AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chahîd [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Chahîd [Validé]   Mar 17 Avr - 21:57

Nom:
Mandelstam


Prénom:
Yoshe


Surnom:
Chahîd


Rang souhaité:
"chimère sauvage"
et quand il sera temps peut-être "Fédérateur du groupe Hypnos"


Age du coma:
41


Temps passé à Hollow Dream:
quelques heures en tant qu'humain
quelques mois comme chimère


Ancienne profession:
psychiatre


Loyaliste?:
séparatiste quand il était humain, il n'est pas loyaliste, il oeuvre pour lui-même.
Il a toujours détesté le pouvoir et n'a pas plus de respect pour Cold qu'il considère comme un usurpateur au même titre que Vincent et Mary.
Pour lui chaque chef de groupe est un obscurantiste.
Chahîd est une chimère de l'hiver, il ne craint pas les Bêtes qu'il considère comme des alliés, voir même des semblables.



Description physique:
chimère:




S'il est dans son état normal, c'est à dire à peu près calme il est assez semblable à ce qu'il était quand il ,était humain, toutefois sa transformation en chimère l'a rajeunit, comme un bain de jouvence, ses cheveux ont retrouvé leur noirceur initiale et ses yeux le bleu profond de sa jeunesse.
Il est de stature imposante et toujours emmitouflé de sa longue pelisse noire qui lui descend jusqu'aux chevilles. Ses mains sont démesurément longues et terminées par des griffes de taille respectables qui s'accroissent quand il est en colère, il en va de même de ses crocs et de ses os.
Depuis qu'il a chevauché une Bête, sa force s'est accrue et son corps en pleine crise de rage le rapproche d'une espèce de loup monstrueux, à la gueule allongée et osseuse, aux crocs saillants, sa pelisse lui enserrant le corps, ne faisant plus qu'un avec lui.
Sa particularité c'est qu'il a peu de chair et peu de sang quand il se transforme ses os croissent autour de lui comme autant de lames brandies contre l'ennemi.



humain:



Yoshe a le visage anguleux, taillé à la serpe, des yeux d’un bleu profond mais très claires, presque transparents ce qui lui donne un air énigmatique presque fantomatique, le teint pâle et cerné, les cheveux prématurément gris, il a une cicatrice qui lui barre la gorge dont on ignore l’origine.
L’homme tient sur un mètre 90 de corps massif portant encore les traces de multiples fractures.
Il est toujours vêtu de pantalons de gros lin gris, noirs, kaki ou sable, porte des chemises en flanelle de la même couleur, des pulls de laine dont le col monte toujours jusqu’au menton, lui couvrant souvent la bouche.
Il fait crisser une paire de bottes brunes et hautes aux semelles lourdes et crantées d’un cuir épais et lustré.
Si vous pouviez ouvrir son armoire vous y découvririez, infiniment répété, les mêmes tenues, et 4 paires de ces bottes du même modèle.
Une pelisse en fourrure noire comme le jais l’enveloppe de la tête aux pieds. Il ne la quitte que pour la déposer dans un coffre ferré afghan où il l’enferme à double tour lorsque la chaleur l’accable et lui ferait presque perdre conscience.
Il entretient un rapport très particulier avec cet objet dont le col large se ferme à l’aide d’un fermoir en argent à l’effigie d’une gueule de loup surmontée d’un ange brandissant une épée.

Description morale:
chimère

Chahîd est fou.
Illuminé.
Il n'a peur de rien, ni de personne, sans doute par inconscience, parce que sa colère l'aveugle et que ses projets le maintiennent dans cet état délirant.

Il a gardé une grande part de son intelligence contrairement à nombre de ses congénères.
Il se considère comme une sorte de messie, de chimère de nouvelle génération, persuadé qu'il pourra remonter le cours des rêves des humains ou des créatures pour pénétrer le monde réel des humains, de l'autre côté.
Et y faire un carnage.
Il ne comprend pas la haine que se vouent les deux races de créatures qui peuplent la Vallée.
Il a dans l'esprit que leurs chefs respectifs les manipulent pour maintenir un status quo pour garder le pouvoir et les asservir, lui veut les libérer et les unir contre les humains pour faire ripaille de l'autre côté, et se venger de ces effroyables arrogants qu'il juge responsables de tout.
Leur faire payer est son unique but, trouver une porte d'accès, voilà sa mission, celle dont il s'imagine investit, et il fera tout pour y parvenir.



quand il était humain:
Perfectionniste, dissimulateur, fétichiste, maniaque, cynique à ses heures, Yoshe dissimule une empathie excessive qui le fragilise. Il est très lunatique et ses humeurs changeantes hésitent entre de grandes phases d’exaltation et des périodes de mélancolie qui le rendent quasiment suicidaire. Pourtant il aime rire mais son humour noir est rarement apprécié, surtout quand il entre dans une phase mélancolique.
Son point faible : la colère qui, dans ses phases d’euphorie le déborde, le rendant à moitié fou.
C’est un esprit très curieux, affamé : toutes les sciences l'intéressent et les arts le passionnent.
Yoshe n’échappa à l’internement dans sa jeunesse, dont il n'est parvenu à faire oublier la raison que par une capacité redoutable à s’adapter à son interlocuteur, à deviner bien souvent les mécanismes de ses pensées et à retourner les situations à son avantage.
Son charisme l’a maintes fois sorti des situations inextricables où il s’était engagé.
Curieux et avide il passa des heures à étudier, le reste de son temps il le passa à jouer dans quelques tripots où il aimait s’enivrer, tricher et fréquenter la faune marginale des petits escrocs.
C’est un homme qu’on pourrait qualifier de pervers, parfois cruel, jamais méchant. Habité par ses démons, il était capable du pire, exalté, il donnait le meilleur de lui même.
Il avait quelques habitudes curieuses et des goûts pour le moins dérangeants.
Il cherchait par exemple la compagnie de femmes qu’on disait frigides et souffrant d'un profond déséquilibre, portées sur les stupéfiants, et qui ne parviennent au plaisir sexuel qu'en dérobant de la soie dont elles usaient seules ou avec leur partenaire.


Dernière édition par Chahîd le Sam 25 Avr - 1:07, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Mar 17 Avr - 21:58

Histoire de l'humain:
À la fin du XIX e siècle sous l'influence du sionisme politique les Mandelstam, famille ashkénaze originaire d’Ukraine, s’installent en Argentine pour fuir les pogroms russes.
En 1905, la branche maternelle s’installe à New York dans le quartier de Bringthon Beach qu’on nomme aussi « Little Odessa » pour sa forte concentration de russophones.
Ils y exercent, pour les plus conformistes qui tâchent de s’implanter, le métier de tailleur comme ils le pratiquaient en Ukraine.
Pour les autres, débrouillards mais insoumis, certaines déchirures ont défait le canevas qui aurait pu servir à leur intégration. Plus vorace et possédant une volonté farouche de parvenir mais aussi revancharde et cupide, habituée à vivre dans la clandestinité, et vite mêlée à la maffia russe – qui endosse quant à elle bien souvent une fausse identité juive (important ses coutumes et faisant de Bringthon son fief) - l’autre branche des Mandelstam se livre à des trafics en tout genre, souvent dangereux.

Little Odessa est un quartier replié sur lui-même où il n'existe quasiment aucune intervention de la force publique, un endroit du monde livré à lui-même, une sorte d'île où la solitude et l'égoïsme y sont les seules voies de survie efficaces.

Yoshe en sera l’enfant prodige conciliant l’esprit de conquête, la cupidité et l’insoumission des uns avec la sociabilité, la force de travail et la faculté d’adaptation des autres.

C’est donc en 1968, en pleine révolte sociale, qu’Alma Menahem, fille de riches bijoutiers, rencontre de façon tout à fait improbable, Isaac, dernier né de la branche gangréneuses des Mandelstam.



Alma Menahem



Isaac Mandelstam


De leur union naîtra, deux ans plus tard, le 22 décembre 1970, Yoshe.
Fils d’une mère excessivement réservée, cultivée et raffinée, héritière d’une lignée d’artistes et d’orfèvres ambitieux et d’un père aux allures de boxeur, malfrat irascible et brutal, dissimulateur, joueur mais grand amateur d’art.
Il est le premier né d’une fratrie composée de 4 frères et 3 sœurs.

Son enfance est apparemment sans histoire, c’est en tout cas ce qu’il laissera penser à ceux qui le côtoient. Elève brillant, il se distingue en mathématique et en grec sans fournit beaucoup d’effort alors qu’il passe les trois quart de son temps à fréquenter la mauvaise graine qui prolifère sur les pavés de Bringhton Beach. Il passe l’équivalent d’un BAC scientifique à 17 ans.
À ce moment, aucune vocation ne le sollicite : l'art, la littérature, la musique, la peinture l'attirent de manière égale. Il suit pendant deux ans les cours d'une École d’Arts Décoratifs. Sous l'influence de sa mère, et en pleine Perestroïka, il commence des études de droit.
Il a 19 ans.

Il s’en désintéresse au bout d’une année qu’il passe pourtant haut la main et à la fin de laquelle il s’expatrie, seul, pour entreprendre cette fois des études de médecine à Paris qu’il rêve de connaître et où s’est installé une partie de la diaspora familiale.
Nous sommes en 1990.

Il se spécialise rapidement en psychiatrie.
Un œil rivé sur le chaos du monde.

Fin 1992, il stoppe momentanément ses études pour participer à la guerre de Bosnie, il y passe une année où il apprend le serbo-croate, et le bosniaque, en pointillé, avec les réfugiés. Blessé à l'épaule droite, il est rapatrié.
Il s’enferme dans son appartement parisien, reprend le cours de ses études, s’acharne au travail, s’abreuve d’art pour noyer les images de guerre qui le persécutent, tente d’oublier sa désespérance mais n’y parvient pas. Chaque jour aggrave son état de rage et cette sensation désagréable de se sentir impuissant et à distance. Il devient insomniaque, rôde dans les bars et les tripots, comme une ombre, dépense des fortunes aux jeux, cherche la bastonnade, quotidiennement.
Il passe pourtant ses examens avec prestance.
Puis s’arrête net.
Il part une seconde fois.
Il a 24 ans.


Dernière édition par le Lun 6 Aoû - 19:19, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Mar 17 Avr - 21:59

Une année s’écoule dans le sang.

Il est à Srebrenica en 1995, quand l'armée des Serbes, commandée par Ratko Mladic, s'empare de l’enclave bosniaque encerclée depuis le début du conflit où se sont terrés des milliers de réfugiés. Les forces serbes et les milices paramilitaires y commettent un véritable massacre, éliminant tous les hommes capturés faisant plus de 8000 morts en trois jours, sous le regard impuissant de Yoshe qui lui aussi, possède dans sa chair, la mémoire collective des réfugiés.



Profondément marqué, il tentera de réparer ce qui est réparable, se faisant passer pour un psychiatre accrédité alors qu’il n’a pas encore achevé ses études, n’ayant pu combattre comme il le souhaitait.
Il note chaque jour les résultats de ses concertations avec les femmes mortifiées et les enfants perdus qu’il côtoie. Il commence à s’intéresser aux enfants soldats.

Il devient de plus en plus sombre, de plus en plus colérique.

Fasciné par la cruauté des récits qu’on lui conte, il décide de passer de l’autre coté, celui des bourreaux serbes en infiltrant « Les Tigres » des milices d’ Zeljko Raznatovic dit « Arkan » cherchant à comprendre les motivations de ces vulgaires pères de famille capables d’une véritable furie sanguinaire. Il ne doit d’être passé inaperçu, d’avoir même été un élément très apprécié par Arkan qu’à sa faculté hors du commun de se fondre dans les groupes qu’il choisit, à la capacité redoutable qu’il a de faire croire ce qu’il prétend être.

Il participe avec eux à une prise d’otages, longue, violente où il sait d’avance que chacun d’eux est condamné à mourir. Il noue pourtant d’étranges relations avec ses prisonniers. Mais ses capacités à faire parler les autres sont rapidement mises à contribution. On se méfie de la proximité qu’il commence à entretenir avec ceux qu’il est censé haïr.

Un jour, pour le mettre à l’épreuve, on lui demande de passer à tabac un jeune bosniaque de 17 ans après lui avoir soutiré des informations, avec qui il avait noué une relation plus forte qu’avec les autres prisonniers.
Tout dérape.
Quelque chose se passe mal.
Trou noir.


FE01- © Ferdi Limani.


Première crise de démence avérée.
Il disparaît de la circulation.

Pourtant, on dit l’avoir vu dans un hôpital de Mostar.

On ignore s’il a ou non répondu à l’ordre qu’on lui donna ce jour là.

On le retrouve à Paris début 1996.

Il y exerce illégalement le métier qu’il a rêvé de faire mais que les aléas de l’Histoire lui ont empêché de poursuivre. Il trafique ses papiers modifiant son age, crée de faux diplômes, pose sa plaque de psychiatre des hôpitaux de Paris, s’habille comme un homme du monde, s’affiche dans les cercles étriqués de la bourgeoisie intellectuelle qui font et défont les opinions, et ses traits, prématurément vieillis, comme sa chevelure grisonnante, confortent ses mensonges.

Nul ne soupçonne la supercherie.

Après son passage dans les milices serbes et le désastre qui l’a lié à jamais à ce jeune garçon qu’il aurait du ou qu’il a du battre à mort, il se consacre à l’étude du syndrome de Stockholm, traque chez ses patients les signes qui le relient à sa propre histoire.
Il sait, lui aussi, dans sa chair, que tout cela est bien plus qu’un simple fait divers d'otages et de ravisseurs. Que la relation affective qui s’établit entre le prisonnier et son geôlier est si intense qu’elle se rapproche des relations parent-enfant, maître-disciple, voyeur-exhibitionniste, sadisque-masochiste.
Comprendre ce qu’il est et ce qu’ils ont vécu.
Se souvenir de l’enfant-soldat, voilà ce qu’il cherche.
Analyser, traquer ces situations de dépendances mutuelles où la "victime" a besoin d'un "bourreau" pour exister et inversement.
Il y passe des mois, acharné, passant au crible sa mémoire traquant ce qu’il a vécu, débusquant dans celle de ses patients ce que la promiscuité, l'intensité et la gravité de la situation ont produit d’identification mutuelle, indépendamment de toute manipulation, de toute subjugation de la victime par son ravisseur.

Mettre sous le joug et séduire....
Il a 26 ans.
Et la Bosnie est la pointe d’acier qui lui transperce la colonne vertébrale.

Mafia, services secrets et corruption en tous genres, voici le cocktail qui régit les pouvoirs en ex-Yougoslavie que Yoshe n’a pas oublié. Dans ce panier de crabes, les parenthèses de "paix" sont mises à profit pour les règlements de comptes, quand pendant la guerre le nettoyage ethnique et la spoliation des biens des victimes réunit les bourreaux autour du même profit.
Et ce profit l’empêche de vivre.
Usant de ses relations louches et du réseau familial qui trafique avec l’Europe de l’Est,
il s’arme.



Le 10 avril 1997, restaurant italien de Belgrade.

Radovan Stojicic, dit "Badzda", pour les intimes, un très proche « ami » d'Arkan, qui s'est "illustré" comme commandant des escadrons de la mort serbes et particulièrement à Vukovar commande un plat de pâtes. Il est, surtout, le chef de la police et occupe la fonction de vice-ministre de l'intérieur serbe, et joue le rôle de "pont" entre le boucher Milosevic et l'exterminateur Arkan.
A sa gauche, un individu dont les descriptions concordent avec le portrait de Yoshe à cette époque, est assit à une table voisine. Il se lève soudainement et l’abat avec un pistolet muni de silencieux. A côté du cadavre, on trouve une mallette contenant 700 mille deutsche mark en liquide, rien d'extravagant, pour celui qui contrôlait le trafic de la drogue en ex-Yougoslavie et une grosse partie de la contrebande au Monténégro….

Yoshe traverse le Kosovo comme une ombre et les flots de réfugiés qui croisent sa route sont des lames de rasoirs qui lui lacèrent l’esprit.
Echapper à la malédiction des Balkans si profondément ancrée en lui voilà son unique espérance. Raison pour laquelle il fuit cette fois, espérant vainement échapper aux femmes et aux enfants cachés sous les bâches qui parsèment les routes.
Il disparaît.

On le retrouve au Maroc, quelques mois plus tard.
Il s’établit à Fez, se cloître dans un hôtel quelques temps comme il a coutume de le faire périodiquement puis entreprend des études sur le drapé arabe, il apprend la langue avec passion, reprend son activité de psychiatre.
La nuit, il noie ses souvenirs dans l’alcool, le jeu, les femmes.
Il publie sous le pseudonyme féminin Rachel Schifanoïa des écrits tous plus étranges et plus noirs les uns que les autres. Ses colères foudroyantes, devenues légendaires lui rendent la vie difficile. Il est souvent en première ligne quand une bagarre éclate et dégénère.
Pendant trois ans une véritable frénésie d’écriture s’empare de lui, il accumule les observations sur ses patients dont il fait le résumé chaque jour avec une grande pugnacité. Il produit le principal de ce qu’on pourrait appeler son œuvre psychiatrique.
Il explore le concept d' « automatisme mental » qui est alors son unique objet de recherche.
Obsédé par les délires passionnels il multiplie les traités et les articles les plus extravagants sous le nom de Wajdi al-Tīfāchī .
Le terme d'automatisme mental qui le préoccupe ne sera jamais accepté par tous les psychiatres pourtant, selon ses écrits:
« il réunit un ensemble de symptômes psychiques pathologiques, précis et cohérents, dont l'apparition chez un sujet, dévoile aussitôt la nature délirante de la maladie ».
Il saisit l'origine commune de tous ces symptômes, les réunit, les classe, en forme le syndrome du même nom, qui se traduit par « des troubles psychiques et sensoriels s'imposant à l'esprit du sujet de façon brutale et automatique. »

Sa nouvelle obsession s’axe sur le délire de persécution et les hallucinations.
Dont il est lui même la victime….

Il produit en parallèle des œuvres ethnographiques de manière maladive qui portent toutes sur le drapé arabe qu'il étudie, substitut qui parvient plus ou moins honorablement à lui faire oublier la guerre qui peuple ses cauchemars.
S’il étudie le costume arabe c’est pour en déceler les nuances de drapé selon les tribus, selon l'âge ou telle tendance religieuse ou ethnique. Il rapportera de ses voyages des milliers de clichés photographiques.



© Clerambault



Il fait chaque année, pendant un unique passage à Paris, une communication à la société d'ethnographie où il est apprécié, surtout par la gente féminine, n’y passant qu’un moment furtif, craignant qu’on ne lui pose trop de questions.
Il arrive toujours avec une valise contenant des petites poupées qu'il a habillées lui-même avec des drapés différents. Il illustre ses démonstrations sur un modèle vivant, on jase dans les coulisses des salons littéraires sur son goût certain pour les femmes racées qu'il drape des mêmes étoffes que ses poupées. Il attache une grande importance aux gestes qu'il faut exécuter pour mettre les vêtements, au bruit de l’étoffe sur la peau de ses modèles. S’irrite si par quelque maladresse elles ne savent pas porter ces drapés dont il les travestit. Le fait même de saisir une étoffe qu’il palpe est un art.

Il a désormais 30 ans.
Sous la soie, la Bosnie de sa pointe d’acier le transperce un peu plus ….

Il quitte Fez brusquement laissant ses valises dans une consigne et ne revient pas.

Samedi 15 janvier 2000, 17h05, Hôtel Intercontinental de Belgrade.

Le criminel et chef Zeljko Raznatovic, "Arkan", tombe sous une pluie de balles. A ses côtés, gisent les corps de son ami et associé Milenko Mandic et celui de Dragan Garic, l’un de ses gardes du corps.
Bien que la police serbe se soit retranchée dans le mutisme le plus absolu, on sait qu’Arkan a été touché mortellement à la tête par, au moins, une balle tirée d'une mitraillette de marque "Heckler & Koch".
Cette arme, particulièrement appréciée dans les Balkans, est notamment utilisée par "les unités antiterroristes" serbes ainsi que par les milices paramilitaires, comme celle des "Tigres" d'Arkan.

Qui se cache derrière les tueurs?

Comment ont-ils pu s'approcher si facilement d'un homme qui se savait menacé et l'abattre, presque à bout portant, au beau milieu de son fief ?

Du côté des autorités serbes, aucun détail sur des pistes possibles n’a été émis.
Et pourtant, en trois ans, beaucoup de monde s'est fait cribler de balles en marchant dans les couloirs pouvoir serbe que fréquentait encore Yoshe Mandelstam…




Direction les Philippines.
7 ans.

Paris reste sans nouvelle de lui pendant de longues années. Il ne publie rien. On ne sait ce qu’il fait de ces années d’exil. Certains même le croient mort.
Sa vue décline, il devient presque aveugle.

Début 2007, il se fait opérer de la cataracte à Paris.
Il retrouve une grande partie de sa vue mais pas la perception du relief. Il ne voit plus les courbes des drapés, cette seule manière qu’il avait de se détourner de la rugosité du monde lui est retirée. Cet handicap non seulement l’affecte mais le fait sombrer dans une grave dépression, il est presque moribond, erre dans les rues, boit, tâtonne, palpe toutes les peaux.

Il retourne à Little Odessa le jour de son anniversaire, il a 37 ans.

Il n’y reste que quelques mois. Il ne rend visite qu’à sa mère et à ses sœurs, qui ne le reconnaissent pas. N’ayant plus rien à faire parmi les sien, il décide une fois de plus de partir, mais cette fois, c’est son pays d’origine qu’il parcourt.

« Tu ne te conformeras point à ce monde qui t'entoure »

Il traverse plusieurs Etats et s’arrête finalement à Davenport dans l’Iowa, sans savoir ce qui le pousse à s’arrêter dans cet Etat sans art et sans charme… Il y passe pourtant beaucoup de temps. Sa vue recommence à baisser dangereusement.

Une nuit, alors qu’il traîne dans les bars, dépensant des fortunes aux tables de poker, il sent contre lui la présence d’une femme d’une grande beauté, portant une robe dont il sent, à défaut de voir, les plicatures lourdes semblable aux vierges d’un Van der Vayden. Subjugué par sa beauté qu’il devine, il la poursuit, de loin. Tout en elle lui laisse supposer qu’il a affaire à une aristocrate de cette Russie blanche disparue… s’il n’y avait cette affreuse odeur de rouge à lèvre bon marché qui l’entoure et trahit son métier… Il la hume, la traque, revient chaque nuit la frôler, écouter le crissement de sa robe autour de sa chair blonde, la détaille, apprend à la reconnaître au son de ses pas, au roulement de ses hanches sous l’étoffe soyeuse. De nuit en nuit il apprend chacun de ses mouvements. Il en vient à nourrir une jalousie maladive à l’encontre de ces hommes qui usent de sa chair, sentant chaque soir, après chaque heure où elle disparaît, une odeur de mâle nouvelle qui lui mange une part de celle qu’il a choisit.


Ce jeudi là, elle l’aborde, ce jour là c’est elle qui le choisit, ou c’est lui qu’importe, nous ne possédons pas les détails. Mais ce jour là est un jour particulier pour Yoshe.
« Mon âme a faim, d’une faim sans appétit, paye ton tribut ! »

Elle l’entraîne.

Il pénètre dans le réduit qui sert de chambre à cette femme qui se dit répondre au nom de Kalia et,
de désir, de possessivité, de désespoir peut-être, d’envie, par fatalité, pour accomplir un rituel macabre il croit la tuer avec le kriss qui ne le quitte plus depuis Manille.

« Nourris moi !»

Il la laisse pour morte dans sa chambre minuscule.
Il ne l’a pas touché.






Il n’a fait que l’effleurer.

Pendant les derniers mois qui précèdent son coma, Yoshe est en proie à une anxiété croissante, ses yeux désormais recouverts d’un voile noir le privent d’art et lui infligent la vision permanente de ce jeune homme et de cette femme qui viennent le hanter.
L'inaction lui devient insupportable.

Las de cette impuissance, il tente de se suicider le 8 décembre 2013 en se tirant une balle dans la tête.

On le retrouve allongé sur le sol,
devant son miroir,
les paupières lacérées par des griffes,
tenant enlacé une poupée de taille humaine, fabriquée par ses soins, sans visage, et drapée de soie sauvage
de couleur pourpre.
Sur le sein gauche deux lettres à l'encre noire:
K. A.


Dernière édition par Chahîd le Sam 25 Avr - 1:31, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Mar 17 Avr - 22:00

Style de combat quand il était humain:
Yoshe pratique le Kali philippin. Cet art de combat utilise un panel d’armes très large :
- sabres,
- épées courtes et longues,
- bâtons courts simples ou doubles,
- couteaux de différentes tailles,
- bâtons longs,
- lances,
- armes flexibles,
-armes de jets...
et un travail à mains nues très efficace, utilisant des frappes, des clés et des projections.

Yoshe y fut initié à Manille, se spécialisant ou étant choisit pour l’arme blanche et particulièrement doué pour le maniement du kriss.
Il possède un kriss qui n’a été forgé pour lui et qui appartient à la famille des « majapahit » : le tranchant de sa lame est flammé et les trois vagues qui le recourbent symbolisent le feu et l’ardeur de son propriétaire.
La lame est damasquinée, incrustée d’un filet d’argent, elle compte une centaine de couches de métaux forgés dans un alliage d’acier, de zinc et de titane, métaux qui proviennent d’une météorite tombée sur l’île de Java il y a longtemps.
Son manche courbé épouse parfaitement la main de Yoshe. Il est sculptée à l’effigie d’une tête de loup surmontée d’un ange armé (comme la broche qu’il porte sur sa pelisse) ce qui est peu ordinaire, habituellement c’est une tête d’homme qui est sculptée sur le manche des majapahit.
Son fourreau est en bois brut avec des fibres apparentes en teck jaune orné de trois pierres.
La fabrication de son kriss fut aussi longue qu’une naissance. Il y tient comme à la prunelle de ses yeux…
Des rites furent nécessaires pour qu’il soit forgé en union avec son futur maître et cela se fit dans le plus grand secret.
Yoshe, pourtant peu enclin à la superstition, considère son kriss comme un double de lui. Il baptisa le jour de son acquisition d’un nom secret comme une personne douée d’un « esprit », d’une « âme ». Son arme doit « manger » et « boire », il lui fait donc une offrande un jeudi sur cinq….
Le mystère reste complet quant à ce qui constitue l’offrande qu’il offre à son fidèle compagnon…
Nul autre que Yoshe ne doit sortir la lame du fourreau. Ce serait grand sacrilège et s’exposer sans doute à une crise de démence. Des histoires nous sont parvenues concernant l’étrange relation qu’il entretient avec son double. Certains ont prétendu que le kriss vibrait dans son fourreau lorsqu’un danger immédiat menaçait Yoshe, que certains mots le feraient même jaillir de son écrin sans son intervention, il aurait même choisit celle que Yoshe aima et qu’il tenta de tuer.
S’il devait un jour se séparer de son arme, il devrait le « tuer » avec l’aide d’un chamane qui lui retirerait son « âme » par des sortilèges, il redeviendrait alors un vulgaire objet.


Phobie(s):
Yoshe est agoraphobe et confronté à cette situation est sujet à des attaques de panique violentes qui se traduisent par un état anxieux aigu, brutal et imprévisible. D'une durée de quelques minutes, chaque crise s'exprime par une terreur soudaine qui entraîne un malaise intense. Entre chaque crise, il y a un intervalle libre durant lequel il va bien. Cette phobie trouve son origine dans l'histoire de Yoshe, et s’enracine dans un traumatisme dont personne ne connaît la source et qu’il tait soigneusement.
On ne lui connaît que cette peur, mais elle est de taille, et véritablement invalidante dès qu’il est dans une situation où il croit qu’il ne peut s’échapper.
Se terrer pendant des jours lui est préférable parfois que d’affronter cette terreur soudaine qui l’envahit et qui lui donne la sensation d’avoir le souffle coupé, d'étouffer, qui l’étourdit et lui donne la sensation de perdre pied, de tanguer sur un navire à la dérive, d’ être livré à un état d'instabilité constant, usant, avec l’impression de s'évanouir à chaque pas, les oreilles bourdonnantes, les yeux voilés de blanc et le cœur palpitant comme un animal traqué, tremblant, les muscles noués, douloureux, transpirant, et comme étranglé, nauséeux, le ventre martelé, dépersonnalisé, déréalisé, engourdit, piqué, suant puis frissonnant, et cette peur terrorisante de mourir, cette peur irrationnelle de devenir fou ou de commettre un acte irrémédiable, la peur de devenir dangereux.


Autres:
Il parle couramment plusieurs langues.


Comment avez-vous connu Hollow Dream ?:
en cherchant, avec quelques amis, un lieu où faire vivre nos chimères.
Sur Tourdejeu


Dernière édition par Chahîd le Sam 25 Avr - 1:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Saedroth
Chimère Renégate - date limite de consommation dépassée
avatar

Nombre de messages : 327
Temps passé à Hollow Dream : Euh... J'étais là à l'automne, d'autre questions?
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Mar 17 Avr - 22:53

Grandiose. Du style, du détail et de l'originalité à la pelle. Bienvenue parmi nous. Un détail cependant : les humains se caractérisent par une volonté de rentrer chez eux, un espoir, quelque chose qui les motive... Tu comptes devenir une créature à court ou moyen terme ou j'ai mal lu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Mar 17 Avr - 23:22

Heureux d'être parmi vous.
Il reste en moi quelque espoir encore sans doute, même s'il n'est pas frappant, mais malgré sa maigreur il est pourtant là. (Mais je doute qu'il tienne très longtemps...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Saedroth
Chimère Renégate - date limite de consommation dépassée
avatar

Nombre de messages : 327
Temps passé à Hollow Dream : Euh... J'étais là à l'automne, d'autre questions?
Date d'inscription : 10/09/2006

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Mar 17 Avr - 23:23

Encore un petit fond d'espoir, dis-tu? On va arranger ça... Devil . Fiche évidement validée (validation provisoire en vertu de mes maigres pouvoirs, mais qui sera plus que certainement entérinée par l'admin).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Mar 17 Avr - 23:27

parfois un simple rayon de soleil sur un morceau de verre suffit...
au plaisir de te rencontrer chimère.... Evil smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Mary Malone
Without a trace
avatar

Nombre de messages : 1749
Age : 33
Temps passé à Hollow Dream : 4 longues années...
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Mer 18 Avr - 21:57

Bienvenue Yoshe! Fiche validée comme l'a dit Saedroth! Bienvenue parmi nous! Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   Jeu 19 Avr - 12:43

Heureux de vous rejoindre Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chahîd [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chahîd [Validé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]
» Presentation : Caroline ambra [Validée by Vivi]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: LA PREFACE :: Présentations :: Chimères-
Sauter vers: