AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Jeu 1 Mai - 4:12

L'eau, goutte à goutte, creuse le roc.

C’était vrai pour la mémoire de Jordan et du reste des créatures de la vallée. La pluie, goute par goute avait troué sa mémoire, la laissant comme le pavé de la rue après un rude hiver. Parsemée de trous plus au moins gros, mais il y restait l’essentiel. Il se rappelait sa vie, sa mort, par contre, sa mort-vie restait floue et disparate. Razgun avait disparu dans l’esprit et le corps de Jordan. Mais il refaisait surface par fois. Lorsque Razgun réapparaissait dans son esprit, cela avait comme effet de produire sporadiquement des souvenirs qui refaisaient surfaces, il revoyait le manoir en feu avec le lot de cris et de sang qui vient avec, il revoyait la neige et les énormes monstres fait de sang et de glace. Mais après…mais après….seulement quelques brèves scènes où il se voyait en train de tuer une jeune fille à main nue pour la dévorer ensuite. Il trouvait cela étrange, cette vision était embrouillée comme si il s’agissait d’un rêve, comme si il la regardait à travers les yeux de quelqu’un d’autre. Et puis Jordan était indéniablement de nature violente et sadique toutefois, il restait de nature humaine et non bestiale comme Razgun. Il avait une sorte de morale, même si elle pouvait sembler assez tordue et élastique parfois.

Évidemment Razgun n’aurait pas aidé Soledad, soit il l’aurait laissé pour morte, soit il n’aurait pas pu résister à la tentation que représente une jeune femme en détresse et il aurait commencé à « joué » avec elle. Cependant, Jordan lui était différant. Il n’était pas du genre à aider les autres sauf si il croyait pouvoir en tiré des bénéfices personnels où si la personne à aidé lui inspirait une quelconque sympathie. Quelle chance pour Soledad, elle lui inspirait la sympathie sans qu’il ne sache pourquoi. En fait l’origine de ce sentiment venait du fait qu’elle l’avait aidé lorsqu’il était à l’état de choses poilu et griffu, il n’avait que quelques relents inconscients de cet évènement qui agissait tout de même sur ses actes.

Présentement, Jordan était à bout de souffle, ses poumons lui donnaient l’impression d’être en feu car, quand il respirait sa gorge lui brûlait. Ses jambes étaient molles comme du chiffon. Il avait froid, la pluie incessante le glaçait jusqu’aux os. Il avait fourni un effort maximal, ramené la jeune sud-américaine le plus vite que son corps lui permettait n’avait pas été chose facile, pourtant il avait réussit, et maintenant il ne restait plus qu’à la soigner avant qu’elle ne meurt (encore) suite à ses blessures. Il pouvait sentir le cœur de Soledad battre, et il n’état pas trop fort, elle avait perdu beaucoup de sang. Elle avait besoin de soins et il le savait. Il avait perdu tout espoir rendu à mi-chemin entre la bibliothèque et l’antre des bêtes.


- Aller ne lâche pas ! On y est presque !

*Si seulement c’était vrai…je me demande comment c’est de mourir la deuxième fois, enfin ce n’est pas vraiment le temps de penser à ça.*

Pendant un bref instant il voulu même l’abandonnée, il s’y résigna rapidement et reprit son trajet en redoublant d’effort car il venait d’apercevoir la bibliothèque, cela lui donna une poussé d’adrénaline. De plus, la petite voix qui lui disait d’aide Soledad était plus forte que sa lâcheté.

Après un moment qui paru une éternité, il y était finalement devant la porte de la bibliothèque. Il comprima tout le peu d'air qui lui restait dans les poumons pour crier.


- DE L’AIDE VITE DE L’AIDE UNE BLESSÉ, J’AI BESOIN D’UN MÉDECIN !
Revenir en haut Aller en bas
Rage
Furie d'Amour - adore les petits moustiques
avatar

Nombre de messages : 440
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus de deux ans
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Jeu 1 Mai - 12:07

C'était si calme... Pendant quelques instants, à moins qu'il ne s'agisse de minutes, elle se sentait bien, reposée, loin de ce cauchemar. Oui, c'était ça! Juste un horrible cauchemar. Juste un mauvais rêve. La bête lui avait bondi dessus. Mais il y avait eu pire, bien pire que la terreur et la douleur. Il y a eu... C'était quoi déjà? Impossible de se souvenir. Sans doute un mélange confus de sentiments dû à l'arrivée de la mort.

Etait-elle morte? Non, ce n'était qu'un cauchemar, un affreux cauchemar. Elle était tombée évanouie dans la neige. D'ailleurs elle en ressentait vaguement les effets, le froid qui efface ce sang chaud, qui gèle le corps. Sans doute devait-elle encore avoir un peu froid. peut-être les couvertures avaient-elles glissées?

Elle se voyait tellement bien à la bibliothèque, sagement blottie dans son lit de fortune, un bras passé autour d'Anthea. D'ailleurs elle l'entendait respirer, un peu paniquée peut-être? Elle aussi faisait-elle un cauchemar?
Non, ce n'était pas Anthea.

La douleur commença à revenir, le froid à se faire plus violent. Elle n'était pas dans son lit. Le souffle était plus grave, plus adulte, plus... Et cette voix? Ne pas lâcher, on y est presque... Oui, cette voix lui est familière. Non, pas comme celle de l'homme qui était venu la secourir, comme... Ah la la, ça semble plus vieux. Un peu comme... Pourquoi peinait-elle à se souvenir? Quelques bribes de sa mémoires épuisée par le manque de sang. Elle se rappelle des mots prononcés en espagnol, une prière peut-être? Une odeur de mort et de sang, l'odeur de quelqu'un de blessé. Difficile à dire c'est trop confus.

Voilà, tout est là. Non pas les souvenirs, juste le douloureux constat que la bête n'avait pas été un rêve. La douleur lui arracha un gémissement, elle ne devait plus sombrer dans l'inconscience, plus si près du but. Ses yeux se levèrent sur le visage flou de son sauveur. Quelle ironie! Elle qui avait sauvé tant de vie se voyait à présent dans le rôle de victime. C'était... Dérangeant, gênant, mais pas vraiment pour elle. Plutôt pour lui qui prenait tant de risques en l'aidant quand il aurait pu l'abandonner et fuir. Sans elle il aurait couru tellement plus vite! Sans elle il serait déjà à l'abri depuis longtemps. Elle n'était plus qu'un poids presque mort. Seulement elle ne voulait pas mourir et malgré le fait qu'elle lui avait dit de l'abandonner au moindre signe de menace, elle ne voulait pas qu'il l'abandonne.

Ses lèvres bougèrent, mais le son qui sorti était tellement faible qu'il n'avait probablement pas entendu son "merci". Elle avait encore tant de choses à faire! Il n'était de loin pas temps pour elle de mourir. Elle avait encore bien des promesses à tenir. Et quelque part, dans le monde des vivant, certaines personnes l'attendaient. Et dans celui d'Hollow Dream, une fillette attendait qu'elle lui trouve un moyen de rejoindre sa maman. Cet homme était bien plus qu'un sauveur finalement. Elle ne devait vraiment pas être facile à porter. Il devait être entraîner, non? Mais cette pensée aussi incongrue que mal placée s'évapora immédiatement.

Il faisait un peu moins froid, mais Soledad tremblait quand même. Elle ne sentait plus la pluie sur elle, étaient-ils à l'abri? Très certainement. Son regard troublé ne pu que constater que le ciel avait changé de couleur. non, ce n'était pas un ciel, c'était le plafond. Sa main se crispa sur le tissu du vêtement de... Elle ne connaissait même pas son nom. Ou peut-être si? Difficile à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Ven 2 Mai - 17:36

Comme toutes les fois ou Soledad sortait, Anthea errait en compagnie de Griffin, telle une ombre discrète, trouvant refuge dans les coins les plus isolés de la bibliothèque. La sud-américaine lui avait conseillé de se faire des amis parmi les survivants du refuge, mais elle n'y arrivait pas. Pourtant, elle faisait des efforts... Tout au moins, essayait-elle d'en faire. Mais les adultes n'avaient tous qu'une seule idée en tête, survivre encore et encore. Cela, la fillette le comprenait parfaitement bien, car c'était ce que Soledad et elle faisait ensemble... Mais les autres adultes du refuge n'avait pas de temps à consacrer à la fillette, ils étaient toujours occupé, toujours soucieux, toujours pressé... A tel point, que Anthea en regrettait presque l'absence d'enfant autre que elle-même... Presque, mais pas tout à fait... Car un autre enfant signifierait un nouveau centre d'intérêt, et potentiellement un danger pour l'amour sans concession que Soledad lui portait depuis qu'elle l'avait sauvé des griffes de l'hiver glacial qui avait subitement cédé le pas à une saison des pluie plus douce... Heureusement, Griffin l'aidait à tenir le coup en l'absence de sa maman d'adoption...

Lorsque quelqu'un cria à l'extérieur de la bibliothèque, Anthea fut brièvement saisi d'une crainte subite. Sol le lui avait dit, les monstres pouvaient venir jusqu'ici... Elle entendit alors un brouhaha de pas et de portes qui claque, et aperçut du coin de l'oeil que quelqu'un avait encore été blessé. La fillette resserra son étreinte sur Griffin comme pour se rassurer, et elle comprenait encore un peu plus pourquoi Soledad lui interdisait de sortir dehors en son absence. Toutefois, bien que peu désireuse de voir un blessé, elle ne pouvait lutter contre cette curiosité qui était inhérente à chaque enfant. Elle quitta alors lentement son coin, et prit la direction qu'avaient emprunté les quelques survivants qui avaient ouvert la porte d'entrée. Arrivée à l'embrasure de la porte de la salle ou le blessé avait été déposé, la fillette demeura immobile tout en tendant légèrement le cou afin de voir si elle connaissait le blessé en question. C'est alors qu'elle crut défaillir... Ses jambes subirent une faiblesse subite, et elle dut se laisser tomber contre le mùr afin de ne pas chuter. Sol, c'était Sol...

Son petit coeur faillit cesser de battre, avant de s'emballer vivement après que l'inquiétude et la peur se soient insinué au creux de ce dernier. Anthea étrangla Griffin afin de se donner du courage, puis elle s'elança d'un trait dans la pièce en s'écriant de sa petite voix douce :

"Sol !!!"

Arrivé auprès de celle-ci, la fillette sentit les larmes lui monter aux yeux... Non, pas Sol... Pas Elle... Cela n'était pas possible... L'état de la jeune femme l'impressionnait énormément, mais pourtant elle resta sur place à la regarder fixement. Elle renifla quelque peu afin de retenir ses larmes, puis elle s'agenouilla aurprès de sa protectrice fidèle. Après quelques secondes de flottement, Anthea déposa Griffin sur le côté et arracha un bout du maillot qu'elle portait sous son lourd pull en laine. Elle le roula en boule, et dans une hésitation certaine, elle tenta, tant bien que mal, de nettoyer le visage ensanglantée de Sol... Elle devait être forte, ne pas faillir même si elle n'aimait pas ce qu'elle faisait... Elle l'avait promis à Ingrid, elle prendrait soin de Soledad... Alors elle tiendrait parole. Mais malgré ses efforts, le bout de tissu se tâcha d'un océan de rouge et d'ocre, tout en ne nettoyant que partiellement le visage de sa nouvelle maman. La fillette avait envie de pleurer, de se jeter au cou de Soledad pour... Pour... Elle ne savait pas trop en fait, lui faire comprendre qu'elle était la, qu'elle devait aller mieux...

"Je vais prendre soin de toi Sol, ne t'en fais pas..."

dit-elle alors à la jeune femme, tout en essayant de se montrer des plus brave... Il fallait qu'elle le soit, pour elle... Ainsi, Sol verrait que la fillette était courageuse elle aussi. Tout en prenant maladroitement soin de Soledad, Anthea reporta enfin son attention sur l'homme qui l'avait ramené à la bibliothèque. Elle ne le connaissait pas, sans doute une nouveau...

"Il y a une femme qui s'appelle Mary, quelque part dans la bibliothèque, va la chercher, vite... Elle est docteur, elle soignera Sol..."


Anthea n'en doutait pas un seul instant... Mary était médecin, et un médecin aidait tout le monde, même si la fillette savait que entre les deux femmes ce n'était une entente des plus cordiale. Mais un médecin soignait tout le monde, même les gens qu'il n'aimait pas... C'était sa mère qui le lui avait dit, alors c'était sûrement vrai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Dim 4 Mai - 4:28

À vrai dire, il n’avait jamais aimé Mary. Il n’avait pas passé beaucoup de temps en sa compagnie et pourtant il ne l’aimait pas. Elle ne lui inspirait aucune confiance, surtout depuis l’épisode du médaillon, il voulait donc éviter de l’avoir dans les parages. C’est pour cette raison qu’il décida d’ignorer ce que cette petite fille disait, qu’il trouvait déjà agaçante, et de ne pas faire appel à la chef de la résistance. Car si il y avait bien quelque chose que Jordan n’aimait pas c’était bien les enfants, particulièrement les enfants qui ont la mauvaise habitude de parler. Leurs manies et leurs innocences lui tombaient sur les nerfs, comment faisaient-ils pour croire que le monde est tout beau et tout rose nanane ?

Revenons en aux faits, la patiente n’allait pas bien et son était empirait. Une chance pour elle, les contribuables américains avaient payé pour que Jordan reçoive sa formation en premiers soins lorsqu’il était dans l’armée. Il pouvait s’occuper sans problèmes de blessures moyennes ou mineures, des balles dans les yeux, des coupures pas trop profondes, des brûlures aux deuxièmes degrés etc. Cependant, ces fichus bêtes avaient le hobby d’infliger des blessures qui dépassaient largement le degré de compétences en soins de notre bon samaritain. Les crocs du monstre c’étaient enfoncé avec force et violence dans son torse pour y laisser une profonde plaie qui crachait le sang.

Il la déposa, sous le regard ébahit de la fillette, sur le lit de fortune le plus près qu’il trouva. Ensuite, pendant un instant, un immense trou noir c’était fait dans sa mémoire. Comment stabiliser une hémorragie ? Puis il se ressaisit, et réussit à vaincre son blanc de mémoire. Il se rappela ses cours sur des mannequins en plastics, que de mauvais souvenirs à se faire humilier. Ses mains tremblais, il l’avait déjà tenté de soigner des gens en bien plus mauvaise postures, mais à chaque fois c’était comme si c’était la première fois, il n’aimait pas l’idée d’avoir la vie de quelqu’un d’autre à s’occuper. Il ne s’y habituerait jamais vraiment.


* Aller pense et plus vite que ça sale résidu d’ordure. Tu me dégoûte, je ne te vomirais même pas dessus pour ne pas salir mon vomi. C’est ce que la Major Tom aurait dit. Quel vieux con sénile. Au moins, quand il me disait ça, mon stress passait, il se transformait en colère et je retrouvais la mémoire. Juste le fais de penser à lui, me choque, argh, ah voilà je me souviens, il suffit juste de mettre de la pression sur la blessure avec une compresse.*

C’est étonnant de constater que souvent on oublie les choses les plus simples. Il déchira le gilet de Soledad à l’aide de son clou fétiche qu’il avait toujours sur lui dans le but d’entrer en contact avec la blessure. Il avait désormais une meilleure vue sur la lésion et cela ne le réjouissais pas. Il réalisa qu’il avait mal évalué le degré de sévérité des dommages. Il avait besoin d’une compresse et vite, il prit un bout de tissus du vêtement de Soledad et l’appliqua avec une grande pression là où le sang coulait pour bloquer les vaisseaux sanguins. C’était une bonne solution temporaire l’hémorragie était momentanément suspendue mais tôt ou tard, le sang (ainsi que ça vie) recommencerait à fuir Soledad.

*Je dois faire vite, personne ne vient…il doit surement avoir un autre médecin capable de soigner cette genre de blessure autre que Mary. Ah ! Je hais cette situation, pourquoi moi ?! Pourquoi je l’aide au fait…merde pas le temps de penser à ça.*

-Hé, la petite arrête de la dévisager et vient mettre tout ton poids ici. Tu as dit que tu allais prendre soin d’elle et bien je te dis que la regarder comme ça ne lui fera pas tellement de bien.

Puis, après avoir donner cette remarque dit avec un ton des plus désagréable, il se leva et couru laissant ainsi Soledad et Anthea seule. Il avait en tête quelqu’un qui pourrait bien la remettre sur pied.
Revenir en haut Aller en bas
Rage
Furie d'Amour - adore les petits moustiques
avatar

Nombre de messages : 440
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus de deux ans
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Dim 4 Mai - 18:25

Soledad luttait difficilement pour rester lucide, du moins présente. Par instant, elle peinait à ouvrir les yeux. Ou peut-être était-ce sa vue qui s'assombrissait? Difficile. Déjà les sons lui semblaient étouffés, comme si elle se trouvait déjà loin, très loin de tout ce qui pouvait se passer par ici. Elle senti à peine le contact du lit de fortune sous elle. Sans doute avait-elle passé le cap de la douleur? Ou peut-être même était-elle déjà morte? Il lui avait semblé entendre une petite voix connue, ou un cri? Elle ne savait plus vraiment. Anthea paraissait tellement loin! Et proche en même temps.

Le contact du tissu sur son visage lui fit rouvrir les yeux, difficilement d'ailleurs. Non, elle n'était pas partie, elle était bien là, dans un état pitoyable, redevenant cruellement lucide. Non, Anthea ne devait pas la voir dans cet état. Quelle mère intérim pouvait-elle bien être, blessée, inefficace, pathétique face à celle qu'elle avait promis de protéger? Elle lui mettait les larmes aux yeux, et elle en avait terriblement honte. Sa main commença à peine à se soulever, en réponse aux paroles qu'elle saisissait enfin. Du bout des doigts, elle ne pu qu'effleurer le visage de la fillette avant que son bras ne retombe.
Mary... Soledad connaissait ses compétence, mais la perspective de se savoir entre les mains de celle en qui elle avait perdu toute confiance la motivait moyennement. Aurait-elle le choix? Elle n'était de toute manière pas en état d'émettre la moindre opposition. Elle ne réagit même pas en entendant le tissu recomposé de son vêtement se déchirer. Anthea se débâtait tellement pour être brave! Et ce pauvre homme qui avait risqué sa vie pour la ramener? Soledad ne pu que s'efforcer de sourire à la petite. Un sourire rassurant, apaisé, elle faisait en tout cas du mieux qu'elle pouvait.


"Ce n'est rien... ça fait peur mais ce n'est ri... AARGH!!"

Elle aurait presqu'été convaincante d'ailleurs, mais la lucidité avait un défaut cruel, le retour de la douleur. La pression de son sauveur la surprit, lui arrachant un cri de douleur assez inattendu. Elle baissa les yeux, constatant qu'il avait pris les devants pour avoir ne serait-ce qu'une idée clair de ce qu'elle avait. La bête ne l'avait pas râtée, d'ailleurs elle en venait à se demander comment elle pouvait encore être en vie.
L'effet de surprise passée, Soledad se contenta de serrer les dents. Là aussi, la douleur finirait par passer. Elle ne dit rien, l'inconnu faisait de son mieux pour l'aider. Et très franchement, elle n'aurait pas trouvé mieux que ce qu'il était en train de faire. Il n'y avait qu'une chose qui gênait Soledad: la présence d'Anthea. Une enfant ne devrait pas voir ce genre de chose, le sang, les blessures... Dans le monde réel, on lui aurait épargné ce genre de vision. Pourquoi diable n'y avait-il pas un seul adulte responsable pour la protéger? Les survivants souvent égoïstes commençaient vraiment à la dégoûter.

Les pas précipités du jeune homme pour aller chercher de l'aide la ramena à la réalité. Abandonner ne si petite fille pour maintenir une compresse était cruel, mais il n'avait vraisemblablement pas le choix. Pauvre Anthea... Soledad suivit des yeux le départ du jeune homme, constatant que sa vue restait bien trouble. Sans doute avait-elle perdu déjà trop de sang? Heureusement qu'elle n'avait pas de miroir, elle se serait faite peur. Elle tourna la tête vers la fillette, tâchant d'effacer la douleur qui déformait ses traits.


"Je suis désolée... Tu ne devrais pas voir ça."

Oui, mais elle n'avait pas le choix. La voix de Soledad semblait parfois perdre toute force, noyant quelques syllabes dans le silence. Mais maintenant, elle arrivait à rester consciente. C'était un bon début, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 5 Mai - 12:27

Tout en maintenant la compresse de fortune bien appuyée de toute ses forces, Anthea sourit à Soledad qui se voulait rassurante à son égard. Mais la fillette, contrairement aux apparences, n’était pas naïve… Elle voyait bien dans quel état déplorable était Sol, elle voyait bien la terrible souffrance qui se dissimulait derrière le masque du réconfort que la jeune femme tentait vainement d’afficher afin de rassurer la fillette, qui elle même ne pouvait dissimuler le torrent de larmes qui bordait son sombre regard dans l’attente de se déverser entièrement. Mais même si cela rendait son sourire crispé, Anthea ne cédait pas à l’appel de la tristesse, il fallait qu’elle reste brave pour Sol afin que cette dernière veuille rester avec elle. Lorsque la jeune femme lui signifia qu’elle ne devrais pas voir un telle spectacle de sang et de mort, Anthea lui répondit, tout en tentant vaillamment de prendre une voix calme et assurée :

‘’Ce n’est pas grave Sol… Je vais prendre soin de toi tu sais… Mary va te soigner, et ensuite je m’occuperais de toi comme tu t’es occupée de moi et de Griffin, ne t’en fais pas.’’

La fillette voulait croire en ses paroles, elle en avait besoin. Il était hors de question que Soledad meure, et la laisse toute seule avec Griffin aux milieu de tous ces gens à qui elle ne faisait pas confiance… Et puis il y avait sa promesse, et Anthea était une petite fille qui tenait toujours ses promesses, toujours… A force de regarder les séries américaines, Anthea avait appris tout plein de choses. Notamment, le fait que un blessé grave ne devait surtout ne jamais se laisser aller à s’endormir. Alors, prenant sur elle avec une extrême difficulté qui lui créa des trémolos dans la voix, elle tenta de distraire la jeune femme afin de lui faire quelque peu oublier son mal et son envie de sombrer à nouveau. Mais alors qu’elle s’apprêtait à lui parler, une larme s’échappa de son œil, incapable de se retenir en sachant le sujet qu’elle allait aborder….

‘’Parle moi Sol , dis-moi quel est le monstre qui t’a fait ça… Dis-le moi s’il te plaît, je veux savoir…’’

Brave, brave, brave petite Anthea, qui voulait ainsi montrer à sa maman chocolat qu’elle pouvait tout lui dire, qu’elle n’aurait pas peur… Tout au moins, qu’elle résisterait avec courage et bravoure à celle-ci. Intérieurement, la fillette s’en voulait de ne pas être capable de défendre Soledad… De ne pas être plus grande, plus forte, plus courageuse…Elle savait que si elle l’avait était, alors elle aurait pu aider sa protectrice contre ce vilain monstre qui avait oser lui faire tant de mal. Dans sa tristesse et sa peine, une colère sourde naissait au creux de l’esprit de Anthea. Oui, elle était en colère… Contre elle tout d’abord, car elle était vraiment trop faible, Et aussi contre ce monstre qui avait oser faire du mal à Sol. Ce monstre… Ce qui retenait avec de plus en plus de difficulté les larmes de la fillette, ce n’était pas tant son courage que sa colère envers cette chose cruelle qui avait osé s’en prendre à Soledad. Elle lui en voulait, oh oui… Et plus elle lui en voulait, et plus sa pression sur la plaie de Soledad s’affirmait. Elle ne s’en doutait pas un seul instant, mais Anthea était en train d’expérimenter le simple fait que la colère augmentait la force de son propriétaire…

‘’Tiens bon Sol…’’ lui dit-elle encore, avec cette fois-ci plusieurs traînées de humides sur les joues ‘’… Tu vas guérir, et ensuite on ira toutes les deux s’occuper de ce monstre, c’est promis… Cette fois-ci je ne te laisserais pas y aller toute seule, tu m’entends.. ?’’

Oui, cette fois-ci la fillette était décidé… Pas vraiment réaliste, mais décidé. La prochaine fois, elle accompagnerait Sol, et ainsi elle pourrait lui venir en aide pour se débarrasser de ce monstre si jamais ce dernier osait encore s’en prendre à elle. Puis, elle ajouta quelque chose de terrible, qui sans doute aurait rendu Soledad très triste, si elle en avait eu pleinement conscience…

‘’Quand tu sera guéri, tu m’apprendras à utiliser une arme Sol , d’accord.. ? Comme ça je pourrais te protéger moi aussi… A deux on sera plus forte, n’est-ce pas.. ?’’

Acheva-t-elle tristement, tant elle avait de plus en plus de mal à contenir toutes ces émotions négatives qui l’avait brutalement assailli lorsqu’elle s’était aperçu que le blessé était sa maman adoptive… Oui, elle apprendrait… Une pistolet, un arc… N’importe quoi, mais elle apprendrait afin de protéger Sol… Sa Sol…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Sam 17 Mai - 0:41

"Je suis médecin."

Très longtemps auparavant, au début de ses études, il s'était demandé ce que cette phrase pouvait avoir de magique dans les cas d'urgence. Pourquoi les gens semblaient systématiquement la croire, sans poser de question ni demander de preuve. Pourquoi ils s'écartaient sur le passage de celui qui la prononçait, pourquoi ils faisaient ce qu'il leur disait de faire.

Ces gens, tous ces gens dans la bibliothèque ne le connaissait pas. L'homme couvert de sang (mais intact) qui lui était presque rentré dedans à la sortie du bureau ne le connaissait pas. Et pourtant les premiers le laissaient passer, et pourtant le second le guidait. Même Mary semblait avoir mis ses réticences au placard, bien qu'elle le suive de si près qu'elle avait déjà accroché ses talons par deux fois.

Je suis médecin.

Mais quand Vincent parvint à la salle où on avait allongé le blessé - la en l'occurrence, il se dit soudain qu'il aurait mieux fait de choisir un autre plan de carrière.


*Oh merde...*

Pas de panique, mais un constat brutal et peu réjouissant: il y avait beaucoup trop de sang sur le plancher.

"Sortez de là. Tout le monde dehors!"

Et sous l'effet de l'incantation je-suis-médecin, les réfugiés mi-curieux mi-atterrés obéirent à cet inconnu qui en temps normal leur aurait paru inexistant. Seules deux personnes (en plus de Mary) demeurèrent présents. L'homme qui avait appelé à l'aide. Et une gamine. Penchée sur la jeune femme, ses yeux clairs emplis de larmes, ses petites mains pâles barbouillées de rouge tandis qu'elle essayait de contenir l'hémorragie avec toutes ses maigres forces. Quelques gouttes avaient éclaboussé sa peluche.

Vincent s'arracha à la contemplation de ce tableau macabre pour échanger un regard avec Mary Malone. Il était anesthésiste, c'est-à-dire un intellectuel plus doué pour les calculs et les dosages que pour la médecine de guerre. Elle lui avait dit être neurochirurgienne, ce qui sous-entendait une dextérité supérieure, mais un manque de pratique de l'urgence tout aussi flagrant. Et pourtant, le petit stage pratique organisé par la Vallée avait eu vite fait de les rendre experts en points de suture et improvisations en tout genre. Mary était compétente. Mais Vincent l'était aussi. Il savait qu'elle le savait. Et il savait également que vu l'étendu des dégâts, elle ne pourrait pas refuser son aide.


"Vas-y, vérifie qu'ils t'apportent bien le matériel. Je vais faire ce que je peux en attendant."

Vincent se doutait qu'elle n'apprécierait pas ce qui pouvait passer pour un ordre, mais c'était un fait: s'il se doutait que, comme ses anciens compagnons, les habitants de la bibliothèque devaient posséder une espèce de kit de premier secours (compresses improvisées, lames de rasoir, fil, aiguilles et gnôle mal distillée), il ne savait pas où ils le rangeaient, ni qui était censé courir le chercher en cas de catastrophe.

Il prit donc le risque de ne pas attendre l'assentiment de Mary et rejoignit vivement le lit improvisé où on avait allongé la blessée. Il s'agenouilla. La jeune femme avait la peau sombre, mais il était visible que la nuance en était devenue trop pâle. Vincent échangea un regard avec elle, un coup d'oeil calculateur qui cherchait à évaluer son degré de conscience. Il décida qu'elle avait l'air plutôt réveillée, mais il lui parlerait quand même, histoire de vérifier. Puis ses yeux glissèrent vers le bas pour évaluer tout aussi superficiellement la gravité de la blessure, bien visible grâce à celui qui avait déchiré le haut de la blessée.

Gravité de la blessure, tu parles... Vincent retint une grimace d'extrême justesse, en se demandant quelle créature avait pu faire autant de dégâts. On aurait presque dit les marques de crocs d'une gueule effroyable - mais aucune Chimère ne pouvait avoir des dents de cette taille...

L'ancien interne sentit une fugitive mais cuisante douleur au bras droit, qu'il prit pour une courbature dut à la fatigue et au stress. Il secoua brièvement le poignet concerné, tout en regardant enfin en face la petite fille. Une pointe d'agacement lui crispa les mâchoires: pourquoi personne n'avait pensé à l'emmener loin de cette horreur? Il s'obligea néanmoins à sourire, tandis qu'il ôtait délicatement la "compresse" à ces doigts qui n'auraient jamais dû avoir à toucher du sang:


"C'est bien, tu as fait du bon travail. Mais maintenant il faut que tu t'en ailles. Mary et moi on va bien s'occuper d'elle."

Il s'était efforcé de parler doucement et d'être convaincant en même temps, mais lui-même sentit bien qu'il était plus autoritaire que conciliant. Bah, tant pis si elle le prenait pour un méchant, l'important pour elle c'était qu'elle soit hors de la pièce avant que ça devienne insoutenable. Il maintint d'une main la boule de tissu saturée d'hémoglobine et glissa l'autre dans celle de la jeune femme, tout en se penchant vers elle:

"Vous m'entendez? Vous arrivez à serrer ma main?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Mary Malone
Without a trace
avatar

Nombre de messages : 1749
Age : 33
Temps passé à Hollow Dream : 4 longues années...
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Sam 17 Mai - 1:12

Mary suivait Vincent, effectivement sur ses talons. De un parce qu'il était hors de question qu'elle le laisse se carapater sans elle et sans surveillance, vu le danger potentiel qu'il représentait (même si son air pitoyable en venait à lui faire oublier quelle Ombe il était) et de deux parce qu'elleétait médecin aussi, ne lui en déplaise et qu'il y avait une urgence! Son sang n'avait fait qu'un tour alors que la décharge d'adrénaline familière lui avait donné un coup de fouet. Elle panique quelques très brèves secondes, avant de rprendre son calme tout aussi rapidement. Son coeur s'était mis à battre plus rapidement, pour reprendre un rythme normal après quelques respirations. C'était ainsi qu'elle gérai son stress, depuis toujours.

Vincent lança la phrase magique qui ouvrait toutes les portes et les faisaient passer pour des dieux parmi les mortels. Elle faillit trébucher dans Vincent alors qu'il s'arrêtait brutalement et lui lança un regard foudroyant... Avant de voir une personne allongée et le sang à terre...

Seigneur... Tout ce sang... Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu cela.

Vincent ordonna à tous les curieux de débarasser le plancher et ils s'égayèrent comme des pigeons à qui on met un coup de pied. Mary les regarda partir, avant de s'attarder sur un homme inconnu et sur une petite silhouette ensanglantée. Anthéa... C'était la petite protégée de Soledad... Son coeur se contracta alors que la bile lui montait aux lèvres. La forme allongée, c'était Soledad!!! Certes, elle était une farouche opposante de Mary, mais la voir dans un tel état l'affligeait. Elle se dirigea vers Anthea et parla d'une voix douce :

- "Anthea, es-tu blessée?"

Elle n'avait pas l'air, mais il fallait s'en assurer. Vincent évaluait la situation. L'homme inconnu semblait aller bien également. Il y avait deux médecins pour s'occuper de Soledad... pas des urgentistes certes, mais des médecins brillants et compétents... Mary atait neuro chirurgienne, les sutures, l'anatomie, ça la connaissait, de même que la minutie et la patience! Même si ce n'était pas sur le cerveau qu'elle allait devoir intervenir...

Elle lui jeta un coup d'oeil en biais alors qu'il lui donnait un ordre... Ou plutôt une directive? De collègue à collègue? Elle préférait le prendre ainsi.

- "Ne t'inquiète pas Anthea, nous allons tout faire pour la remettre sur pied..."

Elle lui offrit un bref sourire et se dirigea prestement vers la porte qu'elle ouvrit à la volée :

- "Il me faut du matériel!!! Amenez tout ce que vous pouvez trouver!!! Linges propres, eau, alcool, rasoirs, les trousses de secours! José, rassemble tout et amène le nous, je ne veux voir personne d'autre entrer dans la pièce que toi!"

Il acquiesça devant le ton autoritaire et fit suivre les ordres, alors que Mary refermait la porte et retournait près de Vincent. Elle s'agnouilla près de lui et remarqua les blessures... El frissona et porta machinalement la main à son doigt manquant... mais ce n'était pas une Chimère qui avait fait cela...

Une Bête...

- "Oh Soledad où as-tu été traîné tes guêtres..."

Vincent remarqua alors Anthea et la pria de déguerpir elle aussi, surement peu désireux d'avoir une gamine dans les pattes pendant qu'il bossait. Il essayait de juguler l'hémorragie. mary regarda Anthea, en apparence très calme, un calme irréel :

- "Anthea, il nous faut du matériel. Tu peux voir où en est José et lui dire de se presser? Ou même mieux, nous en ramener déjà un peu qu'on commence?"

Un moyen d'éloigner l'enfant? Oui, surement, mais de façon utile. Anthea n'était peut-être pas dupe, mais au moins, elle allait agir pour sauver sa Sol adoré en obéissant.

- "Maintenant Anthea."

Vincent était déjà en train d'évaluer l'état de conscience de Soledad... Il ne fallait surtout pas qu'elle s'enfonce dans le coma... L'ironie de cette pensée la frappa alors et un rire nerveux lui échappa.

- "Tu crois qu'un comateux dans la réalité peut devenir comateux ici aussi?"

Elle posa une main sur l'épaule de Soledad et reprit :

- "Soledad! Reste avec nous Sol. Pour Anthea..."

Pour la première fois depuis longtemps, Mary était désemparée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rage
Furie d'Amour - adore les petits moustiques
avatar

Nombre de messages : 440
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus de deux ans
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Sam 17 Mai - 13:22

[Si c'est pas beau, cette cavalerie qui débarque! ^^]

Elle se faisait honte, à avoir ainsi besoin qu'une fillette en soit réduite à retenir son sang entre des mains qui n'aurait jamais dû se salir de la sorte. Et Mary allait-elle soigner? Elle allait essayer, ça au moins elle en était sûre, pour autant qu'elle soit présente en ce moment. Mais réussirait-elle? Mieux valait ne pas penser à l'option mort. De toute manière, Soledad ne pouvait pas se le permettre. Elle n'osa rien répliquer. La promesse... C'était dans on songe, lorsqu'une autre personne était venue parler à Anthea sans que Sol n'en comprenne un traître mot. Juste une promesse de s'entraider quoiqu'il arrive, et la petite y mettait tant de bonne volonté qu'elle ne pu que sourire.
Et devait-elle lui dire que l'affreux machin qui lui avait fait ça appartenait à la catégorie des monstres que personne encore n'avait réussi à vaincre? Mieux valait éviter. Alors elle fit mine de réfléchir, ce qui était assez pitoyable vu son état.


"C'était... Je ne me souviens plus. Tout s'est passé trop vite."

Ouh le vilain mensonge! Mais elle ne pouvait pas dire ce genre de chose à Anthea, pas maintenant, pas en sachant que la petite serait bien assez culottée pour sortir toute seule armée de son Griffin pour crier à qui voudra bien l'entendre qu'elle allait mettre une raclée au grand méchant monstre. Elle lui en parlerait, mais plus tard, quand elle sera capable de s'occuper d'Anthea, de lui expliquer que ce genre d'accident arrive et qu'il valait mieux éviter de se jeter entre les pattes de la bête.
Elle était si fatiguée... Et si elle fermait les yeux quelques instants, juste assez pour reprendre un peu de forces? Juste un tout petit peu? Mais la voix d'Anthea l'empêchait de sombrer. C'était surtout les mot qui lui firent un instant écarquiller les yeux. Elle releva à peine une main, pour la poser sur celle d'Anthea, pour la fixer dans les yeux, ou du moins faire de son mieux pour la fixer.


"Non... Surtout pas. Tu ne dois pas avoir à te servir d'une arme."

Et pourtant se serait une sécurité supplémentaire, mais elle n'arrivait pas à se résoudre à lui apprendre ce genre de chose. Une arme était dangereuse, pour celui sur qui elle était utilisée autant que pour celui qui l'utilisait. Et si Anthea se blessait? Ou pire, si elle faisait une erreur et tuait quelqu'un? Comment vivre avec ce genre d'acte sur la conscience? Ce serait peut-être utile, mais pas maintenant.

"Je suis médecin."

Hallelujah!!
Encore qu'il fallait voir si ça serait utile. C'est fou de voir avec quelle efficacité un médecin peut débarrasser une pièce de toutes les personnes qui n'ont rien à y faire. Sa main quitta celle d'Anthea pour retomber sur le lit avec un vague soupire de soulagement, même si cette voix n'était pas celle de Mary. Mais heureusement Mary ne tarda pas à se faire entendre à son tour. Les ordres étaient dispensés avec tant de professionnalisme, ça la rendait nostalgique! Oh, quand elle le faisait, ça n'était pas pour essayer de sauver une andouille qui a été se jeter dans la gueule d'un grand truc plein de dent, mais plutôt pour sécuriser une zone. Au moins Mary avait la brillante idée de penser à Anthea, tout comme l'autre d'ailleurs, mais c'était déjà trop tard. Comment la petite pourrait-elle rester à l'écart à présent? C'était presqu'inconcevable, même si Soledad elle-même préférait cette idée. Aucun enfant ne doit être témoin de ce genre de chose, et encore moins sa petite Anthea. Elle tâcha de hocher la tête, au cas où Anthea émettrait une objection à la demande de Mary.

Soledad plissa les yeux, pour mieux discerner les traits de celui qui c'était penché sur elle. Tien, c'est bizarre, elle ne lui avait jamais parlé, mais ce visage n'était pas inconnu. Elle l'avait aperçu, et surtout on lui en avait parler. Elle retint de justesse un "nom de dieu" qui la fit se crisper. Mary ne serait pas assez stupide pour faire entrer une ombre dans la bibliothèque, il devait forcément y avoir une raison. Et même s'il n'y en avait pas eue, elle aurait fait quoi, hein? Refusé qu'il s'approche d'elle? Et puis si ça se trouvait, la perte de sang commençait à lui causer des hallucinations. Elle se contenta alors de serrer la main qui s'était glissée dans la sienne, mais hélas pas avec beaucoup de force. Au oins elle pouvait replier un peu les doigts.


"Je suis consciente, c'est bon."

Ah, ça, elle l'était. Assez maintenant pour ressentir le moindre geste comme si on lui plantait des lames dans le corps à travers la blessure. Et elle entendit parfaitement le rire nerveux de Mary. C'était si ignoble que ça alors?

"ça m'étonnerait pas, tout est possible dans cette fichue vallée."

Tant qu'à faire, autant prendre les choses avec un minimum d'humour, Elle finit par sentir quelque chose sur son épaule et tâcha de relever les yeux pour croiser ceux de Mary.

"J'ai pas l'intention de mourir pour le moment."

Non, bien sûr. Elle n'avait d'ailleurs pas eu l'intention non plus de sombrer dans le comas, aussi. Mais parfois on ne choisi pas tout. Et malgré la volonté qu'elle mettait dans ces misérables mot, la conviction manquait terriblement, et la voix aussi. Elle ferma les yeux, juste un instant, juste pour... Et les rouvrit, réalisant qu'elle risquait de sombrer encore. Le visage tâché de sang et de sueurs froides, elle essaya de faire un sourire un peu lamentable.

"Allez, ça peut pas être aussi moche que ça en a l'air."

Mouais, elle n'y croyait pas non plus en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Sam 17 Mai - 16:02

Soledad tentait, tant bien que mal vu son état des plus lamentablement misérable, de rassurer Anthea qui continuait de retenir courageusement ses larmes même si peu à peu, ces dernières débordaient de plus en plus de ses yeux rempli d’une incommensurable tristesse. Mais la fillette, en dépit de sa jeunesse et de son innocence, n’était pas dupe de la situation de Soledad. Elle allait mal, elle allait même très mal… Et plus elle se rendait compte de cette sinistre réalité, et plus Anthea mettait toutes ses force à compresser la blessure de la jeune femme. Soledad lui disait ne pas se souvenir du monstre qui l’avait mise dans cette état, mais cela ne faisait rien. Elle savait que cela lui reviendrait plus tard, lorsqu’elle irait mieux. Car pour Anthea le doute n’était même pas une éventualité. Mary allait venir et soigner Sol. Elle était docteur après tout, et les docteurs sauvaient les gens. Lorsque Sol lui exprima son refus de lui apprendre à se servir d’une arme, Anthea fut encore plus proche de la limite ou ses larmes exploseraient en un torrent incontrôlable. Il fallait pourtant qu’elle apprenne, elle voulait pouvoir protéger la jeune femme la prochaine fois, elle l’avait promis… Niant sciemment ce refus comme seul les enfants étaient capable de le faire, la fillette raffermit son appui sur la blessure sanglante qui avait peu à peu coloré ses petites mains délicates du liquide carmin de sa maman d’adoption.

C’est alors qu’une personne entra dans la pièce en s’écriant ‘’Je suis médecin.’’ Anthea ressentit un profond soulagement en entendant ces seuls mots, mais ce n’était pas la voix de Mary… Elle quitta alors brièvement Soledad des yeux, et porta son regard embué sur l’homme qui avait prononcé cette phrase. Une homme, que jamais encore elle n’avait vu à la bibliothèque. Anthea commença alors à s’inquiéter, mais cette inquiétude fut de courte durée car peu de temps après elle aperçut Mary qui pénétrait à son tour dans la pièce. Si Mary était la, alors tout irait bien, c’était sur… Elle revint alors sur Soledad, et lui dit dans un sourire brièvement restauré par l’espoir :

‘’Tout vas bien aller Sol, regardes… Mary est la et elle va te soigner…’’

Anthea pensait réellement ce qu’elle venait de déclarer à la jeune femme, ne doutant absolument pas d’une issue autre que le rétablissement de la sud-américaine. Même si ce fut avec un regret certain, la fillette se dégagea lentement de son emprise sur la blessure pour laisser la place à Vincent qui lui lui avait plus ou moins demandé. Elle s’écarta donc, mais sans toutefois s’éloigner de Sol. Lorsque Vincent lui dit de sortir de la pièce et de s’en aller, Anthea refusa catégoriquement d’abandonner Soledad et elle lui fit très clairement comprendre en secouant énergiquement la tête de gauche à droite en une réponse silencieuse des plus négative., tout en continuant à fixer le visage ensanglanté de la jeune femme qui peinait visiblement à rester consciente. A son tour, Mary tenta d’éloigner Anthea qui, une fois de plus, n’était pas dupe des intentions des deux adultes. Ils voulaient qu’elle s’en aille, car c’était toujours ce que faisaient les adultes lorsqu’ils ne voulaient pas qu’un enfant reste auprès d’eux. Mais à l’inverse de Vincent qui n’avait fait que ordonner un départ qu’elle avait catégoriquement refusé, Mary su trouver le bon argument pour convaincre la fillette. Oui, elle allait aider Sol, elle allait aller chercher ce qu’il fallait pour la soigner, et puis ensuite elle resterait à ses côtés, pour lui montrer qu’elle était la, et qu’elle l’attendait. D’un hochement de tête, Anthea accepta la mission de Mary…

‘’D’accord Mary, je vais y aller et revenir très vite…’’

Lui répondit-elle en lui jetant un regard tristement enfantin à faire fondre le plus froid des iceberg. Elle renifla, puis s’essuya rapidement les mains sur son pull gris qui devint alors macabrement lacéré de petites traces de doigts sanglantes. Anthea passa ensuite une main sur la joue de Soledad afin de tenter d’en nettoyer au mieux le sang qui s’y trouvait, même si le propre sang de ses mains ne faisait finalement que rajouter à ce qu’elle réussissait à enlever, puis elle déposa un doux bisou sur ladite joue qui se révéla cruellement froide tout en teintant quelque peu la bouche de la fillette d’un filet rougeoyant des plus sinistre…

‘’Je vais vite revenir Sol, ne t’en fais pas… Et Griffin reste avec toi tu sais, il est juste à côté…Ensuite, je resterais avec toi, toujours…’’

Dit-elle dans un murmure à Soledad, avant de prendre son courage à deux mains afin de se lever et que quitter la pièce à la recherche de José et du matériel nécessaire afin de soigner au mieux la sud-américaine. Ses petits pas pressé s’estompèrent peu à peu dans le couloir, et puis ils disparurent…

[Je reviens au prochain post avec de quoi soigner ma Sol, alors tâchez de la garder en vie jusque là, compris.. ?] puppy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Mer 28 Mai - 22:43

Merveilleuse adrénaline. Cinq minutes auparavant, Vincent était tellement épuisé qu'il se sentait prêt à tourner de l'oeil au moindre geste brusque. Et voilà qu'à présent, agenouillé dans le sang, son cerveau fonctionnant à toute allure pour envisager toutes les solutions possibles et sélectionner la meilleure, il se sentait frais comme un gardon. Il n'avait plus froid, son estomac vide avait enfin daigné se taire et ses vertiges se faisaient inexistants. A n'en pas douter, le retour de manivelle serait sévère, mais cela n'empêchait pas l'ancien interne de se complaire dans l'ivresse apportée par l'urgence.

Paradoxalement, le fait qu'il entame ses dernières réserves le rendait plus efficace qu'à l'accoutumée, un peu comme si son corps avait gardé ses meilleures capacités pour la fin. Sa main droite compressait l'un des plus gros points d'hémorragie. La gauche, après avoir testé la réactivité de la blessée (Soledad, apparemment), s'était décalée sur le poignet pour surveiller le pouls vacillant. Et pendant ce temps, son encéphale dopée trouvait le moyen de s'interroger sur la cause de toutes ces plaies, de répéter les gestes à accomplir lorsqu'on lui apporterait du matériel, et même... de plaisanter?...

Il doutait que qui que ce fût ait compris ce qui lui tirait ce petit sourire nerveux, pour la bonne et simple raison que c'était une vanne spécifique à l'hôpital et que c'était Mary qui en était la source: elle avait dit "il me faut du matériel". Il ME faut, pas "il nous faut". Et elle avait enchaîné en donnant à toutes les âmes présentes des instructions aussi justifiées que sans appel, alors que lui s'était agenouillé pour évaluer l'état de conscience de Sol. D'un accord tacite, les phrases de Vincent étaient devenues des suggestions, alors que celles de Mary étaient des ordres. Sans même s'en rendre compte, ils avaient tous les deux réagis selon les canons du vieux couple de la médecine: le chirurgien et l'anesthésiste.

Tant que tout se passe bien, c'est l'opération du chirurgien; si ça foire, c'est le patient de l'anesthésiste.

Détendu par ce constat pas aussi caricatural qu'on pourrait le penser, Vincent prit la balle au bond lorsque Mary essaya de faire un peu d'humour au sujet du coma. Soledad apporta son grain de sel. Encouragé, il renchérit sans réfléchir:


"Je crois même que j'ai failli expérimenter la chose, une fois - un comble pour moi, hein? J'étais seul du côté de la rivière, et j'étais hypoglycémique au dernier degré parce que..."

Lui qui faisait quatre choses à la fois depuis le début des opérations s'arrêta net. Son regard se fit vague, dangereusement égaré, tandis qu'il comprenait que c'était un souvenir, un vrai souvenir, qui s'était imposé à lui au milieu du noir qui engluait sa mémoire. Il y décelait la rivière, sa propre faim, une... une danseuse?... et même...

Vincent releva la tête et posa un regard tout neuf sur la fière jeune femme qui lui faisait face. Pour la première fois, il avait l'impression de la connaître. Il avait même la sensation qu'elle était liée à ce "parce que" qu'il avait laissé en suspend. Elle avait raison, son amnésie semblait se résoudre d'elle-même. C'était plutôt une bonne nouvelle, non?

Alors pourquoi ne ressentait-il que de la peur à l'idée de déjà connaître Mary, comme elle prétendait le connaître?

Non, non, c'était faut, pas que de la peur. Il y avait aussi...

De la... de la convoitise? Non, c'était plutôt... de la gourmandise...

Change de sujet. Vite.


"Mais non, je ne pense pas que ce soit possible."

Mensonge: à son avis, c'était tout à fait possible de sombrer das l'inconscience à Hollow Dream. Mais comme sans appareillage de réanimation le coma stade trois était une passerelle directe vers le trépas, il n'estima pas utile de dire la vérité.

Il retourna à son évaluation, la tête rentrée dans les épaules pour signaler qu'il ne désirait pas s'apesantir sur la question. D'ailleurs il décida de ne plus s'apesantir sur aucune question jusqu'au retour de José et de la gamine - belle manoeuvre d'écartement à mettre sur le compte de Mary, d'ailleurs. Mais cela ne suffirait pas. Vincent chercha le regard de l'inconnu qui avait donné l'alerte, et lui dit d'un ton ferme:


"Quand la fille reviendra, il faudra que vous l'obligiez à sortir dans le couloir, ou au moins à se détourner. Gentiment si vous le pouvez, de force s'il le faut."

Il réfléchit une seconde, puis se justifia:

"Si elle tient vraiment à cette jeune femme, elle ne doit pas voir ce que nous allons faire."

Tant pis s'il devait devenir un monstre aux yeux de tous. Mary, en tant que chef, devait préserver un capital sympathie auprès de ceux qu'elle dirigeait; lui n'était qu'un étranger dont tout le monde se foutait. Et il faudrait bien qu'à un moment où à un autre quelqu'un se décide à faire sortir Anthea: Vincent refusait de taillader la chair de Soledad avant de la recoudre avec les moyens du bord sous le nez de celle qui l'aimait visiblement comme sa propre mère.

"Et qu'est-ce qu'il s'est passé, bon sang?..."

Il quitta l'homme des yeux et examina les blessures les plus proches de lui. L'avant-bras était entaillé, dans la continuité du torse, comme si la jeune femme était tombée dans un piège à loup géant. Les plaies, profondes, saignaient énormément, surtout une au flanc droit, celle qu'il tentait vaillament d'éponger. Si c'était le foie...

Vincent s'obligea à taire cette éventualité. Mieux valait se dire que ce n'était pas le foie. Sinon, avec les moyens misérables qui étaient les leurs, tout le talent de Mary ne servirait à rien.

Il entendit la question de Sol, et parce que ne rien dire lui paraissait trop inquiétant, il préféra tenter de répondre en restant à la fois honnête et rassurant. Bonjour le défi.


"Vos blessures en elles-mêmes sont plus impressionnantes que graves; vous seriez mieux dans un vrai bloc opératoire, mais on pourra sans doute arranger ça. C'est juste que vous avez perdu beaucoup de sang."

Et que vous avez un avant-bras cassé en deux endroits, et peut-être un foie perforé, ce qui dans ces conditions serait synonyme de décès à court terme. Vincent échangea un regard encore un peu gêné avec Mary, puis il entreprit de défaire sa ceinture pour en faire un garrot sur le bras le plus touché.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Rage
Furie d'Amour - adore les petits moustiques
avatar

Nombre de messages : 440
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus de deux ans
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 17 Nov - 2:12

Soledad ignorait ce qui était le pire. La douleur, ou l'inquiétude qu'elle imposait à sa petite Anthéa? Elle détourna un instant les yeux, alors que les petites mains s'essuyaient sur le pull. Les arguments de Mary étaient plus efficaces, heureusement. La promesse de la fillette l'incita à se reporter sur elle. Elle lui semblait tellement flou, mais même avec sa vision devenue incertaine, elle percevait sans mal les larmes que la petite retenaient. Un sourire de plus, rassurant, contrôlant la douleur pour ne rien laisser paraître de ses propres craintes, c'est tout ce qu'elle pouvait faire alors que la fillette venait de déposer un bisou sur sa joue ensanglantée. Elle voulu relever une main, essuyer ce filet rougeâtre qui n'avait rien à faire sur des lèvres d'enfant, mais elle fut incapable d'achever son geste. Quelle frustration!

"Puisque Griffin reste, je n'ai rien à craindre. Tout se passera bien, ne t'inquiète pas."

Sa propre conviction la surprit. Anthea s'éloigna, et Soledad la regarda disparaître par-delà la porte. Alors seulement elle céda, ses traits se déformant sous la douleur. Et elle était si fatiguée... Si seulement le sommeil pouvait être réparateur, elle s'y laisserait plonger sans résister. Mais elle n'en avait pas le droit, pas dans ces circonstances, et surtout pas à cause de sa promesse à Anthea.

Elle tâcha de se reporter sur Vincent. Dire qu'elle était seule avec une ombre... C'était du grand n'importe quoi. Et pourtant il était capable de la sauver, alors... Mieux valait arrêter de se poser des questions. Elle avait eut l'impression qu'il avait eu une absence, quelques secondes. Soit il n'avait pas achevé sa phrase, soit Soledad avait déconnecté sans même s'en rendre compte.

En tous les cas, il répondait aussi à sa question. Plus impressionnantes que graves... Il y avait peu de doute sur le sujet, mais encore fallait-il quantifier la gravité. Parce qu'à ce stade, elle ne voyait déjà lus grand chose, peinait à clairement entendre ce qui l'entourait. Et ça, elle savait que c'était déjà une très très très mauvaise chose.


"Vous savez... J'ai souvent travaillé avec des ambulanciers. Si c'est catastrophique, je préférerai le savoir maintenant avant de ne plus vous entendre du tout."

La fatigue se ressentait jusque dans sa façon de parler. Chaque mot semblait plus difficile à articuler, plus compliqué à prononcé. Oui, elle avait perdu du sang, et devait être sur ses dernières réserves depuis un bon moment. C'était sans compter sur les possibles hémorragies internes. Elle n'arrivait quasiment plus à bouger son bras valide et l'autre, c'était devenu mission impossible. Elle senti quelque chose se resserré au-dessus de son coude. Un garrot. Au moins il essayait de lui venir en aide.

Mais une question hantait Soledad. Etait-ce utile d'utiliser du matériel de soin sur une personne qui ne s'en sortirait pas? Mieux valait oublier cette horrible question. Combien de fois avait-elle dû choisir entre qui devait vivre ou mourir? Dans des circonstances urgentes, c'était ainsi. Les plus susceptibles de survivre recevaient les premiers soins. Les autres... Soit ils étaient assez fort pour lutter contre la mort en attendant leur tour, soit quelques heures plus tard ils repartaient dans une ambulance sans sirène.

Pourquoi fallait-il que ces souvenirs glauques lui reviennent maintenant? Si elle était tombée sur quelqu'un dans son état, elle aurait tout fait pour l'aider, parce que c'était dans sa nature. Mais en sachant la personne perdue... Ne valait-il mieux pas économiser un matériel déjà incomplet pour des blessés qui eux pourraient survivre?

Non, elle n'avait pas le droit de penser à ça, pas avec une petite Anthea qui était partie chercher ce fameux matériel pour l'aider.


"Je sais... Que vous ferez de votre mieux, alors... Quoiqu'il puisse arriver, merci."

Et contrairement à ses paroles, elle n'avait pas la moindre intention de se laisser mourir. Elle se battait, et ce jusqu'au bout, pour survivre, pour Anthea, et pour d'autres personnes encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 17 Nov - 21:59

Faisant temporairement fi de son chagrin et de sa crainte inconsciemment inavouée de perdre Soledad, Anthéa courrait à travers les couloirs de la vieille bibliothèque comme une véritable petite furie. Elle bouscula, sans l'once d'un quelconque remord, tous ceux, hommes ou femmes, qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin. C'était qu'il ne fallait pas se mettre en travers de la route de la fillette, car assurément celle-ci serait bien en mesure de faire usage de se petits poings rageur afin de mater la moindre protestation à son égard. Pour sa maman d'adoption, Anthéa serait capable de tout, même d'aller chez les monstres si cela pouvait aider à la sauver.

La fillette chercha José dans tous le rez-de-chaussée puis, devant l'évidence de son absence à cet étage, la fillette cavala telle une petite persécutée en direction de l'escalier qui menait au premier, ou elle était certaine de retrouver le survivant qui, selon elle, mettait bien trop de temps à revenir. C'était sur, il se moquait bien de sa Sol, lui... Cet égoïste, qui devait certainement gémir comme une âme en peine sur sa malchance d'avoir été désigné pour ramener le maximum de matériel fin de soigner au mieux sa précieuse petite maman chocolat. Heureusement pour Soledad, Anthéa était la elle, et la fillette entendait bien, non seulement prendre le matériel de soins déjà trouvé par José afin de l'apporter au plus vite à cet inconnu qui allait s'occuper de remettre sa Sol sur pied, mais ensuite, s'occuper de celle-ci tout comme Soledad s'était occupée d'elle à son arrivée. Anthéa l'aiderait à se déplacer quand il le faudrait, en attendant qu'elle soit entièrement guérie... Elle lui apporterait ses repas afin qu'elle ne se fatigue pas plus que nécessaire, et plus important que toute autres choses, Anthéa resterait auprès d'elle afin de veiller à ce que Soledad guérisse bien... Et peu importe le temps que cela prendrait, la fillette la protègerait de tous ceux qui voudrait profiter de son état afin de lui faire du mal... Les adultes étaient parfois si méchant entre eux, encore plus que les enfants...

Une fois à l'étage, Anthéa se précipita dans toutes les chambres... Certaines étaient vides, d'autres non... mais peu lui importait de toute façon, et à ceux qui osaient lui dire le moindre mot d'insatisfaction, la fillette se contentait de répliquer en criant "Egoïste !", sans le moindre début d'explication pour expliquer sa colère qui ne laissait aucun doute sur l'état de son petit cœur paniqué qui battait méchamment la chamade... Et puis enfin, elle le trouva... Entrain de farfouiller dans une espèce de malle dissimulé dans un coin, avec à côté de lui un panier rempli de divers produits, bandages et autres compresse, sans oublier des instrument de fortune mais qui serait sans doute bien utile pour sauver Soledad. Anthéa se précipita sur le panier comme animal affamé sur sa proie sans défense, et elle reparti aussitôt dans les couloirs en s'écriant à l'encontre de José :

" Je vais apporter ça à Sol, dépêche toi d'en ramener encore plus, compris..?"
*
Lui intima-t-elle presque l'ordre, tant son ton avait été empreint d'un impérieux commandement bien étonnant chez la petite fille dévorée par l'inquiétude et la peur de ne pas revenir assez vite auprès de sa petite maman. Dans l'escalier la fillette se précipita tellement, que à un moment elle perdit brièvement l'équilibre, Elle parvint toutefois heureusement à se rétablir sur un genou qui lui fit monter un douloureux sentiment dans le corps, mais celui-ci n'était rien au regard de sa crainte de perdre à tout jamais sa Sol. C'est donc en boitant légèrement, que Anthéa fracassa presque la porte de la pièce ou l'on s'apprêtait à soigner la jeune femme véritablement mal en point, en s'écriant dans un soupçon de soulagement :

"Me voilà Sol, ne t'en fais pas... J'ai apporter de quoi te soigner, tu vas aller mieux !"

Ne prêtant plus attention à quiconque présent dans la pièce, Anthéa déposa rapidement le panier auprès de Vincent et se précipita à nouveau auprès de Soledad à qui elle prodigua une douce caresse de la main sur son visage empreint d'un tourment certain et encore souillé, en lui souriant avec un plaisir qui ne dissimulait pourtant en rien sa tristesse de voir la jeune femme dans cette état dramatique.

Mais même si les larmes étaient encore bien présente sur ses jours légèrement rebondit, Anthéa ne reculerait pas, elle resterait avec sa maman chocolat jusqu'à ce qu'elle soit sauvé, et ensuite elles 'occuperait bien d'elle... Courageuse, il fallait qu'elle montre à Sol qu'elle était une petite fille courageuse, afin que la jeune femme ne regrette pas de lui avoir donné son so grand amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 1 Déc - 5:45

Et voilà. Un cri, une urgence, une demande, et Mary s'était envolée en lui déléguant d'un regard meurtrier la lourde tâche de sauver Soledad. En voyant la meneuse quitter la pièce, même si Vincent n'avait aucune sympathie pour elle, il ne put s'empêcher de ressentir une vague de désespoir: non, elle ne pouvait pas le laisser seul avec une jeune femme aussi gravement blessée, pas alors qu'il fallait gérer la gosse, le reste du groupe... enfin, tout ce que lui-même n'était jamais parvenu à faire. L'ancien interne était un technicien, un intellectuel, pas un soignant attaché à l'humain; en six mois, il avait appris à recoudre les gens à la sauvage et à soigner des infections sans le moindre antibiotique, mais il maîtrisait toujours aussi peu les relations humaines - la manière dont il avait cherché à écarter Anthea en était un bel exemple.

Vincent en était encore à se demander comment il allait se débrouiller tout seul lorsque Soledad lui adressa la parole. Le ton était incertain et la voix vacillante, mais le message était clair: elle voulait savoir. L'anesthésiste retint un soupir consterné en constatant que ses pires craintes se confirmaient: il n'allait pas pouvoir se contenter d'agir, il allait devoir communiquer. Et Dieu sait que c'était une mauvaise occasion pour s'exercer.


"D'accord: avec les moyens dont nous disposons, ce ne sera pas facile. Je vais faire tout ce que je peux, et cela vaut encore la peine que vous vous accrochiez, mais je... je ne peux rien vous garantir."

Traduction: faudrait voir à mettre vos affaires en ordre, parce que vous avez plus de chances d'y rester que d'en sortir. Mal à l'aise, Vincent rectifia sa position (opérer à genoux n'était vraiment pas chose facile) et se saisit d'un nouveau drap pour le rouler en boule et le plaquer sur le ventre lacéré de la sud américaine. Alors elle lui parla à nouveau, encore plus faiblement qu'auparavant, au point qu'il dut se pencher vers son visage pour comprendre ce qu'elle disait. Mais lorsqu'il parvint à déceler ses mots, il regretta de s'être approché: d'aussi près, même dans son état, elle n'avait pas pu ignorer la manière dont ses traits s'étaient décomposés.

"Je sais... Que vous ferez de votre mieux, alors... Quoiqu'il puisse arriver, merci."

Muet, Vincent recula lentement. Il regarda la jeune femme comme il ne l'avait jamais fait jusqu'à présent, d'un air étonnamment triste. Et presque naturellement, il saisit la main valide de Soledad pour la serrer avec force. Il ne dit rien. Simplement, pendant quelques secondes, il lui tint la main.

Puis le moment de grâce s'estompa, et l'ancien interne relâcha sa prise d'un geste haché qui trahissait son embarras. Il dissimula son trouble en resserrant légèrement le garrot, puis en reprenant le pouls sur le poignet quil venait de lâcher. Ses doigts pourtant précis durent chercher attentivement avant de trouver la pulsation, et quand ce fut le cas Vincent dut faire un effort conscient pour rester de marbre: ce n'était pas bon, pas bon du tout. Son regard revint sur les blessures de l'abdomen, le drap déjà saturé d'hémoglobine qu'il y pressait, et il se réprimanda avec cynisme: pas besoin de se casser la tête à surveiller le coeur ou à deviner la tension artérielle, même le dernier des imbéciles aurait su rien qu'en la regardant que la jeune femme était en train de se vider de son sang.


"Vous êtes de quel groupe sanguin? Soledad, vous m'entendez? Quel est votre groupe sanguin? Vous connaissez quelqu'un ici qui aurait le même que vous?"

Cela aurait bien arrangé Vincent: il n'avait vraiment pas besoin d'un accident de transfusion en plus. On n'improvisait pas facilement un transfert de sang, mais là cela commençait à devenir impératif. Toutes les sutures du monde ne suffiraient pas à rattraper un coeur en train de se désamorcer faute de fluide à brasser, et si Soledad mourrait dans ses bras pour une raison aussi "stupide", il ne se le pardonnerait pas. Pas après ce qu'elle lui avait dit.

Ce fut à cet instant qu'Anthea revint de son expédition. Une seconde, Vincent fut contrarié de la voir à nouveau dans la salle. Mais bien vite, son regard tomba sur la bassine que lui apportait la petite fille, et il se promit instantanément de s'excuser auprès d'elle des méchancetés qu'il avait pu dire tout à l'heure: enfin du matériel! Alors que l'enfant se précipitait auprès de Soledad, Vincent étala vivement un drap propre sur le parquet avant d'y déverser tout l'outillage dont il disposait. Au premier coup d'oeil, il sut que cela s'annonçait un peu mieux: Mary était vraisemblablement un médecin prévoyant. Il y avait là une demi-douzaine de petits couteaux soigneusements aiguisés, du fil et des aiguilles, des morceaux de tissu éponge en quantité, trois bouteilles pleines d'une substance translucide qui empestait la vodka, de petits tubes en plastique qui devaient être des corps de stylo à bille... Il y avait même une paire de pinces et quelques morceaux de métal courbés pour simuler des écarteurs. En un mot comme en cent, il y avait de quoi faire.

Pour Vincent, néanmoins, il restait un problème.


"Euh... Anthea?"

L'ancien anesthésiste se releva pour faire le tour du lit de Soledad, avant de s'accroupir à hauteur de la petite fille. Il hésita une seconde, puis il essuya grossièrement sa main pleine de sang sur son pantalon noir avant de la poser avec délicatesse sur l'épaule de l'enfant. Il l'obligea à se tourner vers lui, pour capter son regard.

"Je m'appelle Vincent. Tu ne me connais pas, et c'est normal que tu te méfies de moi, mais je te promets que je suis médecin, et que je veux la même chose que toi. Je veux la sauver."

Ses yeux passèrent sur le corps supplicié de Soledad, avant de revenir au visage juvénile qui lui faisait face:

"Je vais être honnête avec toi: ce que je dois faire pour l'aider, ça risque de lui faire mal. Et ni elle, ni moi ne voulons que tu vois ça. Alors c'est vrai, je n'aimerais pas que tu restes ici. Mais maintenant je vais te demander de faire quelque chose, et tu ne dois pas croire que je le fais pour t'éloigner, tu comprends? C'est vraiment important. J'ai besoin de ton aide."

Il laissa quelques secondes à Anthea pour assimiler ce qu'il venait de dire, avant d'enchaîner:

"Soledad a perdu beaucoup de sang, il faut que quelqu'un lui en donne pour qu'elle aille mieux. Mais n'importe qui ne peut pas le faire: tu dois chercher quelqu'un qui a le même groupe sanguin qu'elle. Il faut que tu fasses le tour du refuge, que tu demandes aux gens quel est leur groupe sanguin, et dès que tu auras trouvé le bon, tu devras le ramener ici le plus vite possible. Dis-lui que c'est une question de vie ou de mort et que c'est le médecin qui t'envoie."

Il lui donna le groupe de Soledad, et conclut:

"Je compte sur toi."

Puis il relâcha la petite fille avant de retourner à son poste d'opération, tout en faisant signe à l'inconnu qui attendait toujours dans un coin de la pièce: il allait avoir besoin d'aide pour réduire la fracture du bras. Puis il se pencha jusqu'à pouvoir parler à l'oreille de la sud américaine, autant pour qu'elle le comprenne sans effort que pour éviter qu'Anthea l'entende:

"Je sais que vous faites de votre mieux pour rester consciente, mais il va falloir que vous vous laissiez aller: vous avez besoin de nombreux points de suture, et je ne pourrai pas y arriver si vous êtes réveillée, vous aurez trop mal. Alors si vous voulez en profiter pour dire quelque chose à cette petite..."

Il prit un peu de recul, le temps de saisir l'une des bouteilles d'alcool, puis il la ramena dans le champ de vision de Soledad tout en lui accordant ce qui se voulait être un sourire. Après tout, il était anesthésiste; à lui de s'adapter aux drogues qu'on laissait à sa disposition.

"Il vous faut quelle quantité d'alcool pour être bien saoule?..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Rage
Furie d'Amour - adore les petits moustiques
avatar

Nombre de messages : 440
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus de deux ans
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 1 Déc - 16:24

Quelle engouement dans son départ pour accomplir la tâche qu'on lui avait donnée. Anthea était tellement efficace que le simple fait de la voir à l'oeuvre pourrait être une raison suffisamment importante pour pousser Soledad à vivre coûte que coûte. Soledad plissa les yeux, réalisant que la plafond lui paraissait soudainement nettement plus propre qu'à l'ordinaire. Non, c'était simplement le fait qu'elle n'y voyait plus grand chose qui devait provoquer cette impression. Elle préféra ne pas trop penser à ces effets négatifs pour se concentrer sur la voix de Vincent. Du moins ce qu'elle savait de lui. A moins que son état lui fasse avoir de sacrée hallucinations. Enfin au point où elle en était, elle n'allait très certainement pas râler d'avoir à disposition une personne qui avait fait ses études de médecine.

Au moins il était honnête, elle ne pouvait pas lui en vouloir de lui dire la vérité alors qu'elle l'avait demandé. Bon, c'était donc vraiment très moche. Heureusement qu'elle ne se voyait pas elle-même, sinon elle aurait très certainement eut une crise cardiaque. De fait, elle savait pertinemment que quoiqu'il puisse se passer, jamais il ne serait responsable. Ce n'était pas lui qui l'avait mi dans cet état, il faisait e son mieux pour réparer les erreurs que Soledad avait commis d'elle-même. De toute manière, Mary s'était envolée, il ne lui restait plus que lui. Et quand elle lui signala qu'elle lui était reconnaissante, il parut étonnamment... Triste? Non mais c'était pas l'effet voulu, hein! Elle qui espérait lui faire comprendre qu'il ne devait surtout pas se prendre la tête ou avoir le moindre remord si ça tournait mal avait râté son coup, et en beauté. Elle ne lâcha qu'un soupir, en sentant une main venir serrer la sienne. Peut-être n'en avait-il pas conscience mais ce simple geste avait une valeur inestimable pour Soledad qui eut un sourire confiant malgré son état pitoyable.

Elle fixa le vide, le temps de quelques secondes d'égarement, et déjà elle avait l'impression de sombrer à nouveau. La voix de l'anesthésiste l'obligea à rediriger son regard. Il lui avait posé une question, mais elle n'avait pas compris. imperceptiblement, elle fronça les sourcils, mais le "hein?" qu'elle allait prononcé ne franchit même pas la barrière de ses lèvres. Son groupe? C'était quoi son groupe déjà? Ah oui, elle le connaissait. Mais connaissait-elle quelqu'un du même groupe? Avait-elle ne serait-ce qu'une fois posé cette question à quelqu'un dans le refuge? Peut-être, elle ne savait pas. Non, jamais elle n'a eut l'occasion de poser ce genre de question. Jamais elle n'a eu besoin de poser ce genre de question surtout.


"O... C'est O. Mais je ne sais pas qui d'autre est du même groupe."

Pas même la plus petite idée. La seule chose qui pouvait rassurer, c'était qu'au moins ce genre de groupe était fréquent. Mais même une transfusion du bon groupe pouvait mal tourner. enfin peu importe, au point où elle en était... Soeldad eut à peine le temps de terminer sa phrase qu'Anthea revint, et les sons métalliques du contenu de la bassine attisa la curiosité de la sud américaine. Le matériel de soin. Au moins il aurait les outils nécessaires, restait à voir si le miracle de la remettre sur pieds lui serait accordé. Un nouveau sourire étira les lèvres de la jeune femme quand la voix enfantine lui parvint. Elle tourna légèrement le visage vers Anthea, toujours aussi inquiète. Décidément elle faisait une maman plus que négligente.

J'ai toujours Griffin avec moi, je ne pourrai qu'aller mieux! Merci Anthea."

Et il n'y avait personne pour l'écarter de la scène. Les adultes survivants la dégoûtaient. Personne ne se décidait à ne serait-ce qu'occuper la fillette, ou même proposer un coup de main à Vincent. Quelle bande d'incapable, Soledad réprima quand même une envie d'insulter le premier fou qui passerait à sa portée. Pour le moment il y avait plus urgent que de guetter une victime sur laquelle déverser la colère qui commençait à l'envahir.
Et Vincent s'en occupa. Non pas pour l'envoyer promener, mais pour donner une tâche à la fillette. Au moins elle ne serait pas à proximité pendant quelques minutes, ce qui allait permettre à Vincent d'avoir un minimum de tranquillité et à Soledad de ne pas angoisser chaque seconde pour le traumatisme qu'elle faisait honteusement vivre à Anthea. Elle décrocha rapidement de la conversation, à contre-coeur d'ailleurs. Mais restée concentrée était devenu très difficile. Alors quand Vincent lui annonça qu'elle allait devoir se laisser aller, elle faillit lancer un Halleluja de soulagement. Mais... Le seul problème était de savoir si elle reviendrait ensuite. Peu importe, elle n'avait pas l'intention de se laisser mourir. Mais il avait raison, si elle avait quelque chose à dire à Anthea, c'était le moment.


"Anthea? Je vais devoir dormir un moment. Mais je te promet que je me réveillerai bientôt. Alors... Je voudrais que tu ne t'inquiète pas, d'accord? On a promit à Ingrid de toute manière."

Dit comme ça, ses propres mots lui paraissaient d'une incohérence rare. Mais l'essentiel était là. Maintenant, tout allait être entre les mains de l'anesthésiste. Et ce genre de situation horripilait Soledad. Malheureusement elle n'était pas vraiment douée pour se recoudre elle-même. Elle ferma les yeux quelques secondes avant de cligner des paupières. C'était elle ou une bouteille de vodka dansait devant ses yeux? Elle avait vraiment des hallucinations dignes du pire des ivrognes. La dernière question de Vincent lui donna une irresistible envie de rire, mais la douleur la coupa net dans son élan.

"Vu ce qu'il me reste de sang, un verre généreux devrait amplement suffire."

Inconsciente et ivre... C'était encore la meilleure solution! Et le pire, c'est qu'elle voyait sincèrement cette future dose d'alcool comme le Saint-Graal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Mar 2 Déc - 16:05

Anthéa répondit à Soledad d'un mouvement de tête, sans doute un peu trop rapide pour être tout à fait réfléchi, et lui répondit d'une petite voix triste mais néanmoins empli d'une certaine confiance :

"C'est vrai, on a promis à Ingrid, et on doit toujours tenir ses promesses..."

La parole pouvait sans doute paraître quelque peu naïve, mais Anthéa y croyait dur comme fer car elle avait en effet promis à la jeune femme décédée de prendre soin de celle qui fut la femme de sa vie. Un rêve diraient certain, mais la fillette savait, au plus profond d'elle-même, que cela n'en n'était pas un... Elle ne saurait trop dire de quelle réalité il s'agissait, mais il s'agissait belle et bien de réalité.

Lorsque Vincent s'adressa à nouveau à elle afin de lui confier une nouvelle mission encore plus importante que la précédente afin de sauver la sud-américaine, Anthéa afficha une curieuse mine décidé, qui se serait révélée assez amusante si le contexte de la situation n'avait pas été aussi dramatique. Elle hocha la tête de haut en bas en signe d'acceptation de cette nouvelle expédition des plus hasardeuse, puis elle se retourna à nouveau en direction de sa petite maman qui tentait courageusement de la rassurer en dépit de son état des plus alarmant. Pour la fillette, elle se devait d'être aussi brave qu'elle afin de lui montrer qu'elle pouvait compter sur sa petite protégée... Faisant fi de son pull en laine tâché de sang ou se dessinait la marque de ses petits doigts enfantin, Anthéa renifla brièvement avant de se pencha en avant afin d'enlacer avec précaution Soledad dans ses bras légèrement tremblotant.Elle déposa sa joue tiède empourprée par l'émotion sur celle plus glaciale de la jeune femme, et lui murmura doucement à l'oreille :

"Je vais revenir très vite Sol, fais confiance à Griffin il va t'aider, c'est promis... Je t'aime tu sais..."

Conclu finalement Anthéa avant de faire un précautionneux bisou tendre sur la joue souillée de la jeune femme, ce qui agrémenta encore un peu plus son petite visage de petite femme de quelques nouvelles trainées écarlate et brune à la fois. Puis, elle se redressa dans un curieux mélange d'empressement et de regret, et en s'éloignant en direction de la sortie de la pièce elle se retourna une ultime fois et lança dans un sourire lumineux comme autant de courage envoyée à Soledad :

"Je reviens aussi vite que possible, tu peux me faire confiance Sol..."

Et à nouveau, Anthéa disparut comme une tornade dans le couloir de la bibliothèque à la recherche d'un survivant doté du même groupe sanguin que sa maman chocolat.

Love [HJ]C'est un peu court, mais suis un peu pressée par le temps là... ^^" Faite un tour, et je reviens vite ! vite !{/HJ] Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 8 Déc - 5:27

La suite... la suite devait finir par se résumer à un grand flou artistique dans la mémoire de Vincent. Jamais il n'avait dû s'activer à ce point en tant que toubib, pas même depuis qu'il était à Hollow Dream. Il était pressé par le temps, parce que la gamine allait revenir, mais surtout parce qu'il ne pouvait pas décemment laisser Soledad s'enfoncer trop longtemps; il aurait fallut au moins deux autres personnes qualifiées autour du lit, et lui-même aurait été beaucoup plus à son avantage s'il n'avait pas été épuisé, mort de faim et de froid. Mais il n'avait pas le choix.

Il saoula Soledad. Constat un peu brutal, mais véridique: il lui fit boire deux grands verres d'alcool mal distillé, à petites gorgées pour éviter qu'elle ne s'étouffe. Puis, après quelques précieuses minutes perdues à observer les pupilles dilatées de la jeune femme, il décida qu'il était temps d'agir. Avec l'aide de l'homme nommé Jordan, il réduisit au mieux la fracture du bras droit, avant de bander étroitement la plaie et d'ôter le garrot - il voulait contenir l'hémorragie, pas bousiller la main en la privant complètement d'oxygène. Puis, alors que son assistant désigné allait lui chauffer au rouge trois couteaux dans les braises de la cheminée, Vincent entreprit de nettoyer les plaies du ventre à grand renfort de tissu éponge et d'alcool, en s'efforçant de ne pas penser à ce qu'il s'apprétait à faire.

Car la suite fut aussi simple à résumer qu'abominable à exécuter: puisqu'il ne disposait pas de fil à suturer résorbable, l'anesthésiste se vit contraint de cautériser les plus importantes des blessures internes de la sud américaine. Evidemment, ce n'étaient pas deux verres d'alcool à brûler qui allaient rendre la jeune femme insensible à un tel massacre, et au bout de quelques minutes Vincent avait déjà envie de vomir - l'odeur de chair brûlée n'arrangeait rien. Ce n'était sans doute pas la plus géniale des techniques chirurgicales (c'était affreux, oui), mais c'était cela ou rien; s'il recousait Sol sans pouvoir lui retirer les fils ensuite, elle mourrait d'infection pratiquement à coup sûr.

Les points de suture, ce fut moins terrible. Mais il en fallait beaucoup, et répéter de nombreuses fois un geste aussi automatique n'était pas fait pour aider l'ancien interne à rester pleinement conscient, surtout après ce qu'il venait de faire. Alors, très insidieusement, Vincent commença à se faire des réflexions tout à fait glaçantes. Que ce qu'il faisait ne servait à rien, par exemple, parce que de toute façon tous les humains de cette Vallée étaient destinés à mourir à court terme. Qu'il aurait mieux fait d'achever Soledad que de prolonger ses souffrances. Qu'en plus cela aurait été très instructif de l'observer paniquer à l'approche de la mort, d'opposer un simple sourire à ses regards implorants, tout en fouillant dans son ventre ouvert pour arracher tous ses nerfs l'un après l'autre...

Vincent se redressa en sursaut, avec la détestable impression qu'il venait de piquer du nez - et en plus pour sombrer dans un affreux cauchemar. Ses mains s'étaient emmêlées dans le noeud qu'il était en train de faire, et il se dégagea d'un geste brusque qui dissimulait mal son profond malaise: d'abord les réminiscences au sujet de Mary, les envies de meurtre envers Samuel, et maintenant cela... Non, la fatigue n'expliquait pas tout. Quelque chose ne tournait pas rond chez lui.

Pas rond du tout.




[Du coup je fais court aussi... ^^"]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Rage
Furie d'Amour - adore les petits moustiques
avatar

Nombre de messages : 440
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus de deux ans
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 8 Déc - 8:27

L'alcool... Même de mauvaise qualité, Soledad n'avait comme seule difficulté que celle d'avaler alors qu'elle aurait presque préféré se laisser aller comme ça. Mais sans alcool, la douleur risquait de très très mal passer. Gorgées après gorgées, elle avait un peu moins mal, un peu plus encore dans un état second, les paupières d'autant plus lourde qu'il lui fut difficile de les maintenir ouvertes encore bien longtemps. Elle cligna des yeux, à peine deux fois, une troisième... Et elle sombra complètement, ses lèvres articulant dans le vide quelques syllabes, sa seule raison de vivre ici, pour ne pas oublier qu'elle n'avait pas le droit de mourir.

"Anthea..."

Et elle bascula dans les bras d'une pâle copie de Morphée, plus vicieux et plus cruel. C'était doux, apaisant, chaud aussi. Pas de douleur, juste le néant, un froid qui n'avait pas d'emprise sur elle. Soledad paraissait apaisée, du moins pour un temps.

Elle rouvrit les yeux sur la blancheur immaculée de la vallée. Elle était là, debout dans cette clairière qui voit arriver les malchanceux dont l'âme s'est faite happée par la malédiction. Un retour à la case départ? Non... Elle baissa les yeux sur ses mains intact. Pas de sang, pas de blessure, elle portait son manteau d'hiver rapiécé, celui-là même dans lequel elle avait enveloppé Anthea à son arrivée. La fillette... Etait-ce un souvenir alors? Ses yeux se baissèrent sur le sol tapissé de neige. Il y avait bien ces empreintes de petit pieds qui s'éloignaient dans le froid. Juste un souvenir. Mais la même angoisse que la première fois lui vrilla les entrailles, au point de se plier en deux quelques secondes le souffle court, ramenant contre elle ses bras avec la désagréable impression que le froid venait s'insinuer en elle. Mais ce n'était qu'une impression.

Elle avança, courut presque, suivant la colonne de petits pas tandis que la neige s'épaississait. Pourtant les empreintes ne se faisaient pas recouvrir. Quel étrange coup du sort, non? Et autre différence, les marques ne menaient pas dans la même direction. Qu'à cela ne tienne, elle n'irait tout simplement pas au pied de cet arbre où elle avait rencontré Anthea. Mais Soledad ne se contentait plus de suivre les empreinte. Elle courait maintenant à leur suite, ignorant la longueur de ce tout nouveau parcourt. Mais au bout de ce qui lui semblait être un bon quart d'heure de marche rapide, elle s'arrêta.

Elle voyait un commencement de clairière, l'ouverture d'une grotte, l'antre des chimères devenue celle des Bêtes. Que faisait-elle ici? Les empreintes cessaient leur course à l'entrée de la grotte. Soledad s'avança... Et chuta dans la neige, une violente douleur lui vrillant la poitrine et le ventre, la faisant trembler, recroquevillée au sol.

Dans la bibliothèque, Soeldad tressailli alors que les premières cautérisations faisaient leur oeuvre.

Devant l'antre des bêtes, la sud américaine avait l'impression de brûler de l'intérieur. C'était douloureux, atrocement douloureux. Une main pâle vint se poser sur son front, et elle releva les yeux sur une Ingrid souriant qui, en dépit de la neige, portait sa jolie robe blanche d'été. Quelle étrange vision. Le regard de Soledad se troubla et elle se releva d'un bond face à son ange qui recula, un étrange regard posé sur elle, se balançant à peine.

*Tu as échoué...*

Soledad cligna les yeux, alors que les mots se prononçaient déjà dans sa tête.

*Tu as échoué... Vois ton échec.*

La jolie blonde tendit les mains vers l'antre des Bêtes. Mais ce qui en sorti était un monstre d'une autre nature. Légèrement courbé, une masse de cheveux sombres recouvrant un visage et à travers lesquels des pupilles rougeoyantes l'observaient, une peau sombre qui ne craignait pourtant las le froid, et au poignet le même ruban blanc que Soledad avait dans les cheveux. La chose émit un grognement de reproche et Ingrid commença à sangloter. Elle ne souriait plus, et cachait derrière ses mains pâles un flot de larmes.

*Tu as échoué. Tu ne pourras pas me retrouver. Et tu vas la perdre, elle aussi.*

Soledad recula d'un pas alors que la chimère s'avançait, étrangement ressemblante, mais nettement plus sauvage et mauvaise qu'elle. Et une nouvelle fois, la douleur lui coupa les jambes. Mais cette fois-ci, elle vit la neige se teinter de rouge sous elle. La sud américaine porta une main à sa poitrine, sa gorge, son flanc, et constata avec horreur que sa paume était couverte de sang. La vallée était atrocement silencieuse. Il n'y avait plus que les sanglots d'Ingrid... Et aussi le rire proche du grognement de la chimère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 8 Déc - 22:21

Pour la seconde fois en moins de dix minutes, Anthea s’était mise à parcourir les couloirs de la grande bibliothèque de long en large, filant telle une héroïne à la poursuite de l’élu…Ou bien encore, de l’élue ! Car c’était bien cela que serait la personne qui aurait la chance de sauver la petite maman chocolat de la petite fille, qui bataillait ferme avec elle-même afin de ne pas se laisser aller à ce récurrent besoin d’attention protectrice qui était sans cesse le sien, afin de demeurer digne de Soledad… La jeune femme était forte, elle, pas comme Anthea qui ne pouvait s’empêcher d’avoir une grande admiration pour la sud-américaine. En plus d’être une maman, celle-ci lui était aussi un véritable modèle, même si elle ne lui en avait encore jamais rien dit. Du haut de ses douze ans mélangeant dans une étrangeté quelque peu malsaine la maturité et l’enfance, Anthea ne savait pas ce qu’elle deviendrait si Soledad devait la quitter définitivement. Pour que cela n’arrive pas, si ce n’est jamais, la fillette n’hésita pas à aller vers ces gens qu’elle évitait généralement afin de demeurer avec sa petite maman, et à les interrompre dans leurs activités présentes ou bien encore à les interpeler sans la moindre once de politesse… La situation était bien trop grave pour ce genre de détail, c’était certain.

‘’C’est quoi ton groupe sanguin.. ? Tu es O.. ? Est-ce que tu es du même groupe sanguin que Sol.. ? Réponds vite ! Et toi.. ?’’

Telle furent les quelques paroles, très clairement empressées, que purent entendre les survivants présent dans la grande bibliothèque, et qui avaient le malheur de croiser la route de la petite enfant femme. De rez-de-chaussée à l’étage, de l’étage à ses multiples chambres et pièces à l’utilité parfois bien ignoré de Anthea, et sans doute de biens des survivants, la fillette poursuivait sans relâche sa quête d’une personne compatible Au cours de sa recherche, la fillette se maudit intérieurement de ne pas connaître son propre groupe sanguin. Si elle le connaissait, peut-être qu’elle pourrait donner de son propre sang à Soledad, comme elle se devait de le faire… N’avait-elle pas promis de prendre soin d’elle à celle qui comptait tant pour la jeune femme.. ? Si seulement il y avait un vrai hôpital, avec de vrais médecins songea alors Anthea dans un soupir murmuré empli d’une forme de tristesse certaine…

‘’Je te déteste !’’

S’écria subitement la fillette, en une colère aussi éclate que soudaine, à l’égard de la vallée qui les empêchaient, elle et Soledad, de retourner chez elles tandis que son visage remplis d’une innocence certaine se teinta d’un ténébreux et fugace sentiment de véritable haine à l’encontre de cet endroit auquel la juvénile esseulée ne comprenait décidément rien… Mais qu’importe, tout ce qui comptait pour le moment, c’était sa Sol et rien que elle seule… Après avoir parcouru le moindre mètre carré du bâtiment, Anthea faillit perdre espoir et fondre finalement en larmes à grandes eaux, lorsque enfin le miracle se produisit. A ses appels désespérées, répondit une jeune femme que la fillette ne se souvenait pas avoir vu auparavant… Qu’importe, tout ce qui comptait à ses yeux c’était qu’elle puisse aider sa maman chocolat à rester en vie, et c’était bien le cas puisque détentrice du saint liquide carmin, source de vie essentielle à Soledad. L’agrippant par la main comme une affamée se ruant sur une assiette remplit de victuailles, la fillette, quelque peu rassurée, la traîna ensuite de toute ses forces à travers le dédale de couloirs afin de rejoindre au plus vite la pièce ou l’homme qui se disait docteur tentait de soigner sa Sol à elle. Tout à sa course, elle demanda à l’inconnue quel était son prénom. Celle-ci lui répondit entre deux tentatives vaines de comprendre le pourquoi de cette course folle à travers toute la bibliothèque, mais Anthea ne sembla pas s’y intéresser plus que cela car déjà son sourire d’enfant s’illumina en apercevant enfin la porte de la pièce ou reposait Soledad. Sans prendre plus de précaution que la fois précédente, Anthea pénétra à nouveau dans la pièce et dit, visiblement à bout de souffle :

‘’Ca y est j’ai trouvé quelqu’un ! j’ai trouvé quelqu’un !’’

Avant de finalement lâcher la jeune femme une fois la porte refermé, afin de se précipiter au plus vite auprès de Soledad. L’odeur âcre et brûlante la fit tout d’abord stopper son pas empressée, puis, lorsque Anthea réalisa d’ou provenait cette odeur de chair brulée, elle s’écria à l’encontre de Vincent :

‘’Qu’est-ce que tu a fait à Sol.. ?!’’

La fillette repris ensuite sa route pour enfin revenir s’agenouiller auprès d’une Soledad désormais inconsciente, et Anthea se sentit soudain perdue… Une peur sans nom lui étreignit alors son petit cœur palpitant de mille et une émotions tout aussi contradictoire les unes que les autres, et au moment ou elle se sentit céder à la panique insensée, elle pensa au fait que Soledad serait fière d’elle si elle ne cédait pas à ses émotions à fleur de peau, surtout pas maintenant que elle avait ramené une personne qui allait pouvoir lui donner du sang. Cette naïve mais rassurante pensée lui permis de garder le contrôle, et sans vraiment y penser Anthea glissa tendrement sa main d’enfant réchauffée par l’adrénaline qui était la sienne, dans celle désormais inerte de la sud-américaine… Et comme pour donner du courage à Soledad, la fillette se pencha doucement sur elle avant de lui dire en une parole tressaillant quelque peu sous l’effet de sa crainte dissimulée de la perdre à tout jamais :

‘’J’ai trouvé quelqu’un qui va te donner son sang Sol, tu es sauvée… Je suis sur que tu la connais, elle s’appelle Anthemis…’’

La main frissonnante de la fillette resserra inconsciemment son emprise sur celle de Soledad, tandis que de sa main libre elle caressa timidement la chevelure d’ébène de sa petite maman au si doux parfum…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 26 Jan - 20:44

Au cri accusateur de la fillette, Vincent n'opposa qu'un regard vide et résigné: ce qu'il avait fait à Sol? Il avait tenté de la sauver avec les moyens dont il disposait. Mais c'était une telle réussite qu'à ce stade il n'était effectivement pas loin de penser qu'il aurait mieux fallu la laisser mourir. L'anesthésiste se tourna ensuite vers la jeune femme qu'Anthea avait ramenée, et une sensation étrange lui noua l'estomac quand il croisa son regard. Cette femme était... bizarre. Pas menaçante, bien au contraire, mais bizarre. Différente.

Loin dans l'inconscient de Vincent, le chef des Ombres avait envie de montrer les crocs comme un loup inquiet.


"Vous êtes du groupe O, mademoiselle? Elle vous a expliqué ce que l'on attendait de vous?"

Il n'y avait aucune raison pour que la fillette ait ramené la mauvaise personne, mais l'ancien médecin préférait être sûr de lui: même si les circonstances étaient déjà catastrophiques, il ne pouvait pas se permettre de condamner Soledad en négligeant la possible survenue d'un accident bête - une petite fille paniquée qui se trompe de lettre, une jeune femme émue qui dit oui presque malgré elle pour ne pas décevoir l'enfant qui lui pose la question... Inutile de compromettre davantage une transfusion qui s'annonçait déjà très mal: si son supérieur avait vu Vincent organiser un don de sang sur une simple déclaration de groupe, sans même parler de rhésus, le jeune interne se serait fait éjecter de l'ordre des médecins avant même d'avoir eu le temps de dire ouf.

Mais à présent qu'il voyait cette Anthemis, Vincent se sentait soudain beaucoup plus calme. Sans comprendre pourquoi, il avait maintenant la certitude que le sang de cette femme sauverait Soledad, il le sentait au plus profond de son âme. L'Ombre le sentait.


"Asseyez-vous là et posez votre bras droit sur le lit. Merci."

Engourdi de fatigue et de froid (il portait toujours son costume détrempé), Vincent ramena à lui son matériel improvisé. Matériel sur lequel son regard s'attarda, l'espace de quelques secondes: comment cette communauté avait-elle pu se procurer des aiguilles creuses et des tubes en plastique souple? Ce n'était pas le genre de choses qu'on avait dans sa poche juste avant de tomber accidentellement dans le coma. Soudain encore plus sombre que précédemment, l'anesthésiste s'empara d'une aiguille propre pour l'enfoncer soigneusement dans une veine de l'avant-bras d'Anthemis. Alors que le sang sombre se mettait déjà à couler et qu'il connectait l'autre extrémité du petit tube au bras intact de Soledad, il se fit l'amère réflexion que la Vallée prenait décidément un malin plaisir à les obliger à survivre.

"Il ne reste plus qu'à attendre."

Facile à dire, moins à faire. Vincent s'assit au bord du lit avec un long soupir presque douloureux. Il essuya sommairement ses mains et ses poignets couverts d'hémoglobine, avant d'enfouir son visage entre ses doigts. Il était épuisé, épuisé au point d'en trembler. Il avait faim, il était gelé. Et plus le temps passait, plus il avait la trouille. De ce qui sommeillait en lui, dans ce gouffre noir qui avait remplacé sa mémoire. De l'horreur qu'il inspirait à Mary, à Samuel, à Soledad. De cette vallée qu'il ne comprenait pas, qu'il ne connaissait plus.

L'anesthésiste sentit sa tête tomber en avant, et il ne se rattrapa que du justesse: il était en train de s'endormir, c'était plus fort que lui. Mais il s'obligea à tenir encore un peu, un tout petit peu, jusqu'à ce qu'il estime que la sud-américaine avait reçu tout le sang qu'Anthemis était capable de lui donner. Alors seulement, après avoir arrêté la transfusion et donné à l'étrange jeune femme un morceau de drap propre à appuyer sur sa plaie, Vincent s'autorisa à rendre les armes.


"Voilà, maintenant il n'y a plus rien à faire. Anthea? Surveille-là. Si tu vois le moindre changement, en bien ou en mal, viens me le dire: je serai... je serai juste là."

Juste là, c'était l'autre bout de la pièce, sur une couchette inoccupée. Peut-être la gamine le remercia-t-elle, peut-être continua-t-elle à l'ignorer, trop occupée par sa nouvelle mission pour se soucier de lui. De toute façon cela n'avait plus aucune importance. Vincent inclina la tête vers Anthemis en signe de remerciement, non sans réfréner un autre frisson: décidément, cette femme lui faisait froid dans le dos. Bah, c'était sans doute l'épuisement. Et puis, depuis qu'il s'était réveillé seul dans la forêt, tout lui faisait froid dans le dos.

L'ancien anesthésiste se traîna jusqu'à la couchette qu'il avait repérée et retira laborieusement sa chemise et son pantalon gluants d'humidité - rien à battre de se retrouver en caleçon devant tout le monde, il était tout simplement au bout du rouleau. Il se laissa tomber sur la paillasse, ramena la couverture jusqu'à ses yeux et s'évanouit plus qu'il ne s'endormit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Rage
Furie d'Amour - adore les petits moustiques
avatar

Nombre de messages : 440
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus de deux ans
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Sam 31 Jan - 5:49

L'image était terrifiante. La chimère la fixait, si proche, tendant une main pleine de griffes vers elle. Soledad recula, mais la douleur revenait et elle chancela, tombant sur le sol. Les sanglots d'Ingrid parurent soudainement lointains, et elle tourna la tête vers la blonde qui, dans sa robe blanche, s'estompait peu à peu pour disparaître entièrement, arrachant à la sud-américaine un cri de détresse qui ne fut qu'une très légère crispation sur ses traits, dans la bibliothèque.

Mais elle était encore tellement loin de la bibliothèque. Ingrid avait à peine disparu que la chimère lui avait bondit dessus, plaquant douloureusement ses épaules contre le sol, lui arrachant un gémissement alors qu'elle fixait avec horreur le visage penché à quelques millimètres du sien. Soledad avait la très désagréable impression d'être face à un miroir, à quelques détails près. Cette chose la fixait avec un regard mauvais, dangereux, ses crocs luisant offraient un sourire carnassier à travers lequel la langue s'échappa pour venir glisser sur sa joue. La jeune femme détourna le visage, dégoûtée. Mais la chimère ne semblait pas vouloir réellement lui faire de mal. Pire encore, sa langue effleura son oreille, avant d'être remplacée par sa voix, dans un murmure rauque, incompréhensible. Mais les mots paraissaient étrangement clairs, comme s'ils lui étaient directement insufflés dans la pensée. Et Soledad poussa un hurlement.

Les yeux de Soledad se rouvrirent brusquement sur le plafond de la bibliothèque. Elle avait mal, affreusement mal. C'était violent, pénible. Mais les forces étaient suffisamment revenues pour qu'elle puisse revenir à elle. Son regard terrifié ne voyait que des formes indistinctes. La conscience du lieu était très relative. Elle avait entendu la voix de la fillette peu de temps auparavant, elle l'aurait juré. Mais à présent...
Elle se sentait piégée. Juste piégée, et blessée. Et elle avait si mal dans sa tête, là où un cri était perpétuellement présent. Un hurlement strident, accompagné d'un rugissement. Son bras valide, se releva pour qu'elle puisse poser sa main contre son front. Elle allait pourtant mieux, elle pouvait bouger. Mais elle se sentait plus mal encore. Quelque chose brûlait à l'intérieur, la rongeait aussi et elle poussa un long râle. Quelque chose était en train de lui échapper, et c'était violent. Beaucoup trop violent.


"Anthea..."

Où était passée la fillette? Elle avait besoin de savoir. Elle ne devait pas être loin, normalement, puisqu'elle l'avait entendu. Mais tout se troublait avec une telle violence qu'à présent même les sons lui paraissaient éloignés, étouffés comme si quelqu'un lui pressait de la ouate contre les oreilles. Elle trembla, incertaine. Il fallait qu'elle y voie plus clair. Un grognement animal lui échappa, alors qu'elle se poussait avec son bras valide pour se redresser. Même le lit sous sa main lui paraissait à peine perceptible. Comme si tout l'entier du monde s'effaçait autour d'elle. Il n'y avait que ce cri, tellement déchirant qu'elle portait à nouveau sa main contre sa temps alors qu'elle s'était assise, aussi surprenant que ça puisse paraitre. Avait-elle quitté son cauchemar? Elle n'en avait même pas la certitude. Pire encore, elle revoyait devant ses yeux le visage de la chimère, et son bras partit devant elle pour balayer l'air.

"Assez!!"

A croire que la pauvre était en pleine illusion. Non, elle nageait réellement en plein délire. Elle se sentait tellement brûlante que ce ne pouvait être que ça. Mais le cri était si fort que même son bras blessé se releva, et elle plaqua les mains sur ses oreilles, poussant un gémissement plaintif.


[Désolée, c'est court... :s]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Dim 1 Fév - 22:14

Soledad allait se remettre, la fillette en était certaine… Après tout, elle avait fait exactement ce que lui avait dit l’homme dont elle ignorait toujours le prénom… Elle avait maintenu ses petites mains très fortement appuyée sur la blessure de la jeune femme, et ensuite elle avait parcouru la bibliothèque comme une dératée, à la recherche de matériel pour la soigner. Elle avait aussi harcelée tous les survivants afin d’en trouver un capable de donner de son sang à sa protectrice, comme le lui avait demandé ‘inconnu. Anthéa avait fait tout ce qu’elle pouvait, tout ce que on lui avait demandé, afin de guérir Soledad… Alors elle le savait, elle ne pouvait que aller mieux maintenant, c’était sur… Anthémis s’était prêté de bonne grâce à ce don de sang, contrariant par là même la vision des plus négative qui avait inspiré Sol. Peut-être, la jeune femme était-elle un exception, peut-être qu’il n’y avait que elle qui soit comme ça… En tout cas, c’était bien la première survivante que la fillette voyait aussi serviable sans même ronchonner dans sa barbe et prétextant ne pas avoir le temps, ou bien que ce n’était pas ses affaires. Pour cette généreuse collaboration, Anthéa lui en serait éternellement reconnaissante.

Vincent ne répondit pas à son interrogation concernant ce qu’il avait fait à Sol, mais elle n’insista pas. Le plus urgent était de le laisser faire ce qu’il devait faire afin de sauver Soledad, et ensuite seulement elle lui demanderait des comptes sur ses agissements, une fois que sa maman chocolat serait définitivement guérie. Avec attention et serrant tout fort Griffin contre sa poitrine, Anthéa observa attentivement les mouvements de Vincent… Gare à lui, si jamais elle constatait quelque chose de bizarre. De son regard inquiet mais attentif, elle le regarda ordonner à Anthémis de s’allonger, juste avant qu’il ne mettent en place un très rudimentaire système de transfusion comme la fillette avait déjà pu en voir dans les films qui se déroulaient il y avait un ou deux siècles de cela. Un accent de suspicion jaillissant de l’œil attentif de la fillette lorgna discrètement sur Vincent, qui indiquait le fait que, malgré tout, Anthéa ne pouvait s’empêcher de se demander si ce dernier savait réellement ce qu’il était en train de faire. La transfusion se déroula pourtant sans problèmes, tout au moins en apparence, et au bout d’un moment Vincent débarrassa les bras des deux jeunes femmes du lien fragile les reliant à une source de vie commune.

Visiblement épuisé, Vincent lui confia alors une nouvelle tâche à laquelle la fillette s’attela avec force conviction… Veiller sur Sol, et vérifier si tout allait bien. Le prévenir en cas de changements dans l’état de Sol.. ? Qu’il ne se fasse pas de soucis, Anthéa viendrait même le tirer par les oreilles s’il le fallait. La fillette se désintéressa ensuite de Vincent qui partit s’allonger comme une véritable loque dans un coin de la pièce, et reporta son attention exclusive sur sa précieuse maman chocolat. Elle savait que celle-ci serait fière d’elle, lorsqu’elle lui dirait combien elle avait été courageuse pour elle… Comment elle avait affronter tous les adultes, rien que pour elle… Après s’être relevé, Anthémis était venue déposé une main tendre sur l’épaule de la fillette. Elle la rassura, lui disant que Soledad allait se rétablir bientôt maintenant, que ce n’était qu’une question de temps désormais. Elle lui demanda aussi si elle souhaitait qu’elle reste avec elle en attendant, mais Anthéa refusa poliment. Non, il fallait qu’elle soit seule pour que à son réveil, Sol voit combien elle était courageuse et qu’elle pouvait prendre soin d’elle sans l’aide de qui que ce soit. La femme acquiesça dans un sourire tendre, puis elle quitta la pièce en silence afin de ne pas déranger la quiétude de la pièce.

Telle une statue, Anthéa demeura fixé sur Sol. Seul un mouvement de ses bras venant resserrer son étreinte sur Griffin trahissait parfois un semblant de vie. Les larmes ne coulaient plus de ses yeux triste, elle avait bien assez pleuré jusqu’à présent… Et puis, elle allait se rétablir maintenant, alors pourquoi continuer à verser de stupides larmes qui démontraient toute sa faiblesse.. ? Le temps passa, et puis soudain ce fut la renaissance de la joie dans le cœur de la fillette. Soledad remuait, elle recommençait à bouger, comme en témoignait sa main qui venait de se porter à son front…

‘’Sol…’’

Dit-elle alors tout simplement en un sourire timide, avant de se ressaisir et de se lever pour se diriger vers un Vincent profondément endormi. Une fois près de se dernier, la fillette l’agrippa par son épaule et le secoua comme une véritable petite brute, tant son excitation teintée d’un espoir retrouvé, était grande.

‘‘réveille toi, Sol reviens à elle !’’

Lui cria-t-elle dans les oreilles, sans cesser de le secouer comme un prunier. Il avait l’air profondément endormi, mais Anthéa entendait bien le réveiller coûte que coûte. Puis, un cris affreux la fit se retourner instinctivement, et elle vit Soledad, légèrement relever, se tenir la tête de ses deux mains. Son cris était affreux, et fit tressaillir de frisson le cœur de la fillette qui, pourtant, n’hésita pas à se relever rapidement et à revenir auprès de sa petite maman à elle.

‘’Qu’est-ce qu’il y à Sol ?! Tu as mal quelque part.. ? Dis-moi ou tu as mal s’il te plait Sol !’’


Anthéa agrippa courageusement un des poignets de la jeune femme afin d’attirer son attention et de lui signaler sa présence, en dépit de l’apparente folie qui semblait s’être emparée de sa maman chocolat. Courageuse jusqu’au bout, allait être Anthéa… Pas question de faiblir maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Dim 22 Mar - 19:31

[Mille excuses pour ce retard. T-T ]



Il dormait. Ou plutôt il flottait, engourdi dans une masse sombre et noire de souvenirs censurés. De temps à autres, un éclair perçait son inconscience, l'image de longs cheveux blonds, un cri, un rire, une danseuse. Des coups, des pleurs, tellement de pleurs, un désespoir qui coulait dans ses veines au sens presque littéral du terme. Des visages, des regards qui le brûlaient, l'insultaient. On le frappait, et quelque chose en lui avait envie de riposter, envie de faire mal, tellement mal...

Soudain un hurlement à glacer le sang perça les ténèbres, et Vincent émergea violemment de son évanouissement que toute la débordante énergie d'Anthea n'avait pas suffit à vaincre. Il entrouvrit les paupières avec effort, comme si elles étaient enduites de glue. Il ne savait pas où il se trouvait, il ne comprenait pas ce qu'il se passait, et c'était à peine s'il savait qui il était. Le hurlement reprit, et par un curieux mécanisme son cerveau épuisé fit l'amalgame avec le boulot qu'il exerçait tant bien que mal de son vivant: en mode "interne claqué", Vincent tendit un bras hors du lit, ramassa son pantalon, parvint à l'enfiler sans se tromper de jambe. Il attrapait sa chemise lorsqu'il réalisa que l'infirmière avait une voix un tout petit peu trop juvénile.

Il releva la tête. Vit Soledad. Son cri. Ses ongles qui griffaient ses temps. Anthea, qui hurlait elle aussi, ses petites mains cramponnées au poignet de la sud-américaine. Et les yeux, les yeux de Sol...


"Oh mon... LACHE-LA!!! Anthea!"

Vincent bondit sur ses pieds en achevant d'enfiler sa chemise humide: il avait beau être sérieusement moins performant que d'habitude, il avait reconnu l'éclat des yeux de Soledad - il avait appris à le reconnaître, depuis six mois qu'il survivait dans cette monstrueuse vallée. Il savait ce qu'il se passait. Et ce n'était pas bon, pas bon du tout.

La porte s'ouvrit et deux autres humains firent leur apparition, arme au poing, visiblement alarmés par les hurlements. Ils restèrent pétrifiés en découvrant cette jeune femme folle de douleur et la gamine qui essayait désespéremment de l'apaiser. Vincent les rejeta dans le couloir.


"Dégagez le passage jusqu'à la porte d'entrée! MAGNEZ-VOUS MERDE!"

Et sans vérifier qu'on suivait ses ordres, il pivota sur ses talons pour se jeter sur Anthea. Il la prit par surprise, en l'attrapant brutalement sous les bras avant de la tirer à lui d'un geste assez brusque pour lui faire lâcher Soledad.

"Ce n'est plus Sol, tu m'entends? Ce n'est plus ta Sol!"

Bien sûr que non elle ne l'entendait pas, il s'en doutait. Mais il avait déjà vu trop de ses congénères disparaître ainsi, sous les crocs de leurs anciens amis, pour laisser la gamine proche de sa maman chocolat. Elle pouvait le frapper tout son saoul, il n'en avait rien à foutre: il ne connaissait pas Soledad, mais du peu qu'il en avait vu, il savait qu'elle n'aurait pas voulu faire du mal à Anthea. Jamais.

D'aussi près, l'ancien anesthésiste pouvait parfaitement voir l'éclat rouge et brûlant qui gagnait les prunelles de la blessée, et quelque chose se serra dans son ventre assez puissament pour lui faire mal. Il avait fait tout ça pour rien. Toutes les souffrances qu'il lui avait infligées, toutes les promesses qu'il s'était obligé à tenir. Pour rien. Soledad était en train de mourir, et personne n'y pouvait plus rien.

Comment aurait-il pu savoir qu'elle revenait simplement à son état naturel, comme lui-même le ferait moins de trente heures plus tard?...


"Sol... vas-t-en. Vas-t-en pendant que tu le peux, avant de faire du mal à quelqu'un."

Puis, indifférent à toute résistance d'Anthea, il fit demi-tour pour quitter la pièce en courant, en entraînant la gamine avec lui. Rien ne devait s'interposer entre Soledad et la sortie, et surtout pas ceux à qui elle tenait. En espérant que dans son agonie, elle n'essaierait pas de rattraper celui qui lui enlevait sa fille...

Il aurait dû dire aux deux résistants de tuer la jeune femme avant qu'elle ne devienne une créature en pleine possession de ses moyens. Mais il n'avait pas pu le faire. Pas alors qu'il lui avait promis de faire de son mieux pour la sauver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Rage
Furie d'Amour - adore les petits moustiques
avatar

Nombre de messages : 440
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus de deux ans
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 23 Mar - 1:48

Quelque chose était en train de lui écraser la cage thoracique. Soledad avait mal, affreusement mal. Une douleur lancinante, logiqe vu son état, vu ce que la bête lui avait fait. Mais ça lui semblait loin, tellement loin. Et c'était encore pire dans sa tête. ça déchirait chacune de ses pensées dans une migraine fulgurante. Elle ne voyait plus que des formes mouvantes qui se rapprochaient, qui maugréaient sur un ton grave, menaçant. Elle poussa un nouveau cri, son bras valide balayant l'air devant elle, violemment, alors que ses jambes raclaient son lit de fortune pour la faire reculer jusqu'au bord. Elle manqua de basculer, et sa main intact revint sur le bord du lit pour se retenir. Elle se retint, ses griffes profondément plantées dans le matelas qu'elle déchira en partie, su sang suintant à l'extrémité de ses doigts.

Anthea a écrit:
‘’Qu’est-ce qu’il y à Sol ?! Tu as mal quelque part.. ? Dis-moi ou tu as mal s’il te plait Sol !’’

Elle se figea un instant, le souffle court. Dans le chaos de cris assourdissant, elle entendit une vois, quelque chose d'enfantin, d'inquiet. Quelque chose qui ne lui vrillait pas les tympans, quelque chose qui n'avait rien de douloureux. Et cette chose lui attrapait le poignet. Son bras blessé, saisit par Anthea, se baissa lentement et des prunelles d'un rouge agressif se posèrent sur la fillette. Pourtant, rien dans son expression ne paraissait menaçante. Elle avait cessé de hurlé, regardait juste la fillette sans comprendre ce qui se passait. Pour elle, Anthea était perdue dans ce flou qu'elle ne distinguait pas. Mais c'était apaisant, si apaisant.

Puis un nouveau bruit déplaisant. Les prunelles dévièrent de l'enfant pour se porter plus loin, jusqu'à la porte où deux personnes armées étaient apparues. La main qu'Anthea avait attrapée s'était libérée et la sud-américaine agrippa cette fois le bras de la fillette qu'elle écarta sur le côté, hors de la direction pointée par les deux humains. Elle se releva pour se jeter sur eux... Non, elle essaya de se relever mais elle ne vit que chuter lamentablement sur le sol, un nouvel éclat de douleur lui faisant pousser un gémissement. Elle replia son bras contre son flanc, décoré d'une belle suite de points de suture. Quand elle releva la tête, les deux hommes avaient été repoussés. Par qui? Soledad n'arrivait pas à distinguer grand chose.

Ses mains vinrent se poser à plat sur le sol, elle se releva, lentement. ça lançait fort dans son bras, celui qui avait été brisé entre les mâchoires de la bête. Mais elle s'en fichait. Elle vit une ombre passer non loin, agripper la seule chose qu'elle voyait clairement dans cet enfer qu'elle ne comprenait pas. On lui enlevait Anthea. La douleur n'était plus que secondaire. Elle était debout. Chancelante, la tête tombante, mais debout. Elle voulu appeler la fillette, mais la seule chose qui franchit ses lèvres furent un grondement animal, menaçant alors qu'une de ses mains armée de griffes se tendait en avant, vers elle et Vincent. La transformation était achevée.
Elle fit un pas en avant, quelqu'un s'interposa. La main de Sol partit sur le côté, heurtant la figure de l'importun avec suffisamment de force pour le faire lourdement chuter en arrière en se tenant le visage. Un nouveau pas vers l'anesthésiste.

Vincent a écrit:
"Sol... vas-t-en. Vas-t-en pendant que tu le peux, avant de faire du mal à quelqu'un."

Le flot de paroles était incompréhensible. Sa bourdonnait encore dans sa tête, tout tournait autour d'elle. Soledad chancela à nouveau, relevant sa main couverte de sang contre sa tempe. "Vas-t-en...Faire du mal..." Juste des mots, et Anthea devant elle. Elle fit un nouveau pas, en arrière cette fois. Secouant la tête, elle aperçut du coin de l'oeil la personne qu'elle avait frappée toujours étendue, se tordant dans un gémissement plaintif. Et Anthea. Puis cette chose sombre qui avait parler qui tenait Anthea. Son regard incertain se tourna vers la porte accessible, personne ne lui barrait la route. Et Anthea?

Plus rien n'avait du sens. Elle ne pouvait pas partir, pas sans elle. Elle ne voulait pas partir. Quelqu'un retenait la fillette, elle ne pouvait pas le laisser faire. Avait-elle seulement une chance? Elle ne se posait même pas la question. Une seule chose comptait à ses yeux, une seule.
*Et que dirait-elle si tu la sauvais dans un bains de sang? Un monstre pour protéger une enfant?*
Mais elle n'était pas un monstre. C'étaient les autres, tous, ceux armés, celui qui s'était interposé, celui qui retenait la fillette.

Vincent a écrit:
"Je vais faire tout ce que je peux, et cela vaut encore la peine que vous vous accrochiez, mais je... je ne peux rien vous garantir."

Oui, c'était la même voix qui avait prononcé ces mots plus tôt. Celui qui s'était occupé d'elle. Pourquoi déjà? C'était confus, trop confus. Ses prunelles restaient fixes sur la fillette. Difficile d'y discerner quelque chose. C'était un vrai fouillis. Il y avait du regret, de la détermination, des excuses. Elle recula encore, en direction de la porte, son bras se repliant à nouveau contre son flanc. Ses lèvres tremblèrent un instant, sur des dents devenues semblables à des crocs. Elle forma un mot, à peine audible dans son souffle irrégulier.
"Promesse"
Et elle se détourna, franchit la porte, heurta le mur du couloir, mais ne se retourna pas, faisant fi des armes braquées sur elle pour quitter la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   Lun 23 Mar - 15:13

Perdue, Anthéa ne savait plus vraiment quoi faire… Elle voyait que sa maman chocolat souffrait terriblement, mais malheureusement elle ne savait absolument pas comment l’aider à se sentir mieux. Elle n’était rien de plus qu’une petite fille après tout, rien de plus. Vaillamment, elle tenta pourtant d’attirer l’attention de Sol sur sa petite personne, tout en maintenant avec de plus en plus de mal son emprise sur le poignet de la jeune femme. Et puis, ce fut l’accalmie… Soledad cessa de crier, de se débattre, et son regard se tourna en direction de Anthéa qui ne put exprimer qu’un regard de surprise en plongeant ses yeux dans l’écarlate lueur qui avait remplacé le ténébreux regard de celle qui l’avait prise sous son aile. C’était une chose étrange, mais pourtant la fillette ne ressenti aucune peur. En dépit de l’aspect menaçant de ce regard impressionnant, Anthéa y perçu celui de la Sol habituelle. Certes, certes, la lueur faisait toute la différence, mais pourtant elle le savait, elle le voyait… Derrière ce regard surgi de nul part, il y avait bien sa petite maman à elle.

‘’Sol…’’

L’appela-t-elle alors, ne s’attendant pas à autre chose que à une réponse de celle qu’elle aimait tant. Ce fut un instant étrange, presque hors du temps. Leurs deux regards entrecroisé en une observation mutuelle et silencieuse, semblait ne pas pouvoir être troubler par quoi que ce soit… Jusqu’à ce que la porte de la pièce s’ouvre dans un fracas en laissant apparaître deux hommes armés, et que, dans un mouvement d’une rapidité stupéfiante, Soledad se dégage de l’étreinte inquiète de Anthéa juste avant qu’elle ne lui empoigne à son tour le poignet afin de l’écarter de sa personne afin qu’elle ne reste pas dans la ligne de mire des deux hommes. Dans l’esprit troublé de Anthéa, tout s’emballait. Elle ne comprenait pas ce qui arrivait à Sol, et encore moins pourquoi ces deux hommes la menaçait avec leurs armes… Ce n’était pas un monstre après tout, c’était sa petite maman chocolat… Et elle était gravement blessé… Pourquoi, agissaient-ils ainsi.. ?

Vincent se remit à crier… Tout d’abord après les deux hommes, qui reculèrent alors en libérant le passage, puis ensuite sur la fillette qui se sentait totalement désemparée devant cette situation toute nouvelle pour elle. En effet, jamais encore Anthéa n’avait eu la chance (ou la malchance.. ?) d’assister à la naissance d’une ombre ou bien encore d’une chimère. L’idée qu’elle s’en faisait était tout autre en réalité. Elle s’imaginait une transformation plus rapide, sans douleur. Elle pensait naïvement que c’était comme dans toutes ces histoires, ou les transformation se faisait littéralement en l’espace d’un battement de cils. Jamais, elle n’aurait imaginé que cela puisse se passer dans un tel mélange de souffrance et de fureur. Lorsque Sol Voulu s’élancer en direction des deux hommes et qu’elle renonça par pure faiblesse physique, Anthéa voulu se précipiter vers elle afin de l’aider à se relever. En dépit de la situation et du changement évident, bien que incompréhensible à ses yeux innocents de la jeune femme, Anthéa n’arrivait pas à avoir peur de celle qui l’avait sauvé des griffes implacables de l’hiver. Il s’agissait de Sol après tout, et elle savait que jamais elle ne lui ferait le moindre mal… Mais avant que ses bras ne puissent se déposer sur les épaules de la jeune femme devenue définitivement chimère, Anthéa sentit d’autre bras agripper sa poitrine qui l’éloignèrent cruellement de sa petite maman chocolat qui semblait tant souffrir. Loin d’entendre les paroles de Vincent qui tentait de lui faire comprendre la situation, Anthéa pestait de toutes ses forces contre cette séparation forcé, tout en se débattant comme un beau petit diable afin de se libérer de cet étau puissant qu’étaient ces bras d’adulte.

Pourtant, rien n’y fit… Vincent tenait bon tout en l’entraînant contre son gré dans le couloir de la bibliothèque, tandis que la fillette ne cessait d’appeler Sol de toute ses forces. La fillette ne comprenait pas vraiment pourquoi on la séparait de Sol qui avait l’air de tant souffrir. Elle avait besoin d’aide, c’était tellement évident… Les mots de Vincent glissèrent sur Anthéa comme la pluie sur le visage, et la fillette ne voyait plus rien d’autre que la séparation de sa petite maman chocolat que l’on était en train de lui imposer. Elle entendit Vincent dire à Soledad de partir tout de suite, juste avant de la traîner contre son gré dans le dédale des couloirs du bâtiment. cela déclencha chez la fillette une colère sourde, qui décupla ses tentatives pour échapper à ce monstre qui voulait chasser sa petite maman. Mais c’était lui l’intrus, pas elle… C’était à lui de partir, pas à elle… Son regard larmoyant ne quitta pas la forme affaibli de Soledad devenu chimère, et c’est avec une souffrance terrible qu’elle vit la distance les séparant s’agrandir de seconde en seconde.

Contre toute attente, et alors que Anthéa ne doutait pas un seul instant que Sol la rejoindrait afin de la libérer de ce bourreau qui la séparait d’elle, Elle vit la jeune femme bondir comme un fauve et s’enfuir en direction de la sortie de la bibliothèque. Le temps que Anthéa réalise, et déjà Soledad avait franchit la porte et s’était enfui sous la pluie ruisselante qui ne cessait de tomber depuis la fin de l’hiver. Pour la fillette, ce fut un véritable choc… Dans un accès de force stupéfiant, elle se libéra violemment de l’emprise pourtant ferme de Vincent, et se précipita à son tour en direction de la sortie de la bibliothèque. Elle s’avança de quelques mètres sous la pluie tout en cherchant Soledad du regard, mais rien… Elle ne vit aucune trace de celle à qui elle s’était exclusivement attaché. Anthéa ressentit alors un sentiment de peur intense, irrépressible… Sa pire crainte s’était réalisé, elle venait d’être abandonnée par Sol… Abandonnée… Ce mot terrible résonna dans son esprit, tandis qu’elles se laissa lourdement tomber à genoux sur le sol humide en un désespoir sans fin. Anthéa serra son Griffin qui ne l’avait pas quitté en une étreinte jusqu’ici encore jamais exercé, et elle se laissa aller à enfouir son visage empli de larmes contre la tête rebondit de la peluche qui prenait peu à peu l’eau, en appelant doucement Soledad comme une sorte de prière qui l’inciterait à revenir auprès d’elle.

Pour la seconde fois, le monde autour de Anthéa s’écroulait. Sol l’avait abandonné… Dans sa peine immense, la fillette se demanda ce qu’elle avait bien pu faire de mal pour que sa petite maman la rejette de la sorte. Car elle le savait, c’était de sa faute, il ne pouvait en être autrement… Peut-être, n’avait-elle pas été assez forte, assez courageuse… Peut-être, Sol en avait-elle eu assez d’être déçue par elle… Anthéa se maudit de ne pas avoir su être plus à l’image de sa petite maman… Elle ne l’aimait plus, parce que elle n’avait pas su se montrer à la hauteur… C’était uniquement sa faute à elle et à son incapacité à répondre aux attentes de Sol… Anthéa se recroquevilla encore un peu plus sur elle-même, laissant ses larmes sans fin se mêler à la pluie tombante. Elle se sentait perdue, complètement perdue… Sans sa maman chocolat, elle n’avait plus aucune raison de se montrer courageuse, plus aucune raison de lutter…

Anthéa était seule… Désespérément seule… Et ce fut comme une petite mort, pour elle qui n’envisageait pas un seul instant un futur à Hollow Dream sans l’amour de Sol…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Bibliothèque] Sauvetage (Soledad, Anthea)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Mado fem Lhassa-apso 9a sauvetage
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» Aska femelle croisée lhassa apso 7 ans SAUVETAGE (78)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 3-
Sauter vers: