage que je fasse peur à la proie, ça pourrait gâcher son goût. Alors je ferais juste l'appât, d'accord?"

Petite mise au point, on ne part pas jouer sans avoir le moindre plan. Et de préférence, un plan qui limite les efforts du chef pour qu'il puisse au mieux se nourrir. Facile facile, mais encore fallait-il l’appliquer. Avant, mettre les choses au clair, ensuite passer à l’acte.

"Peut-être pourriez-vous attendre à l’abri des arbres, et je l’amènerais dos à vous, alors il sera facile ensuite de faire naître la terreur. "

Oui, c’était la méthode la plus simple, non ? Mais elle ne l’appliquerait pas, pas sans l’accord du chef, oh non. A lui de choisir, à lui de dire la manière selon laquelle il désirait reprendre des force, la manière selon laquelle il voulait faire naître l’horreur, se nourrir et détruire la vilaine proie humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 29 Oct - 22:21

La migraine de Vincent n'allait pas en s'améliorant, et c'est à regret qu'il dut renoncer à s'amuser de la conduite joueuse de Myst. Jolie poupée, jolie petite danseuse si charmante, si dangereuse. Elégante, raffinée, mortelle. Aux yeux du Français, l'Ombre parfaite. Les deux humains, ignorant du danger qui les guettait, avaient bien de la chance de trépasser par d'aussi belles mains que celles de ces deux fantômes - il suffisait d'imaginer ce que ce bourrin de Cold aurait fait à leur place...

L'ancien interne laissa Myst se lever, lui-même essayant de deviner au jugé quelle proie s'avérerait la plus savoureuse. Il était tenté par le plus jeune: en général, les étreintes-surprises les effrayaient davantage. Et puis, il marchait d'une manière imperceptiblement saccadée, qui trahissait son excès de nervosité. Il n'était pas à son aise, contrairement à son mentor, bien plus vigilant et calme. Un roublard. Moins indiqué. Quoique, l'angoisse de ce genre de mortel était d'autant plus délicieuse qu'elle était difficile à obtenir... Mais non: Vincent se sentait mal, il lui fallait une proie facile, incapable de résister pendant des heures à sa tactique de terreur. Myst avait raison: le plus nerveux serait le plus facile à dévorer, et ce serait également le plus prompt à se jeter à ses trousses lorsqu'elle les aurait provoqué. Le chef des Ombres approuva du chef le plan de sa grâcieuse espionne, avant de s'obliger à retrouver la station debout.

A peine était-il sur ses jambes qu'un marteau s'abattait entre ses yeux, et il dut se concentrer de toutes ses forces pour ne pas stupidement retomber sur les fesses. L'une de ses mains, cette fois vraiment tremblante, passa à nouveau sur son visage blâfard pour en ôter la sueur. Comment pouvait-il se sentir si mal, nom de Dieu?! Et que serait-il advenu de lui s'il n'avait pas croisé la route de Myst?... Cela, il préférait ne pas le savoir.

Vincent prit deux secondes pour différencier le haut du bas, avant d'esquisser quelques pas vers la lisière des bois. Un arbre au tronc particulièrement noueux lui servit d'appui pour se hisser sur le bas-côté, et il fit signe à la danseuse qu'elle pouvait entamer son bal de mort. Epuisé ou pas, il était toujours le chef des Ombres, et il ne comptait pas se faire envoyer au tapis si facilement. Surtout maintenant que son dîner allait lui tomber tout cuit dans le bec.


*J'espère que tu penseras à moi ce soir, Mary...*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 29 Oct - 23:17

Oui oui, le plan était prêt, il ne restait plus pour elle que d'aller entamer sa danse. Facile, non? Très facile même. Un joli piqué et voici qu'elle faisait un pas en direction de ses futures proies mais brutalement, se ravisa. Le chef n'allait pas bien, allait-il tomber? Un de ses bras commença à se tendre, comme pour le retenir, mais finalement elle n'acheva pas son geste. Sans doute prendrait-il mal ce mouvement si elle le faisait jusqu'au bout? Oh non, elle ne ferait rien qui puisse lui faire croire à tort qu'elle le considère comme faible. Faible il ne l'est pas, juste... Blessé? Voilà, c'était ça. Mais blessé par quoi?

Fini les questions, assez de temps perdu, il fallait trouver et amener la proie, et Myst ne voulait pas perdre de temps, non non. Le chef en avait besoin et vite! Elle laissa retomber son bras comme si de rien n'était et refit quelques pas le long de la frontière entre les premiers arbres et la page de galet... Quelques pas, non, elle trottait, joyeuse de se rendre utile, joyeuse d'aller piéger. Puis brusquement, elle bifurqua, s'enfilant entre les arbres décharnés. Non non, ils ne verraient pas qu'elle venait de la plage de galets, elle viendrait de la forêt! C'était plus simple ainsi, non?

Derrière un arbre, puis derrière un autre, et encore un, et ainsi de suite, vite, silencieuse, subtile, tout juste plus dérangeante qu'un simple courant d'air. Encore un arbre, elle s'arrêta. Dos contre le tronc, elle inclina la tête, baissa les paupières. Ils étaient là, tout près, le jeune et le vieux. Elle entendait leurs voix si bien, tellement qu'il lui semblait presque sentir leur souffle sur sa nuque. N'est-il pas merveilleux, ce sentiment grisant de la chasse? Une de ses mains remonta contre son propre ventre, comme pour sentir les profondes inspirations qu'elle prenait. Un amusant simulacre d'artiste qui chasse le trac et se prépare à entrer en scène.

Et voilà qu'elle y pose ses pas, sur cette scène, se révélant aux yeux des humains dans un élégant et aussi très théâtrale saut de chat. Puis elle leur fait face, ses grands yeux de ténèbres s'écarquillant de surprise simulée, puis de surprise, ses jolis traits prennent une expression effrayée. Pauvre Myst, ses jolis yeux larmoyants si représentatifs de cette terreur qui sera pourtant celle de celui qui osera la poursuivre. Ils sortent leurs armes, incertains, elle fait un pas léger en arrière, virevoltant sensiblement. Ne fallait-il pas une dernière preuve qu'elle n'était pas humaine? Voilà qui est fait...

Un pas de plus, elle se glisse derrière ce même arbre, au moment où les coups de feu retentissent. L'un d'eux envoi dans ses cheveux un éclat de bois qu'elle enlève, désabusée. Trois secondes... deux... une... Les coups cessent, c'est le moment! Elle s'élance entre les arbres, les humains beuglent, rustres qu'ils sont, l'un s'élance, inconscient qu'il est.


"C'est quoi ce truc?"
"Une Ombre... Attend!"
"Elle est seule et fuit, je vais me la faire, tu vas voir!"
"Non, n'y va..."


Si si, il y va. A peine un regard par-dessus son épaule, le plus jeune s'était élancé. Lent, tellement lent... Elle pourrait trop facilement le semer. Alors elle ralenti, s'arrête... Trois secondes... Deux... Une... Elle s'élance à nouveau et se glisse derrière un arbre, deux autres coups de feu retentissent. Elle court à nouveau, il suit si facilement. Elle ralenti, se retourne, affiche à la perfection l'expression de terreur de la bête traquée qu'elle n'est pas, et il y croit. Quelques mètres, si peu. Il est là le chef? Pas très loin, non. Voilà, à la frontière entre les arbres et la plage, prenant soin de passer du côté où Vincent n'était pas. Elle s'arrête brutalement, ses pieds envoyant quelques galets rouler plus loin. Elle se retourne, plaquant ses mains contre sa bouche, jouant les demoiselles piégées. Pas la forêt, l'humain s'y trouve, pas l'eau, elle est gelée. Le voilà qui arrive, un sourire mauvais aux lèvres, changeant le chargeur de son arme. Il la tient... Vraiment il la tient?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 5 Nov - 19:59

Le mortel courant d'air qu'était devenue la danseuse disparut hors de la vue de Vincent, qui s'aperçut alors qu'il y voyait beaucoup moins bien que d'habitude. Ses yeux d'obélisque, à l'éclat atténué par un sinistre voile laiteux, commençaient à avoir véritablement du mal à cerner son environnement, et il dut s'asseoir à nouveau pour ne pas encore empirer son état. Sa tête alla peser contre un bouleau tout proche, son visage incolore et sa chevelure aile de corbeau formant un étrange et délicat écho de l'écorce de l'arbre. Il laissa ses paupières retomber, et un imperceptible soupir franchit ses lèvres frémissantes. Il avait froid. Froid et sommeil. Plus ou moins inconsciemment, il essaya de rendre sa main droite intangible, et réalisa qu'il n'y parvenait pratiquement pas. Il était à bout, tout simplement à bout, et il avait la sensation grandissante que seule sa volonté l'empêchait de s'évanouir.

Quelque part au fin fond de sa mémoire, il connaissait ces symptômes, et n'aurait-il pas eu un orgueil trop imposant pour avouer une chose aussi triviale, il se serait rendu compte qu'il était tout bêtement... en état d'hypoglycémie. Les vertiges, la sueur, la baisse de la vision, la fatigue de plus en plus oppressante... et puis après... Vincent entrouvrit les paupières et laissa échapper un rire effroyablement cynique. Après, coma. Tomber dans le coma à Hollow Dream... il serait bien le premier à vivre une telle expérience. Mais après tout, y avait-il quelqu'un de mieux placé que lui pour mettre en pratique ce genre d'innovation?...

Il s'apprêtait à refermer les yeux, lorsqu'un subtil mouvement capta son attention. Ombre violette sur fond gris, petits pas légers qui foulaient les graviers sans même les culbuter. Et derrière la grâcieuse créature, une silhouette autrement plus balourde, haletant des nuages de vapeur dans l'air glacée de la plage. Une Ombre. Un humain. Armé.

Par tous les diables, Myst!

Vincent se retrouva instantanément à genoux, aussi hébété que furieux contre lui-même: son espionne acceptait de jouer au chat et à la souris pour lui amener une proie qu'il n'était pas fichu de remarquer. Il se sentait plutôt ridicule. Vincent haîssait se sentir ridicule. Très lentement, il replia sa main droite en un poing, en laissant juste son index et son majeur tendu. Le rictus de colère qui avait contracté son visage se teinta d'une convoitise on ne peut plus terrifiante: il avait toujours été fin anatomiste, et il a-do-rait mettre son savoir en pratique sur les mortels qui tombaient entre ses griffes.


"Alors, tu croyais nous fausser compagnie, petite peste? On ne t'a jamais dit qu'on ne voulais pas de vous dans notre vi..."

Un souffle, glacial comme un vent polaire. Un bras drapé de noir, élégant et implacable, brusquement noué autour du torse de l'humain, maintenant la gorge exposée de ses doigts fins. Et surtout, le membre intangible qui s'enfonce dans la chair, la brusque pointe de gel dans le bras droit, le froid qui engourdit tous les nerfs et force la main inerte à laisser tomber son arme. La surprise. Puis une voix, murmure caressant, venimeux.

"Hollow Dream a toujours été notre village..."

L'expression faussement apeurée de Myst laissa place à la gourmandise du prédateur, et l'étreinte de Vincent se resserra encore autour de ce corps débordant de vie... et déjà d'horreur. La vague d'angoisse émergea sans prévenir dans le coeur du jeune mortel, ensevelissant toutes ses capacités de défense sous ses étouffantes volutes. Vincent sentit la peur de l'humain jaillir dans ses propres veines, s'épendre dans tout son corps, et la sensation était si délectable qu'il faillit ne pas entendre les branches craquer dans son dos.

En un geste qu'il n'aurait pas pu effectuer une minute auparavant, l'ancien interne pivota sur lui-même, inversant sa position et celle de sa proie dans une pirouette qui n'avait pas beaucoup à envier à celles de Myst... et ce fut ce qui le sauva. Le coup de feu claqua, assourdissant, et Vincent fut projeté à terre par un choc terriblement glacé, le jeune homme par-dessus lui. L'humain laissa échapper un cri plaintif, et très vite le chef des fantômes dut se rendre à l'évidence: l'homme plus âgé avait suivi son imprudent apprenti, et il venait sans sourciller de tirer sur lui en espérant toucher son agresseur. Le liquide tiède que l'ancien anesthésiste sentait imbiber son gilet n'était autre que le sang de sa proie. Oh zut, un si beau gibier...

Minute. Si le jeune mortel saignait au niveau du dos... Vincent repoussa légèrement sa victime gémissante, pour constater avec un détachement embarassé que la balle avait traversé le malheureux de part en part. Et son prédateur avec. Oups...

Mais tout avait changé. Le Français avait goûté à la peur, il avait senti l'angoisse réanimer son corps meurtri, et ce n'était pas cette petite égratignure qui allait lui faire peur - il s'était pris un coup de griffe de Cold autrement plus glaçant que ce simple projectile. Et puis, il ne lui en fallait pas beaucoup pour guérir. Sa proie était encore vivante, même consciente: que demander de plus?... A part du temps. Vincent savait parfaitement quoi faire pour récupérer la totalité de ses forces et réparer ce méchant trou dans son flanc droit, mais pour cela il devait espérer que l'autre humain ne lui flanquerait une balle dans la tête avant qu'il ne soit de nouveau en état de se battre. Et la solution était évidente.


"Jolie danseuse, j'ai encore un peu besoin de toi: je suis sûr que tu as très envie de t'amuser avec notre tireur d'élite."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 5 Nov - 21:06

Quel merveilleux spectacle, n'est-ce pas? Myst ne pourrait jamais s'en lasser, c'était un fait. Oh oui, elle souriait, prédatrice. Mais la proie n'était pas pour elle, oh non. Dommage? Oui dommage, mais en même temps, le sacrifice en valait clairement la peine. C'était un fabuleux spectacle, ce corps humain qui ne peut lutter contre la terreur et la mort. Un beau spectacle qui failli bien lui ôter tout sens des réalités. Un craquement vint troubler de merveilleux moment qui donc osait venir troubler son petit plaisir? Les orbes noirs de la danseuse se relevèrent sensiblement, lorsque la forme de l'humain apparu, arme levée. Non! Sale humain qui avait tiré. D'instinct, Myst avait plongé, mais elle n'était pas la cible. Le chef!

Reprenant pied, s'élançant sur le côté pour rejoindre le couvert des arbres, Myst s'échappa de la ligne de tir, laissant clairement supposer son désir de fuir. Et l'homme plus âgé semblait d'ailleurs bien prompt à l'oublier. Après tout, n'avait-il pas une cible de tout premier choix? Quelle horreur, il avait tiré sur son propre compagnon, mais heureusement il était encore en vie. Il fallait le secourir, tué l'ombre sous lui. Mais non, il ne le pourrait pas. Contournant la scène, derrière les arbres décharnés, Myst avançait à nouveau, en toute légèreté, ses chaussons ne faisant qu'effleurer les galets. Elle avança, derrière l'homme trop soucieux de ne pas perdre sa cible.


Citation :
"Jolie danseuse, j'ai encore un peu besoin de toi: je suis sûr que tu as très envie de t'amuser avec notre tireur d'élite.

Oh oui, elle était d'accord d'avance, même si pour elle le jeu était moins important que le fait d'en venir en aide au chef. Carmen n’était pas d’accord, elle voulait fuir, se cacher, ne pas tuer, mais sa jolie voix fut bien vite étouffée, comme si elle n’avait fait que geindre une plainte futile. Inutile d'attendre une seconde de plus, Myst leva une main, la posa à la limite entre l'épaule et le cou du tireur.

Juste un délicat touché, un tendre partage de ses propres sentiments vécus. Une horreur, un désespoir profond, la certitude d'être piégé et de n'avoir plus que la mort à attendre, un froid grandissant qui envahissait tout, corps et âme. Voilà son oeuvre faite. Oh, pas mortel, pas encore. Juste un de ces petits plaisir pour mettre sa proie hors d'état de se défendre. Il était résistant, l'humain. Trop expérimenté pour s'effondrer, mais pas assez pour repousser ces émotions sinistres. Il ne bougeait plus, tenant le chef toujours en joue.

Souriante, la danseuse se rapprocha un peu plus de lui, se colla contre son dos, sa main suivant le bras immobilisé de l'homme pour lui prendre son arme tandis que son autre main caressait presque avec tendresse les cheveux du tireur tétanisé. Elle avait envie, tellement envie, il lui donnait faim, comme ça, à sa merci. Mais elle ne fit rien d'autre cependant, conservant sa main au contacte de la peau de l'attaquant devenu proie, lui imposant encore ce qu'il fallait pour qu'il ne puisse reprendre la maîtrise de son corps.

C'était cruel, n'est-ce pas? D'ailleurs elle sentait déjà bien l'affolement et la peur l'envahir, mais stop, ce ne serait peut-être pas pour elle. Transformé en simple poupée, un jouer manipulable, l'humain ne pouvait plus rien faire si ce n'est attendre la bonne volonté de ses agresseurs. Alors seulement, gardant l'arma à feu en main, Myst enlaça le tireur et reporta son regard pétillant de gourmandise sur l'humain ensanglanté avant de le dévier sur le chef.


"Intact ou blessé? Peut importe la force ne pourra qu'être offerte par ces gentils repas."

Oh, elle aurait bien relâché son emprise pour jouer un peu, mais avec le chef à terre et elle ignorant son état exact, Myst ne voulait pas prendre le risque de voir la situation mal tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 5 Nov - 22:37

Vive petite Myst, déjà disparue entre les arbres. Elle n'allait pas déguerpir, tout de même? Vincent se laissa aller à cette pensée, avant de froncer fugitivement les sourcils: il méritait une gifle pour penser une telle insanité! Bien sûr que la petite danseuse allait revenir, elle était tout simplement trop intelligente pour attaquer de fond un humain pourvu d'appuis aussi solides que ce tireur. Tireur qui d'ailleurs ne perdait pas le nord: lentement, très lentement, il s'approchait des deux êtres à terre, arme levée. Vincent ne put retenir une pointe d'admiration pour ce mortel, qui restait focalisé sur sa cible sans adresser le moindre regard réconfortant au jeune blessé. Regard qui les aurait perdu tous les deux. L'Ombre sourit, et l'humain se raidit encore plus derrière son viseur. Il n'était pas dépourvu d'attrait: grand, tempes prématurément grisonnantes, regard gris intelligent. Bel homme, qui portait dignement sa quarantaine d'années. Peut-être que face à une seule Ombre, il aurait pu sauver le jeune imprudent sur lequel il se devait de veiller. Peut-être.

Vincent sourit au mortel tandis que celui-ci ajustait son tir, trop conscient que quelque chose n'allait pas. Il jeta un vif coup d'oeil autour de lui avant de revenir au fantôme blessé et à sa proie qui haletait, ses yeux agrandis d'horreur. Mais nul humain ne peut voir venir une Ombre si celle-ci ne le veut pas, et le courageux gibier se retrouva bientôt pris dans l'étreinte empoisonnée de Myst. Le fusil tomba à terre, et Vincent sentit le jeune homme allongé sur lui hoqueter de terreur alors que les larmes se mettaient à couler sur ses joues. Il allait mourir, et il le savait.

Laissant l'autre à Myst, le chef des Ombres revint alors à ce jeune humain, dont la peur de trépasser refermait déjà la plaie qui barrait l'abdomen de son prédateur. La main gauche ôta d'une caresse presque tendre une mèche qui pendait dans les yeux du blessé, tandis que son autre membre infiltrait ses doigts intangibles dans la plaie. A tâtons, Vincent eut tôt fait de découvrir la provenance du sang qui inondait ses propres vêtements, et sa main se resserra sans heurt autour de l'artère déchirée. Le jeune homme se cambra sous la souffrance, mais les doigts glacés de l'Ombre eurent tôt fait d'anesthésier les tissus mis à mal par ce clampage peu orthodoxe. Vincent s'assit précautionneusement, un peu de sang noir suintant de sa propre blessure, pour attirer contre lui l'humain agonisant. Tout en fixant l'homme plus âgé de son regard anthracite, il laissa sa main gauche passer doucement dans la chevelure de sa proie, tout en lui murmurant avec ce qui aurait pu être de la douceur:


"Pauvre petit garçon, pauvre jeune idiot... Tu aurais dû écouter ton mentor. Jamais une Ombre ne fuit devant un humain. Si tu l'avais su, tu ne serais peut-être pas en train de mourir."

Vincent nota une soudaine crispation chez l'autre humain, mais une caresse empoisonnée de Myst eut tôt fait de le ramener à une attitude plus convenable. L'ancien interne baissa alors la tête pour que ses lèvres frôlent l'oreille de sa jeune victime, savourant chaque bouffée de peur que ce corps malmené accordait au sien. Il éprouvait presque de la reconnaissance envers ce petit mortel qui l'avait tiré de son état d'hébétude morbide, et ce fut avec une sincérité relative qu'il souffla:

"Ton ami a touché ton estomac en voulant te sauver. Si je n'endormais pas cette zone de ton ventre, tu aurais tellement mal que tu supplierais n'importe lequel de nous trois de t'achever. Tu vas mourir, mon jeune ami, et ce quoi qu'il arrive. Mais si tu te laisses aller, je peux faire en sorte que ça soit nettement moins pénible."

Ses lèvres frôlèrent le cou du jeune homme en un fugitif baiser qui arracha un énième gémissement à l'agonisant. Bien sûr qu'il ne voulait pas mourir, qui voudrait quitter le monde des vivants à son âge? Mais il était trop tard pour avoir des regrets, à présent. Tant pis. Il aurait mieux fait de ne pas se lever ce matin-là. Mieux, il aurait dû se casser une jambe la veille du jour où il avait décidé de tenter de remonter toute la rue en weeling pour épater ses copains. Cela lui aurait permi de trépasser sous un ciel plus accueillant que celui de la vallée du coma.

Bien sûr, Vincent mentait: la balle avait bien touché l'estomac, mais elle avait surtout égratigné l'aorte descendante. Si le fantôme avait relâché sa prise sur cette dernière, le jeune homme se serait vidé de son sang en une fugitive minute. Mais cette mort n'était pas assez terrifiante pour extirper toute l'angoisse de ce jeune coeur affolé...

Ah, doux nectar que l'horreur de la mort. Vincent s'en délectait avec bonheur, la peur de sa proie effaçant jusqu'à l'humiliation qu'il avait pu ressentir lorsque Mary l'avait repoussé. C'était un délice sans pareil, et lorsque le fantôme ferma les yeux pour mieux y goûter, l'humain fit de même à cause de la vie qui le fuyait. Vincent entendit un vague gémissement de l'homme plus âgé, puis un soupire de l'être qu'il tenait dans ses bras. Et la main ensanglantée de l'anesthésiste relâcha sa prise sur l'artère dans laquelle plus aucun sang ne giclait. Lentement, Vincent laissa le corps inerte retomber sur le côté. Puis il releva la tête, et son regard enfin pleinement ravivé sourit à Myst.


"C'était un charmant cadeau, petite danseuse. Je t'en remercie beaucoup."

Il se leva, et ses jambes encore un peu flageolantes ne mirent pas longtemps à accepter de le maintenir debout. Il soupira en découvrant l'état de son beau gilet noir (Elhil allait hurler s'il voyait son amant rentrer dans un tel état), avant de remettre vaguement sa coiffure en ordre et de demander en désignant le nouveau jouet de Myst:

"Alors, qu'allons-nous faire de celui-ci?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 5 Nov - 23:41

Le spectacle pouvait reprendre. C'en était si émouvant que Myst, enlaçant toujours sa proie, avait posé sa tête sur l'épaule de l'homme grisonnant, lui imposant à lui aussi le spectacle de la mort. Elle pouvait sentir, si bien sentir, la tristesse et le désespoir de cet homme perdant le jeune qu'il avait pourtant voulu protéger. C'est dur, n'est-ce pas, de ne pas pouvoir protéger quelqu'un d'autre quand on le voudrait?

Elle ne se gênait pas d'ailleurs pour le murmurer à l'oreille de sa proie, ravivant sa colère et sa frustration. Non, il ne pourrait pas l'aider, il ne pourra même pas sauver sa propre vie. Il aurait pu, si il était venu plus tôt, si il avait fait mouche sur elle quand elle avait été les provoquer, si il avait insisté pour être plus que deux à garder le pont. Hélas, ce n'était que des si, et aucun ne pourraient maintenant sauver le jeune homme qui mourrait sous ses yeux.

Cette simple pensée arracha un petit rire presqu'innocent à la danseuse, un rire tout juste audible pour l'homme qui laissait maintenant malgré lui échapper des larmes de désespoir. Oh, qu'elle était méchante, Myst! Mais elle adorait ça! Presqu'autant que de voir le chef plonger sa main dans le corps de sa proie. Elle-même dû se faire violence pour ne pas aller palper l'affolement du coeur de l'homme et, paradoxalement, sa main caressait toujours les cheveux du tireur comme pour l'apaiser. Il ne fallait pas trop non plus le laisser s'emporter par la colère, il risquerait d'essayer de briser les liens qu'elle lui avait imposés et ça ne lui plairait très certainement pas.

Une partie d'elle-même voulait pourtant le relâcher, criant au désespoir lorsque le corps inerte du jeune homme retomba sur les galets, mais elle s'empressa de chasser la larme rouge qui tentait de naître au coin d'un oeil. La plus mitigée des deux, c'était Carmen. Myst n'avait aucune hésitation sur les gestes à accomplir, Carmen sachant son appartenance aux ombres voulait satisfaire aussi le chef, mais une part d'humanité refusait la cruauté. Mais force est de constater qu'il n'y avait eu aucune cruauté...

La peur, la mort... Peu de souffrances physiques, finalement. C'était aussi ça qu'elle admirait chez le chef! Les lèvres entrouvertes dans un faible soupir d'admiration, elle écarta la tête de l'épaule de sa proie. Elle inclina simplement la tête en secouant négligemment sa main libre face aux remerciements de Vincent.

C'était son travail de toute manière, servir le chef! Pas de remerciement, c'était inutile. Mais en rien elle ne dévia son regard de Vincent quand il se releva, abandonnant définitivement le jeune homme dans sa mort. C'était vrai, que faire de celui qui restait? Gentiment elle reposa sa tête sur l'épaule du tireur, un peu comme une amoureuse enlacerait son amant.


"Que faire, que faire... Besoin peut-être d'un peu de forces supplémentaires? Il est tout à vous, chef. Un délicieux morceau de tristesse et de désespoir face à son impuissance. Vraiment délicieux!"

Délicieux, oui. Elle le sentait toujours, contre lui, percevant l'agitation de ses battements cardiaques à l'approche de Vincent. Oh, elle le voudrait bien, mais elle voulait encore plus faire plaisir au chef. Et puis pour le moment, elle n'avait pas expressément besoin de se nourrir alors que Vincent, lui, pouvait encore en avoir besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Lun 13 Nov - 0:26

Les mots de Myst mirent l'eau à la bouche de Vincent, qui passa rêveusement la langue sur ses lèvres argentées. Le jeune humain avait suffit à contenter son morbide manque d'énergie, mais l'ancien interne avait toujours faim, et son corps frémissait de gourmandise à la vue de cet homme courageux pourtant si près de la rupture... Il s'avança d'une démarche élégante, qui lui correspondait mille fois plus que les pas titubants qui étaient siens à peine quelques minutes auparavant. Lentement, il enjamba le corps sans vie de sa victime pour approcher le mentor de celle-ci, dévisageant d'un air inquisiteur cette figure altière encore marquée des larmes coupables qu'elle avait laissées echapper.

Oh oui, Myst avait raison: il était diablement appétissant, avec sa résistance désespérée pour dissimuler sous la rage et la rancoeur l'insondable détresse qui mordait son coeur. Vincent glissa une main dans sa nuque, et l'homme eut un sursaut d'indignation qui lui permit de se dégager un court instant de l'étreinte de la mortelle danseuse. Ses doigts allèrent saisir avec fureur le col de l'Ombre qui lui faisait face, son poing libre armant déjà un coup de poing vengeur... qui n'atteignit jamais son but. Les deux créatures avaient usé en même temps de leur atavique tristesse pour paralyser ce coeur bien trop téméraire, et il s'en fallut de peu que l'humain ne fonde en larmes sous cet assaut conjugué. Son bras droit retomba le long de son flanc, inerte.

Vincent secoua la tête d'un air indulgent, tout en détachant diplomatiquement la main vengeresse de son revers. Puis il approcha son visage de l'homme, si près que pour un peu il aurait pu l'embrasser. Mais ses lèvres ne formèrent qu'un sourire cruel, écho malsain de ce qu'il lisait dans le regard terni de sa proie. Si facile, cela aurait été si facile de voler la vie qui courait encore dans ce corps... L'Ombre laissa son envie filtrer à travers son regard, ses iris noirs devinrent étincelants de convoitise. Et l'humain craqua. Vincent sentit la vague d'horreur et de désespoir submerger les défenses de l'homme comme un raz-de-marée fracasse une digue, et la sinistre émotion se coula dans ses propres veines avec une telle force que l'ancien interne en eu légèrement le tourni. Lui, plus aucune conscience ne l'empêchait de jouir de sa cruauté, nul fragment du timide anesthésiste qu'il avait été ne subsistait en lui. Il n'y avait que le délice de cette énergie dérobée, de cette vie volée.

Et soudain, l'afflut s'arrêta. Surpris, Vincent rouvrit les yeux qu'il avait partiellement fermés, et il put constater qu'une nouvelle flamme brûlait dans le regard gris de sa victime, malgré les larmes, malgré sa mâchoire tremblante. L'Ombre considéra l'humain un court instant, avant de le lâcher et de faire un pas en arrière, un sourire faussement admiratif aux lèvres. Ainsi cette tête de mûle trouvait encore le moyen de résister... Très doucement, Vincent murmura:


"Douce Myst, il semblerait que notre ami ne veuille pas se laisser tuer gentiment. C'est son droit le plus strict, après tout."

Sans lâcher l'humain du regard, il glissa une pernicieuse malice dans son rictus, tout en enchaînant de sa voix suave:

"Je te laisse, ce que j'ai pris me suffira. Mais fais-moi plaisir, petite danseuse: amuse-toi sans le tuer. J'ai envie de le laisser rentrer chez Mary Malone pour lui expliquer tout le bien que je pense d'elle."

Les yeux de l'homme s'écarquillèrent d'horreur, et Vincent lui répondit d'un infime ricanement. Qu'est-ce qu'il croyait? Le chef des Ombres savait reconnaître quelqu'un qui n'a pas peur de mourir, et il ne voyait pas l'intérêt de tuer cet humain agréablement tenace. Bien au contraire. Il serait tellement plus jouissif de lui soutirer encore un peu d'énergie, avant de le laisser rentrer chez lui, cette sensation de vide dans le coeur et l'esprit envahi de culpabilité... Parfois, Vincent s'admirait presque.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Lun 13 Nov - 18:42

Pas de hurlement de désespoir? Pas d'effondrement? L'humain tenait bien, presque trop bien. C'était ennuyeux et amusant à la fois! Comment décrire cet étrange paradoxe d'émotions? Oh non, elle ne voulait pas laisser ce futile être lever la main sur le chef, mais elle n'avait pas eu besoin d'en venir elle-même à frapper. Non non, il renonça tout seul, se laissait pourtant dominer malgré sa promptitude à vouloir lutter. L'âge rendait décidément certaines personnes plus fortes, sans doute cette "sagesse" illusoire. Un mirage pourtant utile pour l'humain, dérangeant pour Myst. Enfin, ce n'était qu'un court, très court interlude. Il avait de la volonté, mais cela était de loin insuffisant pour repousser les assauts des Ombres. Jouer jouer, torturer et tuer. Oui, il allait devoir mourir, comme tant d'autre, comme celui qu'il avait été incapable de protéger, comme... Ah non? Non... Ennuyeux, le chef même recula. Oh, ce n'était pas le moins du monde un geste de crainte, mais ce mouvement laissait à supposer une baisse de cruauté et malgré elle, Myst laissa une petite moue de déception lui échapper. Elle restait encore et toujours derrière l'homme, se délectant des variables de ses humeurs, pourtant toutes toujours tournées vers un seul et même phénomène.

Voilà, le jeu commençait à devenir lassant, très lassant. Mais elle ne disait rien pour se plaindre, oh non! Elle n'était pas maîtresse de ce petit divertissement, elle n'était qu'une sage exécutante qui prenait un malin plaisir à se délecter du spectacle. Ses prunelles sombres oscillèrent très légèrement avant de se fixer pleinement sur le chef. Oh, il n'avait pas perdu de son amusement, au contraire. Alors pourquoi elle aurait dû s'ennuyer? Il devait y avoir autre chose à venir, une autre règle qui viendrait pimenter la partie. Mais ce n'était pas vraiment celle à laquelle elle aurait pu s'attendre. Le droit de ne pas se laisser tuer? Pourquoi pas, c'était légitime, oui. Autant que les ombres pouvaient prendre le droit de tuer. Tout n'était que justice, Hollow Dream ne faisait pas exception, elle ne faisait pas exception. Pourtant elle ne pourrait cette fois pas avoir le droit d'exprimer plus précisément cette légitimité.

Oh non, elle n'allait pas le laisser filer, cet humain. D'ailleurs, déjà la danseuse refaisait son étreinte. Ses bras fins entourèrent à nouveau l'homme par derrière, telle une amante, reposant ses mains autour de la taille de l'humain, son visage venant se poser sur l'épaule un peu tremblante. Elle fixait maintenant le chef. Mitigée, Myst? Non pas du tout. Il lui interdisait de tuer... C'était triste, mais pas si grave. Obéir passait toujours avant ses petits plaisirs. Et puis, elle avait toujours le droit de jouer, n'est-ce pas? Elle quitta donc son air de déception, de toute manière la partie n'était ni perdue, ni finie. Elle continuait, tout simplement, et elle pourrait en être cette fois la maîtresse, même si elle ne suivrait pas ses propres règles.


"Juste jouer, alors? Dommage, dommage... Et tant mieux! Il pourra emporter la peur un peu plus longtemps, décrire l'horreur à ses compagnons. D'accord!"

[i]Ses lèvres s'ourlèrent de ce petit sourire si commun à un enfant devant son sapin de noël. Un mélange de joie et d'innocence hélas perverties par le plissement presque agressif de ses yeux. Oh non, elle ne lui ferait rien de mortel, mais de là à dire qu'elle ne lui ferait pas de mal du tout... L'une de ses mains quitta l'étreinte pour donner une délicate caresse sur la joue de l'homme, achevant celle-ci d'un simple effleurement du bout des ongles. Elle murmurait tout juste, contre l'oreille du survivant, quelque chose d'inaudible, à peine saisissable, comme un gémissement. Mais il s'agissait bien de mots pourtant. Une accusation malsaine sur le ton confidence gentiment avouée. Lui, l'abandonné, celui que personne ne pourrait entendre crier, seul entre deux ombres, seul avec ses remords. Il ne lui restait plus que cette chose pour laquelle le chef était d'accord de le laisser vivre: un message. Oh, il pouvait se battre pour la vie, mais c'était perdu d'avance, non? Il se serait déjà réveillé dans le cas contraire. Pauvre pauvre humain. Avait-il de la famille? Sans doute. Les pauvres devaient souffrir de le voir étendu, de se savoir impuissants, de supporter ce qu'il était devenu. Un simple fardeau, un être incapable même de surveiller un pont. Mais elle compatissait à son désespoir. Ne lui faisait-elle pas partager la sienne également?

Il ne pouvait plus bouger, non non, gelé dans l'étreinte de la perverse Myst. Juste le silence, il ne pouvait pas tourner la tête pour la voir, mais elle, dans son dos, s'amusait beaucoup. Elle jouait des ongles, juste un peu. Oh, elle ne faisait pas mal, oh non. Parfois, les contours de sa main devenait plus incertains, et elle la plongeait dans les chairs, juste pour qu'il puisse sentir ce qu'elle faisait. Elle aurait tellement voulu resserrer sa main sur le coeur affolé, mais non, elle n'avait pas le droit. Maintenant son amusement était difficile, mais le flot de panique de l'homme lui permettait une certaine maîtrise. Que pouvait-elle faire pour jouer encore un peu? Elle n'avait en anatomie que les connaissances de son ancienne vie et celle de ce qu'elle avait appris à Hollow Dream. Mais c'tait assez, bien assez! Non, elle n'avait pas la possibilité de jouer avec les organes, trop dangereux. Mais elle pouvait sans autre abimer quelques muscles, non? Une main se posa simplement sur l'épaule où elle avait appuyé sa tête les instants précédents, puis juste les premières phalanges plongèrent sous la peau.
A peine quelques secondes, vraiment très peu. Assez cependant pour qu'un cri de douleur échappe à l'homme. Il n'y avait aucune trace, pourtant, mais cela viendrait plus tard. Un simple déchirement, il ne pourrait plus utiliser son fusil avant quelques temps. Devait-elle continuer? La pauvre ne pouvait même plus contrôler ses tremblements... Encore une fois sa main revint au contact de l'épaule, l'autre cette fois. Mais à peine ses doigts tangibles avaient touchés la peau que l'homme s'affala sur les galets.

Oups!

Un peu trop peur, il avait tourné de l'oeil. Mais il était toujours bien vivant. Dommage, le petit jeu allait devoir s'arrêter. Elle s'était assez bien amusée malgré tout! Son sourire s'était agrandit, involontairement peut-être. Ses yeux toujours plissés paraissaient rieur, mais n'avaient rien perdu de cette lueur si prompte à mettre mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Dim 3 Déc - 19:53

[Cest court, surtout après un retard pareil, mais je ne vois pas trop quoi faire pour relancer moi-même l'action... je me rattraperai. ^^"]



Un instant, Vincent avait douté: n'était-il pas un tantinet hypocrite d'abandonner ainsi le mortel à Myst sans autoriser celle-ci à le tuer? Certes, il se délectait par anticipation de la réaction de Mary lorsqu'elle verrait revenir l'un de ses meilleurs hommes en larmes, le cadavre de son imprudent protégé dans les bras, pour lui dire qu'ils avaient rencontré deux Ombres assez folles pour jouer avec eux sans leur laisser le moindre espoir d'en sortir indemnes. Vincent frémissait d'excitation, déçu de ne pas pouvoir assister à cet instant fantasmagorique où Mary comprendrait qui était l'être au regard d'obsidienne qui avait ordonné la destruction des deux hommes... et lorsqu'elle réaliserait que c'était sa faute si le chef des Ombres s'était retrouvé dans cette délicate position d'affamé.

Oui, il avait eu une excellente idée. Mais Myst en semblait contrariée. Oh, rien de bien méchant, mais elle était déçue de voir son jeu préféré interrompu avant la conclusion. Vincent comprenait, et malgré son égoîsme plutôt développé, il nota dans un coin de sa mémoire qu'il devait veiller à rembourser la petite danseuse pour son service. L'avantage et l'inconvénient d'avoir l'éternité pour soi, c'était que cela cristallisait les dettes jusqu'à ce que le créancier détermine la parfaite façon dont il voulait être dédommagé.

L'ancien interne en était là de ses pensées lorsque l'humain s'écroula avec un faible cri, le corps parcouru de spasmes. Vincent aurait pu juré que ses tempes déjà grisonnantes avaient blanchi, ce qui après tout n'avait rien d'impossible dans cette vallée de cauchemar. Il posa un regard indulgent sur la danseuse prise au dépourvu, avant de signifier d'un bref signe de la main que son petite excès n'était pas grave: si l'humain n'était pas capable de comprendre les noms de ses tortionnaires à son réveil, Myst aurait le droit de conclure son jeu et Vincent en serait quitte pour une signature moins spectaclaire, voilà tout.

Indifférent au fait qu'un cadavre et un corps presque mort gisaient à ses pieds, le chef des Ombres fit signe à Myst d'approcher, tandis qu'il allait posément s'asseoir sur la petite butte qui correspondait à la lisière de la forêt. Il voulait s'assurer que l'humain retournerait auprès des siens en toute connaissance de cause Et puis comme un mortel n'a pas forcément envie de bouger après un bon repas, l'ancien anesthésiste n'éprouvait nullement le besoin de rejoindre tout de suite le manoir. Pour l'instant, la saisissante sensation de cette énergie étrangère qui achevait de devenir sienne à l'intérieur de son corps maudit se passait de tout autre contentement. Autant passer un peu de temps avec la mortelle petite poupée qu'il ne côtoyait que trop rarement. Un sourire de sphinx passa sur les lèvres du Français, tandis qu'il demandait:


"En attendant que notre bel endormi ne revienne à lui, y a-t-il quelque chose qui te ferait plaisir en échange du précieux service que tu viens de m'accorder?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   Jeu 7 Déc - 21:29

[Tu appelle ça court?? oO]

Dangereux écart, sans doute devait-elle s'attendre à une punition? En toute logique elle n'avait pas suivi les ordres à la virgule près mais l'essentiel était là, aussi il n'y avait qu'une chose qui aurait pu réellement l'inquiéter: la déception du chef. Pour rien au monde elle n'aurait voulu décevoir le chef! Mais il fallait croire que son petit écart n'était pas si gênant. Son sourire déjà bien présent ne changea pas le moins du monde et, comme pour s'assurer du fait que l'homme était bien vivant, elle fit quelques pas pour le contourner, s'accroupi lentement vers le sol et toucha du bout des doigts la joue du pauvre humain.

Il était si froid, le pauvre! Mais une fois qu'ils seraient bien loin, la chaleur de ce ridicule espoir renaîtra, quand il aura pris conscience qu'il avait été épargné. Vraiment épargné? Oh pas tout à fait, le pauvre allait devoir maintenant assumer la mort d'un compagnon, et le fait que sans la bonne volonté du chef, il ne serait très certainement plus en vie pour ressentir des remords. Devait-elle le réveiller plus tôt? Quelques claques sur cette joue devenue si pâle pourraient peut-être suffire, non?

Mais non, visiblement il n'était pas nécessaire de secoué l'évanoui. Se relevant, Myst voulut encore peut-être jouer avec le corps endormi, pourquoi pas? Non non, assez fait de mal pour le moment. Et puis elle-même n'y avait-elle pas déjà beaucoup gagné? Elle délaissa alors l'humain devenu simple poupée aux yeux de la danseuse et suivant le geste du chef, s'approcha de lui, de son pas léger toujours si enjoué. Pas de remords, pas de regret, plus même de déception. Dans l'ensemble, le jeu n'avait-il pas été distrayant? Très même! Le seul regret était peut-être celui d'avoir dû l'abandonner aussi subitement. Mais le regret, c'était quelque chose qui en vérité ne touchait que très rarement la vilaine petite Myst.


"Rien, pas besoin de récompense. La satisfaction seule me suffit. Si vous êtes satisfait, je le suis aussi!"

Un peu simpliste comme réponse, mais c'était pourtant bien ainsi que la demoiselle était. Quel désir pouvait-on réellement ressentir quand on n'a plus d'espoir? Son seul but ne consistait plus qu'en une chose, servir au mieux les intérêts des siens, donc servir au mieux celui qui décidait des intérêts des Ombres. Qui mieux que le chef? Une vision très limitée, mais elle s'en contentait, puisque cela lui plaisait. Elle finit de rejoindre Vincent pour se laisser aller jusqu'au sol, agenouillée là où les galets étaient remplacés par le sol plus tendre de la forêt. Le sourire s'était un peu estompé, ses prunelles sombres étaient revenues se porter vers le corps étendu de leur victime.

"Dois-je tirer le corps plus près du pont? Pour que les... Humains puissent le retrouver plus vite?"

Seule autre pensées, encore et toujours faire au mieux pour simplifier les choses. Enfin c'était au chef de décider alors se détournant de l'homme, elle releva la tête vers Vincent, ses lèvres s'ourlant de cet habituel sourire innocent, hélas tellement gâcher par ses traits trop peu humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au bord de l'eau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au bord de l'eau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un certain bord de mer...
» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]
» A bord du Goeland
» Gare aux fromages géants au bord des routes suisses...
» Coucher de Soleil au bord de l'eau [Vanille et Canelle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 1-
Sauter vers: