AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
~Echo~
Narratrice mauvaise joueuse
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Ven 30 Jan - 22:52

Troisième îlot
Jeb, Myst et Anthea



    Ca brule, tout ce sable, toute cette flotte, qui s'est infiltrée sous vos
    vêtements, ce maigre rempart contre l'assaut des éléments. Vous
    vous attendiez à vous réveiller bien au chaud dans votre repaire, mais
    c'est sur une plage que vous ouvrez les yeux. Et avec à perte de vue,
    de l'eau, bleue fadasse, qui dégouline encore de vos chaussures. Froide, mais
    heureusement pas salée. Un rapide tour d'horizon vous fait rapidement
    comprendre que vous êtes dans une merde noire. Et que les corps allongés
    à coté du vôtre le sont aussi.





A quelques mètres de vous est échouée sur la plage...


La bouée : Votre mère vous a toujours répété que vous n'aviez pas de chance, même quand vous étiez presque mort sur votre lit d'hôpital. Il faudrait que vous pensiez à lui envoyer une carte postale pour lui dire d'arrêter de vous porter la poisse. Sur votre plage, c'est une bouée qui s'est échouée. Oh non, pas le genre jaune et en plastique dur, mais plutôt le genre ronde avec la rustine qui rend l'âme. Allez, souriez, la tête de canard plantée en aval de ce circulaire objet pourrait bien vous faire retomber en enfance... vous savez la période où vous vous battiez avec vos cousins pour être dessus. Oui ? Vous êtes trois et la bouée est faite pour deux. Foutue génitrice.



Vous vous éveillez tous en même temps, à quelques minutes près. Au vu des circonstances, il est préférable de ne pas égorger votre camarade de malchance dans son sommeil, ni durant tout le séjour sur cette île paradisiaque. Qui sait, il pourrait vous sauver la vie plus tard .. ou au mieux ramer à votre place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Dim 1 Fév - 4:38

Mouillé, mouillé, mais ce n'était pas la pluie!

Une petite mélodie, fluette, s'envolait distraitement, comme une veille boîte à musique un peu rouillée. Les grands yeux noirs s'ouvrent sur un ciel clair, et pourtant terne à la fois. Quel ciel étrange, vraiment! Les mains s'animent, les doigts pianotent sur le sable humide. Sable... Tien, voilà qui n'était pas vraiment très habituel non plus. Un léger "mhm" vint ponctuer la fin de la mélodie, alors qu'un frisson remontait l'échine de la danseuse. Elle se redresse, lentement, et pourtant toujours avec grâce. C'était qu'elle avait le sens du spectacle, voyez-vous. Mais les cheveux blancs entortillés de sable gâchaient un peu l'effet.

Sable...

Et mouillé, surtout! La danseuse ne prêta pas la moindre attention au monde qui l'entourait. Non, elle était trop occupée à retirer ses chaussons entâchés. Précieux chaussons. Et elle se releva, ses bras ondulant comme si elle redoutait la stabilité. Elle s'avance, entre à nouveau dans l'eau, jusqu'à l'avoir au niveau des genoux, sa jupes de voiles déchirés portés par le courant auréolant sa silhouette gracile. Elle se penche, essuie ses chaussons, retire minutieusement le sable, ce qu'elle fit également avec son bustier à la dentelle malmenée. Il était tout effilé, et un soupire navré se glissa hors des lèvres de l'ombre. Les chaussons nettoyés virent leurs lacets entre noués pour être soigneusement déposés sur une épaule dénudée alors qu'elle plongeait à présent ses doigts fins dans sa longue chevelure pour lui redonner un semblant d'ordre, renvoyant à l'eau le sable qui la souillait. Il lui faudra prendre plus sérieusement un bain pour espérer retirer entièrement ces grains qui se glissaient décidément partout.

Tien, en parlant de partout. Lentement, elle releva sa jupe.. jusqu'au niveau de sa cuisse, là où était soigneusement attaché ces lanières de cuir, et ces petits fourreaux.

Un... deux... trois... Oups!

Trois lames manquaient à l'appel. Il n'en restait à présent que cinq. Cinq petites pièces de métal soigneusement aiguisées, prêtes à être lancer. Elle n'était donc pas pleinement désarmée. Le constat devait donc être rassurant et elle relâcha la jupe, la laissant rejoindre l'eau alors que, portant ses mains jointes, ses coudes élégamment repliés formant un cercle, elle leva les bras de la première à la cinquième position, se dressant sur la pointe des pieds, relevant ses yeux vers ce ciel décidément dérangeant.

Adieu pluie de printemps!

Que s'était-il passé, de fait? Elle n'en avait pas vraiment une idée très précise. Elle se rappelait le grondement, l'eau et... Le ciel.

Souris, souris, vilaine fille! Le cycle se poursuit, la scène a changé et ne demande plus qu'à être conquise.


Et elle revint sur ses pas, quittant l'eau pour poser ses petits pieds blancs et nus sur le sable. Deux personnes. Un homme et... Une enfant? Un sourire vint lentement étirer les lèvres de la danseuse. Un sourire joyeux, heureux presque.
Les enfants sont si délicieux... Leurs peurs sont tellement plus démesurées que les adultes, tellement plus intenses, plus... Hm...

Non, pas les enfants...


D'accord, d'accord, vilaine fille. Cela viendra en d'autres lieux et d'autres temps. Alors elle contourna, pas à pas, un pointés, un pas chassé, elle s'approche de cet objet si abstrait dans ce décor de sable. Oh, une bouée!
Myst s'accroupit devant cet objet singulier, tendit une main, index en avant, tapota la tête en plastique. Oui, c'est bien une bouée... Et un faible éclat de rire pourtant enthousiaste retentit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Lun 2 Fév - 0:41

"Hum..."

Un fugace spasme nerveux traversa de part en part la petite silhouette allongée sur le sable, face contre terre. Si ce n'était la sinistre vérité et le décor aride et, paradoxalement gorgé d'eau qui enveloppait l'horizon de sa caresse liquide, on aurait pu simplement pensé que Anthéa s'était endormi sur le sable, harassée par une fatigue du à une journée trop bien remplie. A un moment, la fillette se recroquevilla quelque peu sur elle-même, pareillement à une instinctive réaction de protection. Son esprit était-il en train de voguer sur l'océan de l'onirisme, lui procurant ainsi un précieux moment de paix dans cet univers des plus désespérant..? Peut-être bien… Mais il semblerait alors que ce rêve soit à l’image du monde ou se trouvait depuis quelque temps maintenant la fillette… Effrayant… Sinistre… Dangereux… Mais peut-être ne rêvait-elle pas… Sans doute, était-ce là un moindre mal qui lui serait sans doute préférable. Plutôt qu’un songe malveillant, n’était-elle pas plutôt en train de voir un souvenir désagréable resurgir brutalement de son inconscient.. ? Un second spasme, et puis plus rien… Anthéa s’immobilisa à nouveau, donnant l’image d’une petite chose sans vie.

Un léger courant d’air tiède vint alors lui frôler délicatement la joue, et un sourire apparut sur les lèvres de la fillette. Ses yeux toujours clos s’écarquillèrent toutefois quelque peu, comme pour témoigner du bien-être que ce filet aérien lui avait apporter. Anthéa commençait à se réveiller, mais elle luttait pour que cela n’arrive pas. Elle se sentait tellement bien ainsi … Il ne lui manquait que deux choses pour être vraiment comblée… Sa maman chocolat, et son inséparable Griffin… soudain, ce fut comme un contact électrique qui se créa instantanément dans son cerveau. Ses neurones reprirent immédiatement une activité effrénée, et ses paupières s’ouvrirent aussi rapidement qu’un flash agressant de manière brutale sa victime prise par surprise. Elle réalisa alors et, dans un réflexe teinté d’un sentiment de crainte, Anthéa se redressa en position assise sur le sol. Sa toute première pensée éveillée fut de serrer ses bras contre sa poitrine en une insensée protection, et elle en ressentit alors un profond soulagement au plus profond de son cœur lorsque, baissant doucement les yeux vers le bas, elle vit que son adorable petit Griffin était encore dans ses bras. Elle plongea alors son visage dans la fourrure humide de sa peluche, et lui fit un câlin si énorme, que l’on aurait pu penser qu’il s’étaient vu tous deux séparés depuis une éternité.

Réalisant doucement mais sûrement que Griffin était trempé jusqu’aux moustaches, Anthéa se souvint alors… Il y avait eu tout d’abord ce bruit sourd, comme étouffé. Puis, le bruit augmenta peu à peu en intensité, et très rapidement il se transforma en un grondement effrayant comme jamais encore la fillette n’en avait entendu de toute sa courte vie. Il y eu un fracas assourdissant contre les murs de la bibliothèque, et puis…Tout devint confus… Anthéa se rappelait seulement de cette eau qui avait envahît le bâtiment en quelques secondes, et de Soledad qui lui avait agrippée la main avec force afin de les entraîner, elle et Griffin, vers les hauteurs de ce qui était devenu leur maison. Elle se souvenait avoir eu peur, très peur même, serrant à son tour, avec toute la force du désespoir qu’il lui était possible à son âge, la main de sa petite maman. Elle se souvenait aussi de… De… Ce mur… Aussi effrayant que hypnotisant, il semblait avaler le ciel lui-même. Anthéa se souvenait s’être coller tout contre Sol en un sentiment de peur sans commune mesure, et puis… Le visage tourné contre le ventre de Soledad, elle ne vit pas ce qui arriva par la suite. La seule chose dont elle se souvenait de ce moment précis, ce fut le choc terrible qui sépara sa fragile petite main de celle de sa maman chocolat. Ce fut comme une interruption brutale dans la continuité de la vie, comme un lien vital, qui se serait vu tranché abruptement… Comme… Comme ce curieux et déplaisant sentiment, que Anthéa avait ressenti, juste avant de se retrouver dans cette clairière enneigée, seule, perdue et apeurée, avec Griffin comme unique compagnie …

Sol !

Réalisant sans vraiment le comprendre ce qu’il venait de se passer, la fillette se releva alors en tout précipitation et se mit à scruter les environs avec au cœur l’espoir que Soledad soit elle aussi ici, en ce lieu inconnu. Il ne pouvait en être autrement, car tout autour d’elle elle ne vit que de l’eau, de l’eau à perte de vue, et aussi loin que pouvait porter son regard légèrement paniqué, de cette absence inexpliquée et teintée d’incertitude. Ne la reconnaissant pas en la personne de l’homme étendu non loin d’elle et de la femme qui était en train de manipuler quelque chose dont la nature ne l’atteignit pas, Anthéa se mit alors à appeler sa maman chocolat de toute la puissance ce sa voix, encore légèrement enfantine dans sa panique difficilement contrôlée.

‘’Sol ! Sol ! Soooooolll !!!’’

Elle l’appela encore et encore, faisant fi des deux personne se trouvant avec elle. N’obtenant aucune réponse en retour à ses appels désespérée, Anthéa se sentit alors soudain chavirée. Ce qu’elle craignait le plus depuis son plus jeune âge, venait finalement de se réaliser… Elle avait été abandonnée, et ce sentiment lui fit perdre toute notion de prudence comme il seyait à ce genre de situation. Elle eu l’impression que le monde tout autour d’elle se resserrait inexorablement sur sa personne, et elle commença à avoir du mal à respirer normalement. Son cœur palpita à un rythme de plus en plus rapide, tandis que sa vue se troubla sans qu’elle ne puisse se l’expliquer. Arriva alors le moment ou Anthéa se sentit partir en arrière… Mais au moment ou les ténèbres de l’inconscience allaient à nouveau l’emprisonner de ses griffes implacables, Anthéa pensa à Sol… Elle s’était promis d’être courageuse pour elle, pour qu’elle ne l’abandonne jamais. Sol n’était pas la, mais elle devait sûrement être quelque part, pas très loin… Peut-être était-elle blessée, peut-être ne pouvait-elle pas répondre à ses appels… L’esprit à la lisière entre la raison et la panique, Anthéa ne raisonnait plus que de manière basique… Sol… Elle devait retrouver Sol, plus rien d’autre ne comptait, et plus rien d’autre ne la tenait debout…

‘’Sooooooooooooooooooooooooooollllllllllllllllllllllll !!!!!!!!!!!!!!!!!!’’

S’écria une fois de plus et de manière cruellement lancinante Anthéa, tandis que mû par une seule et désormais unique pensée, elle s’élança sans prudence en direction du centre de ce qu’elle ignorait encore être un simple ilôt, en se cramponnant à Griffin avec la force du désespoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeb Carrhus
Irréversible - lauveuh lumière
avatar

Nombre de messages : 135
Temps passé à Hollow Dream : Trop peu de temps pour réaliser.
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Dim 8 Fév - 21:31

Le confort d'un sommeil profond, sans cauchemar, sans bruit étrange, sans lieu inconnu, un sommeil profond et réparateur. C'était ce que Carrhus ressentait, ainsi que la douce chaleur de cette cheminée salvatrice, qui avait du être alimentée par Tabissa avant qu'il ne sombre à nouveau. Il le savait, au fond de lui, qu'il parviendrait à l'émouvoir et qu'elle s'occuperait de lui avec une tendresse autre que maternelle. Les yeux clos, il savoura cet instant dénué de peur, et chassa doucement mais sûrement les deux derniers souvenirs qu'il avait conservé avant de sombrer. L'odeur du sang, et le bruit assourdissant de la pluie qui martelait les fenêtres du manoir dans un vacarme assourdissant. Il ne la sentait plus, c'était fini. L'homme était soit mort, soit parti. Et lui, il se retrouvait à nouveau seul avec sa nouvelle Muse. La boucle était bouclée.

Pourtant, un sentiment de malaise l'envahit peu à peu, quelque chose clochait dans ce rêve. Il faisait trop chaud, et surtout, le bruit de la pluie s'était transformé en un bruit de ressac marin, qui ne lui était pas étranger. Il ne voulait pas ouvrir les yeux, parce qu'alors, il saurait que sa crainte récente reviendrait au galop : il cauchemardait, et ce cauchemar dans lequel il se retrouvait à l'eau, échouant dans un endroit inconnu, recommençait. Et recommencerait à l'infini, jusqu'à ce que quelqu'un enlève la cassette ou casse le magnétoscope.

Le bruit suivant qu'il entendit fut un chant mélodieux, léger et presque envoutant, s'il n'était pas déplacé et chanté dans un lieu tel que ce manoir en ruines. Puis, encore et toujours ce ressac. Carrhus grogna, fit un léger mouvement pour changer de position, les muscles à nouveau endoloris, et... bordel ! Pourquoi ressentait-il ces démangeaisons, que seul le sable fin d'une plage pouvait provoquer quand on s'y endormait, ou des fourmis rouges, lorsque l'on tombait dans leur fourmilière. Quelque chose cloche. Carrhus ne put faire autrement et, dans un soupir d'agacement, ouvrit les yeux. Choc. Décharge électrique qui le propulse sur ses jambes douloureuses. Il est debout, les yeux aussi écarquillés que ses paupières le lui permettent.

Il s'attendait à la pièce du manoir, il se retrouvait sur une plage, baignée d'une lumière aveuglante tellement elle était blanche. Plus de traces de la forêt qui entourait le manoir, plus de pluie. Quelques pas devant lui, une femme, auteur du chant mélodieux entendu plus tôt, caressant une bouée. Une bouée ? Et un cri, strident.

"Sooooooooooolllllllllllll"

Il ne l'avait pas vue. Aussi rapidement que ce maudit sable le lui permit, il pivota sur lui-même, pour découvrir une enfant, serrant un ours en peluche défraîchi entre ses petits bras, hurlant à pleins poumons un nom qu'il ne connaissait pas. S'il s'agissait bien d'un nom, d'ailleurs.

*Je nage en plein délire. L'homme a du m'assommer, ou me tuer, et j'ai débarqué dans l'au-delà. Ou alors, Tabissa avait raison : c'est moi qui suis fou.*

Tabissa... une enfant... l'association des deux ne se fit pas attendre. Elle lui avait parlé d'une enfant, ne réussissant pas à cacher sa peine lorsqu'elle avait évoqué sa perte. Se pouvait-il que, dans un curieux hasard, ce soit-elle ? Il s'en rapprocha lentement, pour ne pas l'effrayer, tout en regardant alentour. Il y avait un bug. S'il était dans l'au-delà, que faisait-il sur cette ile déserte, digne de celle de Lost quand la série passait à la télé ? Il ne manquait plus que la carcasse de l'avion pour que le tableau soit complet.

*Carrhus, arrête de faire ces comparaisons à la con, tu vas virer dingue. Si ce n'est déjà pas fait. Va t'occuper de la gamine*

Il avait lentement progressé tout en échafaudant ses hypothèses aussi bancales les unes que les autres. D'abord la clairière, puis le manoir, et maintenant la plage. C'est quoi, ce bordel ? Arrivé près de la petite fille, il s'accroupit devant elle, l'air rassurant.

"Bonjour. N'aies pas peur, je ne te veux pas de mal. Je veux juste savoir ce que tu fais ici. Et qui cherches tu ?"

Tout en attendant une hypothétique réponse, il regarda la femme qui caressait toujours la bouée, du coin de l'oeil. Ca promettait d'être encore plus tordu que son premier naufrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Dim 8 Fév - 23:01

Caresser? Au non. Elle ne faisait que toucher, sentir le contact du caoutchouc grincer sous ses doigts. Une bouée... Qu'elle était ridicule, cette bouée! Avec une tête de canard... Quel manque d'originalité, vraiment. Mais elle ressemblait tellement à celles que les enfants affichaient fièrement autour de la taille avant de bondir dans la piscine. Oui, c'était un souvenir amusant, lointain, du temps où elle avait eu une vie. Une bouée pour les vacances, un regard qui fixe, colérique, depuis un fauteuil roulant sous un parasol, et un père souriant avec son appareil photo donc les images se délavaient avec le temps.

"Hmmm..."

Ridicule bouée, vraiment. Avec un peu de chance, elle pourrait lui servir d'oreiller le temps de lézarder sous ce soleil pourtant pâle. Mais...

‘’Sol ! Sol ! Soooooolll !!!’’

Pas de réaction. Elle contemple toujours l'insolite objet, même si elle ressent sans mal le mouvement de l'homme sur le sable. Elle ne bouge pas, n'accorde pas le même regard. Son sourire s'est estompé, elle réfléchit, autant que possible, autant que le lui permet la discutions dans sa tête.

Qu'en penses-tu, vilaine fille? Rester ici où se risquer à quelques brasses là-dedans?
Le chef, et les autres, vivants? Reste-t-il quelque chose à part nous et eux? Reste-t-il quelque chose?
ce n'est pas la question, soit un peu attentive. Rester ou partir? Au loin, il y a les montagnes.
Là est la bonne question. Car les bêtes ont dû survivre, elle les a toujours fait survivre.
Question pertinente alors. Un cauchemar dans l'eau? Rester ici deviendrait pourtant aussi un cauchemar.
Et eux?
Jouets!


Un nouveau sourire étira peu à peu les lèvres de la danseuse et sa main se suspendit dans l'air, au-dessus de la tête de la bouée. Elle entendait, après ce nouveau cri, les paroles de l'homme. Il s'était levé, ça aussi elle l'avait senti. Mais maintenant, elle se reportait sur le duo, répondant d'une voix chantante, enfantine, comme si elle aurait voulu donner la solution à la place de la fillette.

"Une maman!"

Puis un nouvel éclat de rire lui échappa. Apparemment, elle devait vraiment s'amuser de la situation. Lentement, elle se releva, et se retourna, glissant dans son dos ses mains, en petite fille s'age. Elle s'avança, pieds nus dans le sable, délaissant la bouée pour marcher autour de la fillette et l'humain, dans un large cercle. Des deux, elle était le seul prédateur agréé, alors... Peut-être ne fallait-il pas trop chercher à être menaçante, pour le moment.

"La vallée joue, encore... Combien de victimes? Beaucoup. Mais probablement pas seulement trois survivants. La vallée aime trop jouer pour sacrifier toutes ses poupées."

Myst, donner un semblant d'espoir? La bonne blague! Mais l'autre aussi avait besoin de croire qu'elle n'avait pas tout perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Lun 9 Fév - 0:52

Effrénée course, que celle de Anthea et son inséparable Griffin…Unis comme deux cœurs inséparable, l’enfant et la peluche ne paraissait pas pouvoir vivre l’un sans l’autre au point que la vallée elle-même n’avait pas voulu, ou n’avait pas su peut-être, les séparer.

Effrénée course, que celle de Anthea et son inséparable Griffin… Mais aussi éphémère course, lorsque la fillette atteignit quelques secondes plus tard l’autre bord de ce qu’elle découvrit rapidement n’être qu’un petit îlot perdu de quelques dizaines de mètres tout au plus. Ne pouvant se persuader de cette nouvelle et terrifiante réalité qui la séparait définitivement de tout moyen de retrouver Sol rapidement, c’est à dire avant que la nuit n’abatte son ténébreux manteau étoilé, elle parcourut, le cœur battant et en serrant très fort Griffin qui suintait contre sa poitrine, le tour de cette prison de sable aux barreaux liquides. Mais en dépit de son espoir qu’elle savait insensée d’avance, Anthea avait voulu croire au miracle jusqu’au bout. Mais le miracle n’eut pas lieu, elle la fillette du se confronter à cette cruelle vérité : Sol n’était plus auprès d’elle, et elle ne savait ni ou elle était, ni dans combien de temps elle la reverrait. Ni même ; si elle la reverrait. Car dans son esprit aux porte de la panique et du repli sur soit, Anthea imaginait déjà le pire scénario qui soit… Et si Sol, sa Sol, n’avait pas réussi à s’en sortir.. ? Et si… Elle était… Elle était… Morte.. ?

Le cœur de la fillette se serra, aussi sûrement que ses bras se replièrent encore un peu plus sur un Griffin suintant de plus en plus sur les vêtements de sa jeune maîtresse, tandis qu’elle rejoignait l’endroit ou elle s’était réveillée. Des larmes se présentèrent aux portes de ses iris ténébreuses, et l’espace d’un moment Anthea songea à les laisser s’écouler tandis qu’elle s’écroulerait elle-même au sol en formant une boule afin de se couper de ce sentiment d’abandon tant craint, et qui venait subitement de se matérialiser avec ma disparition inexpliquée de sa maman chocolat. Elle y songea, mais n’y céda cependant pas. La fillette ne le pouvait pas, surtout pas dans un moment pareil… C’était là, qu’elle devait se montrer, à l’instar de sa protectrice fidèle et tendrement attentionnée, empli d’un courage sans faille. Tout d’abord, Sol devait être vivante, quelque part… Elle était vivante, quelque part. Anthea ne doutait pas de cette idée, de la force de sa petite maman… Et si elle ne venait pas, alors c’était sans l’ombre d’un doute que quelque chose l’en empêchait. Après tout, n’avait-elle pas fini par l’emmener avec elle, après sa transformation en chimère.. ? Contrairement aux autres chimères et aux ombres, Sol n’était pas devenu un monstre, elle l’aimait toujours comme avant, et elle s’occupait d’elle avec autant d’amour qu’auparavant. Dans leur refuge secret, Sol avait toujours tout fait pour lui rendre la vie agréable, tout comme elle le faisait à la bibliothèque… Sol avait peut-être changé, mais elle était toujours resté sa petite maman chocolat qui la faisait dormir avec tendresse contre sa personne chaque nuit qui passait ; afin de lui donner de la chaleur lorsque les nuits se faisait un peu trop froide. Non, Anthea en était persuadé… Non seulement Sol était toujours vivante, mais en plus elle ne l’avait pas abandonner, elle devait même sûrement tenter de trouver un moyen de la retrouver… Et elle-même se devait de faire de même, en dépit de son absence totale d’idée.

Tout à ses réflexions qui ne réussirent qu’à humidifier que la lisière de son regard, Anthea ne vit pas s’approcher Jeb. Mais lorsque celui-ci s’agenouilla auprès d’elle, la fillette et qu’il commença à l’interroger, elle le regarda avec un air de méfiance assumée… Reculant un ou deux pas avec comme protection Griffin, Anthea ne répondit pas à l’inconnu qui s’était approché d’elle. Mais en revanche elle l’interrogea à son tour…

’’Qui es-tu.. ? Je ne t’ai jamais à la bibliothèque… Tu es là depuis quand.. ?’’

Se méfier de tous le monde lui avait appris Sol… Certain monstres pouvaient ressembler aux humains, et faire semblant d’être gentil avec elle, afin de mieux la tromper… Beaucoup était tombé dans ce piège, lui avait-elle encore dit. Mais pas la fillette, ça non. Anthea se méfiait, à chaque rencontre qui, il est vrai, s’était très radicalement réduite à zéro depuis sa fugue de la demeure des humains pour rejoindre enfin sa maman chocolat. Mais en dépit de son absence de réponse aux interrogation de Jeb, une voix de femme, mais bien trop faussement enfantine, laissa échapper un mot qui répondait avec une justesse étonnante à l’une des questions de l’homme. Anthea leva les yeux en direction de cette voix féminine, et elle vit cette étrange chose un peu trop blanchâtre et vêtue d’une bien étrange manière, s’approcher d’elle et de l’homme. Elle l’observa tourner tout autour d’eux, en une attitude amusée, mais la encore Anthea lorgna doucement mais sûrement sur l’ombre avec un regard des plus soupçonneux… Et ce n’était pas son comportement étrange et sa drôle de manière de s’exprimer, qui arrangeaient les choses.

Soudain, les yeux de Anthea s’écarquillèrent et un sentiment de crainte put s’y lire, à qui songerait à y plonger le regard. La fillette s’écarta avec précipitation de Jeb et Myst, et s’éloigna à une distance respectable qui lui permettrait de fouiller dans ses poches, sans pour autant tourner le dos aux deux adultes. Tenant toujours Griffin contre sa poitrine en un bouclier illusoire mais ô combien rassurant, Anthea commença à farfouiller dans ses poches de sa main libre tout en s’écriant à l’encontre de l’ombre :

‘’Je sais qui tu es le monstre, alors ne t’approche pas tu as compris.. ? Si tu avances, je…’’

Je quoi.. ? En dépit de sa recherche frénétique, Anthea ne trouva rien dans ses poches humides, qui puisse lui servir à se défendre contre l’ombre. Sol ne voulait pas qu’elle utilise une arme, fut-ce un simple couteau, puisqu’elle était la pour la protéger de tout et de tous… Mais Voilà, sa maman chocolat n’était pas ici, et Anthea devait se débrouiller toute seule pour lutter contre l’un de ces monstres dont elle l’avait mise tant de fois en garde. Car de cela non plus elle n’en doutait pas, la jeune femme qui était là était bien un monstre, elle ne se trompait pas. Sol lui avait appris à les reconnaître, et notamment ce teint blafard qui signifiait la présence d’une ombre, ces monstres qui se nourrissaient de la peur des humains… La peur… Anthea réalisa alors, et tenta de sa calmer afin de ne pas offrir ce vers quoi une ombre tendait. Elle devait ne plus avoir peur, et être forte…. Prenant son courage à deux mains et prenant une longue inspiration, elle fit un petit pas en avant en regardant Myst aussi droit que possible dans les yeux, et continua sa phrase grâce au courage de Griffin qui la soutenait sans faillir :

‘‘… Si tu avances, je ne me laisserai pas faire, tu entends… Je n’ai pas peur, pas peur du tout…. Et je n’ai pas peur de toi non plus, si tu es aussi un monstre !’’

Conclu Anthea en s’adressant également à Jeb dont elle ignorait encore la nature exacte. Se méfier de tous le monde lui avait appris Sol, la fillette avait bien retenu la leçon… Et sa petite maman pouvait être très fière d’elle, qui, à défaut de pouvoir fuir cette îlot isolée, tenait tête sans faiblir à au moins un monstre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeb Carrhus
Irréversible - lauveuh lumière
avatar

Nombre de messages : 135
Temps passé à Hollow Dream : Trop peu de temps pour réaliser.
Date d'inscription : 12/05/2008

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Mar 7 Avr - 1:20

[Sincèrement désolé d'avoir été aussi long. J'essayerais de ne pas recommencer Embarassed]

La femme à la bouée, telle que Carrhus l'avait nommée aussi rapidement, cessa son observation de l'objet pour venir leur tourner autour, comme une guêpe viendrait le faire autour d'une tartine de pain à la confiture. Pour faire quoi ? Dire des mots, des bouts de phrases qui pour lui n'avaient aucune signification, du moins pas à l'instant même où elle les prononça. Ce ne fut que lorsqu'elle évoqua la vallée, le nombre de victimes, et enfin cette histoire de jeu qu'il fit un semblant de rapprochement. Le discours de celle qui se comportait comme une ballerine déchue ressemblait étrangement à celui de Tabissa. Tabissa... Où était-elle ? Il ne s'était pas préoccupé de la chercher lorsqu'il avait repris conscience, son attention bien trop attirée par cette enfant, à qui il avait offert un peu de réconfort l'instant d'avant. Enfin, ce qu'il avait prit pour tel, avant que la gamine ne réagisse d'une manière tellement brutale qu'il en tomba au sol, sur le sable chaud de cette plage. Il était accroupi, il y avait donc de fortes chances que ça ne provoque pas de nouveau bleu, mais tout de même ! A croire que depuis son "'naufrage", il avait passé son temps allongé au sol. La clairière, dans un premier temps. Puis le manoir, à la vue du sang. Et enfin, cette plage, où il ne se souvenait pas comment on l'avait transporté là. Et si Tabissa avait raison, finalement ? S'il était bel et bien dans un monde parallèle, monde réservé aux comateux, discours qu'il avait refusé d'entendre et encore moins de l'accepter ? A moins qu'il ne soit devenu fou, qu'il ait été transporté dans un asile expérimental, où les médecins s'amusaient à les changer virtuellement de lieu, histoire de voir quelle serait la réaction des patients... Non, cette hypothèse était aussi bancale que le monde des comateux, ils n'auraient pas prit le risque de mélanger des aliénés adultes et enfants. La ballerine commençait à lui donner le tournis, et si elle continuait comme ça, elle réduirait à néant ses chances d'aider la gamine, qui semblait osciller entre peur et courage. Il leva la tête, se protégea les yeux en transformant sa main en visière de casquette, et tenta d'attirer son regard.

"Dites, la ballerine, vous ne voudriez pas arrêter de nous tournicoter autour ? Vous faites peur à la petite !"

Il se fichait de savoir si elle obtempèrerait ou pas, ce qu'il voulait, c'était rassurer la gamine, lui faire comprendre que non, il n'était pas un monstre, juste un gentil monsieur qui était lui aussi perdu, et qui voulait retrouver son chemin. Il savait que ce ne serait pas chose facile, mais s'il y avait un monstre sur les trois pauvres hères de cette ile, c'était la ballerine, pas lui. Il avait suffit de voir la peur dans le regard de la petite à l'ours en peluche pour savoir qu'elle ne se trompait pas. Malheureusement. Mais au moins, ils étaient un et demi pour lui mettre une râclée, si c'était nécessaire. Parce que lui, Jeb Carrhus, n'avait pas peur d'une femme. Oh non, certainement pas. Et puis, si cette enfant était celle que Tabissa avait perdue, celle qui avait provoqué tant de chagrin qu'il en demeurait marqué à jamais sur ce si beau visage, Carrhus ne pourrait jamais se pardonner de ne rien avoir fait pour la sauver, et la lui ramener. C'était là son plus gros argument, si tant est que la gamine ait un jour connu Tabissa. Et pour ça, la seule solution qu'il avait, c'était de rester calme et de lui en parler.

"Tu ne dois pas avoir peur de moi, je ne suis pas un monstre. Je m'appelle Jeb, et si tu ne m'as jamais vu à la bibliothèque, c'est parce que je viens d'arriver. J'étais avec Tabissa, au manoir. Tu connais Tabissa ?"

Imperceptiblement, et puisque la petite avait reculé, il s'était doucement rapproché d'elle, avec moins de brusquerie que la première fois. Il ne voulait pas lui faire à nouveau peur, il voulait simplement qu'elle ne le fuie pas, lui qui était peut être sa seule chance de s'en sortir sur cet ilôt désertique.

"Je ne te veux pas de mal, je veux juste te protéger. Je te le répète petite, je ne suis pas un monstre sorti d'un placard, je suis bel et bien un humain, fait de chair et de sang. Tu veux bien me dire ton prénom ?

Carrhus ne savait pas si cette mince tentative fonctionnerait, il n'avait pas l'habitude des enfants. Alors, il lui tendit sa main, ouverte, comme pour lui dire qu'elle pouvait la prendre, sans avoir peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Mar 14 Avr - 0:55

Quelle courageuse, vraiment courageuse petite fille! Mais Myst continuait de danser. Autour d'eux. Jusqu'à-ce que la petite fasse un bon d'écart, ou du moins cherche à mettre de la distance. Ah elle ne voulait pas tourner le dos, c'était dangereux, très dangereux. Toute bonne proie le savait. Se tourner et fuir, c'était la mort assurée. Pourtant... Ils finissaient tous par le faire. Cette constations quelque peu nostalgique se manifesta par un délicat soupire de mélancolie, agrémenté d'un sourire pensif alors que, ben que ne pouvant plus tourner autour du duo d'humain, elle exécutait une gracieuse pirouette. Ah, le sable n'était vraiment pas un support adapté, mais elle ne perdrait pas son charisme pour autant. Et d'ailleurs, elle ignora superbement les paroles de l'homme pour faire un piqué, puis un pas vers la fillette, posant ses mains contre ses genoux alors qu'elle se baissait comme un adulte on ne peu plus normal l'aurait fait pour se placer plus ou moins à la hauteur de la fillette.

"L'ignores-tu, petite fille? Le monstre n'est bien souvent pas celui que l'on croit. Non non!"

Puis elle se redressa, fit un rond de jambe pour tourner le dos à la petite demoiselle. Oui, elle pouvait tourner le dos, après tout, elle n'était certainement pas la proie. Une de ses mains se releva pour ombrager son regard qui commençait à se perdre au loin, sur l'immense étendue d'eau. Il y avait des ombres, lointaines, mais percevables à l'horizon. Des montages! La vallée n'était pas entièrement noyée. Puis elle glissa les mains dans son dos, déjà ailleurs, comme si ce que les deux autres personnes présentes n'existaient plus pendant quelques secondes.

"Au fait, savons-nous nager? Je crois bien, oui. Mais aussi loin? Hm... Au fait, pouvons-nous nous noyer même mortes?"

Grande pause de réflexion intense. Puis les doigts vinrent se presser contre un sourire large, si large qu'elle éclata de rire, ses épaules tressautant joliment. Puis elle varia complètement dans son discours.

"Je connais le nom de Tabissa!"

Apparemment, elle conservait vicieusement une attention aiguisée sur ce qui se passait dans son dos. Une attention viciée aussi. Elle inclina la tête sur le côté, fixant toujours l'horizon. Elle se retourna enfin, dans un silence parfait, s'avançant dans le dos de l'homme, se rapprochant dangereusement de lui. Pourtant, ses mains restaient sagement croisées dans son dos, à la cambrure de ses reins, alors que son regard était tout portée sur lui. Un sourire amusé, peut-être un peu cynique aussi, étira les lèvres de Myst.

"Toi... Toi tu vas lui faire peur."

Puis elle recula d'un pas tout aussi silencieux que les précédents, sans lâcher l'homme du regard pendant son mouvement.

"L'homme qui murmurait à l'oreille des méchants fantômes..."

Son bras se leva, ondulant comme une vaguelette imperceptible roulant de l'épaule au coude, jusqu'au poignet, étendant ensuite son indexe vers lui, comme accusateur.

"Coupable d'être encore en vie... Aaaah, les humains au manoir... Dommage qu'il n'y ait plus ni manoir ni geôles à présent."

Son bras retomba, elle se détourna de lui,revenant sur ses pas jusqu'au bord de l'eau dans laquelle ses pieds se baignèrent un moment. Elle se hissa sur la pointe des pieds, retomba sur ses talons, agita ses orteils qu'elle contempla un instant avant d'à nouveau se reporter sur l'horizon si loin. Sa tête se balança mollement un moment.

"Bon... Et si nous partions d'ici? Il n'y a pas assez à manger, ici..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Mer 15 Avr - 13:54

(une fête d'anniversaire, ouais ! Ouais !) jump

Le monstre n’est bien souvent pas celui que l’on croit.. ?

Anthéa fronça légèrement les sourcils en regardant Myst s’éloigner d’elle en lui tournant le dos… Mais pour qui elle la prenait cette folle.. ? Encore un peu, et elle allait lui dire que elle n’était pas un monstre qui s’attaquait aux humains… Ce n’était pas parce que elle avait l’air d’être naïve, que la fillette l’était forcément. Haaa… Les adultes, décidément… Qu’ils soient humains ou monstres, une chose ne changeait jamais : ils prenaient toujours les enfants pour des imbéciles. Anthéa trouva Myst vraiment étrange. Elle était une ombre qui se nourrissait de la peur que pouvait ressentir les humains, mais en même temps elle avait ce petit quelque chose d’enfantin qui la mettait à un niveau inférieur à celui de la fillette résolument bien plus adulte. Pour couronner le tout, elle était apparemment folle… Est-ce que toutes les ombres étaient dans ce cas.. ? Est-ce que le fait d’en devenir une signifiait automatiquement devenir mentalement dérangé.. ? A vrai dire, jamais Sol ne lui avait parlé de cela lorsqu’elle lui avait appris à les reconnaître et à leur résister. Elle trouvait d’ailleurs que c’était plus facile de le faire avec les ombrs, que avec les chimères. En effet, les chimères ne misait pas sur la crainte pour attaquer leurs victimes, mais bel et bien sur leurs capacités physique, ainsi que leurs crocs et leurs griffes, sans oublier leur instinct de prédateur sauvage. Pour les ombres, c’était totalement différent… Pas de griffes, pas de crocs… Leur arme était uniquement la peur qu’ils inspiraient, et les émotions négatives qui habitaient parfois le cœur des humains. Contre une ombre, Anthéa pouvait lutter, elle le savait… Il lui suffisait juste d’être positive et joyeuse… Penser à Sol, il fallait que la fillette pense à Sol, et ainsi Myst ne pourrait rien contre elle…

Puis, son regard se porta à nouveau sur l’homme… Un humain donc… Tout fraîchement arrivée selon lui. Lorsqu’il lui demanda si elle connaissait Tabissa, Anthéa fit un hochement de tête négative.

‘’Qui est-ce.. ? C’est une humaine arrivée en même temps que toi.. ?’’

Interrogea-t-elle alors Jeb, curieuse de savoir qui pouvait être cette femme. Bien… Ils étaient donc trois sur ce petit îlot perdu au milieu de nul part, et sur ce nombre il y avait un ratio de deux humains pour un monstre… Et c’était un monstre qui n’était pas vraiment dangereux si on savait comment faire pour lui résister. Toute à sa réflexion, Anthéa poussa un petit soupir… Cela aurait pu être mieux, mais en même temps cela aurait pu être pire, il fallait relativiser et se dire que à la place d’une ombre ils auraient pu avoir affaire à une chimère. Cette dernière pensée lui fit tourner son regard vers l’horizon lointain… Elle demeura ainsi pensive durant de longues secondes, se disant que elle aurait préféré avoir Sol avec eux, au lieu de cette cinglée qui se prenait pour une danseuse. C’est sur, avec une telle ballerine le cygne se serait noyé dans le lac au premier acte… Cette idée amusa grandement Anthéa, qui esquissa un sourire sans doute bien incompréhensible pour Jeb. Elle reporta finalement à nouveau son regard sur ce dernier, et lui répondit afin de satisfaire sa curiosité concernant son identité. Elle parla avec force, aussi bien pour ce faire entende de Jeb et de Myst qui regardait elle aussi l’horizon, que pour leur démontrer à tous les deux que elle n’avait absolument pas peur… Mais… Oui, oui, ce serait plus prudent…

‘’Je m’appelle Marie… Et lui, c’est Vincent…’’

Dit-elle, en en désignant son Griffin de la main. Anthéa avait jugé préférable de ne pas donner leur véritable identité, c’était plus prudent si, par la suite, l’un ou l’autre de ses compagnons d’infortune voulaient la rechercher. C’était plus prudent selon elle, il ne fallait surtout pas que elle leur donne la moindre information importante sur elle ou bien encore sur Sol.

Myst revint alors vers eux, s’adressant à Jeb pour lui donner un sobriquet des plus étrange que la fillette ne compris pas vraiment… Parler aux fantômes.. ? Mais personne ne pouvait faire ça… Enfin, excepté elle peut-être, avec son étrange capacité qu’elle ne comprenait toujours pas. En tout cas, l’ombre pouvait être rassurée, Anthéa n’avait confiance ni en elle, ni en Jeb… Elle aurait sans doute besoin d’eux pour quitter cet endroit, mais en dehors de ça la fillette ne leur tournerait jamais le dos, c’était bien là une chose qu’elle avait retenu des enseignement de sa petite maman. Lorsque finalement Myst se détourna à nouveau d’eux afin de retourner au bord de l’eau, Anthéa la regarda s’éloigner. Non seulement elle était folle, mais en plus elle se parlait à elle-même… Ils avaient droit à la folie dans toute sa splendeur. Quand elle leur signifia le besoin pressant de quitter cet îlot perdu au milieu de nulle part, Anthéa jeta un bref regard interrogateur au second adulte du trio, en levant un sourcil vaguement interrogateur. Puis, elle s’avança à son tour au bord de l’eau, laissant toutefois deux bon mètres entre elle et l’ombre. Courageuse, il fallait qu’elle soit courageuse, songea-t-elle en serrant encore un peu plus son Griffin au regard toujours aussi expressif en dépit de ses rudes conditions de vie dans la vallée, contre sa poitrine… Elle risqua ensuite un regard en biais à Myst, et lui dit :

T’es vraiment trop bête, comment tu veux que l’on parte alors que l’on n’a même pas de bateau.. ? Tu es une ombre, alors pourquoi tu ne flotte pas au dessus de l’eau.. ? avec un peu de chance, tu te feras dévorer par un autre monstre et nous saurons que c’est dangereux d’aller sur l’eau sans embarcation…’’

Des paroles pleines de hardiesse, à n’en pas douter. Mais il fallait que Anthéa lui montre que elle ne lui faisait pas peur, pas peur du tout même… En dépit de la distance respectable qu’elle avait mise entre elles…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Echo~
Narratrice mauvaise joueuse
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Lun 1 Juin - 23:38

Eh bien eh bien mes agneaux, on fait la sieste sur le sable chaud? On se dit que si on reste sans bouger, le tyrannosaure ne nous verra pas? Oh allons, depuis tout ce temps, vous m'avez habitué à moins de naïveté...

L'eau monte, jeunes gens. Elle monte vite. A vue d'oeil. Elle est froide. Et je serais vous, je ne ferais pas confiance à ce qu'elle cache.

Alors il est temps d'assumer, il est temps de se décider. Certains d'entre vous ne peuvent pas s'exprimer? Pour une fois, je vous autorise à leur griller la priorité: c'est la panique, l'eau monte, et il faut décider.

Vers où voulez-vous mener votre embarcation. Au Nord? L'Est? L'Ouest? Le Sud?

Choissisez mes chers amis, choisissez. Il me faut au moins une décision par groupe. La première, la majoritaire, que sais-je? Tant pis si vous n'avez pas le temps de discuter, tout le monde n'aura pas le temps de donner son avis. Je n'exige qu'un message. Au moins une voix, un choix.

Sachant que la suite de vos aventures en dépend.


Choisissez. Peut-être que vous aurez de la chance.

Ou pas.


Vous avez jusqu'au samedi 6 juin à minuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Echo~
Narratrice mauvaise joueuse
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Sam 6 Juin - 16:25

L'eau monte tellement vite, mes pauvres amis... Elle envahit la petite île, la rogne de toutes parts. Elle emporte le sable. Puis elle finit par le submerger. Tourbillons, courants, vagues, déjà jusqu'aux genoux des adultes. La bouée virevolte, sans doute plus que quelques secondes avant qu'elle ne soit emportée au loin...

Et Jeb tombe. Fauché par un courant traître, ou par autre chose de plus traître encore. Il tombe, sans avoir le temps d'agir, sans avoir le temps de crier. L'eau s'ouvre, jaillit, se referme dans un tourbillon de mousse et d'écume.

Et Jeb n'est plus là.

Bientôt la bouée ne le sera plus non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthea Glen'finnen
Innocente égarée - syndrome du moustique en pleine nuit
avatar

Nombre de messages : 710
Temps passé à Hollow Dream : Plus d'un an déjà... On fait une fête d'anniversaire..?
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   Sam 6 Juin - 20:52

Alors que Anthéa attendait une éventuelle réponse à sa bravache attitude destiné à prouver à Myst que elle n’avait pas l’intention de lui faire le plaisir de se montrer empli de peur à l’égard de l’Ombre qu’elle était, alléchée par ce sentiments des plus néfaste en la circonstance, elle ressentit une curieuse humidité lui chatouiller les pieds aux travers de ses chaussures. Puis, très rapidement, cette sensation envahit ses chevilles et elle baissa alors les yeux en direction du sol. En constatant la soudaine, rapide et inexpliquée montée des eaux, Anthéa écarquilla les yeux de stupeur et, dans un instinct purement protecteur, elle recula de quelques mètres en laissant Myst au bord de ce qui fut autrefois un minuscule petit îlot.

Mais ce geste d’auto préservation n’eut qu’une utilité très relative car, à mesures que les secondes s’écoulèrent, l’eau progressait de plus en plus avidement en direction du centre de ce bout de terre égarée dans ce qui fut autrefois une vallée interminable et sans réelle fin. Et puis soudain, le débit sembla s’accélérer, et l’eau qui grignotait le terrain à grand vitesse mais avec une certaine quiétude, se transforma subitement en un monstre affamée qui déferla sans pitié sur l’oasis des trois nauffragés.

Anthéa recula, encore et encore… Bien que ce fut vain et pathétique, la fillette tentait de fuir l’inéluctable… L’eau allait engloutir l’ilot d’ici quelques instants, et elle n’aurait alors plus d’endroit ou trouver un semblant de refuge. Lorsque Jeb se vit frapper d’une vague traîtresse qui l’assomma sans doute pour le compte juste avant de l’engloutir définitivement dans les profondeur de ce qui ressemblait plus ou moins à une mer bien que une telle chose n’existait pas dans la vallée, Anthéa regarda la chose avec effroi et un cri strident s’échappa de sa bouche…

‘’Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!’’

Un cri à réveiller les morts, et aussi sans doute à rendre une certaine audition à un sourd. Mais loin de ressentir réellement de la peur, Anthéa sentit plutôt monter en elle une panique certaine face à ce déferlement humide de violence sauvage contre lequel elle n’avait absolument aucun moyen de se protéger. De plus, c’était une étendue d’eau aussi infini que la mer, et la fillette ne s’était jamais retrouver dans une telle situation… Tout au plus, c’était-elle éloignée du rivage lorsqu’elle avait été à la mer, mais jamais au point de ne plus voir la plage.

En désespoir de cause, et mû là encore par son inaltérable envie de vivre, la fillette se précipita alors sur la bouée à la tête de canard qui fut quelque temps plus tôt le jouet de l’Ombre, et qui avait commencé à s’éloigner de sa position initiale. Anthéa la rattrapa avidement juste avant que les flots dévoreur ne la happe définitivement, et elle se glissa à l’intérieur de l’un des deux emplacements disponible. Contrairement à la noyade, le ridicule, lui, ne tuait pas… Du moins, out au plus pouvait-il tuer l’ego et la fierté, mais en cet instant présent ces deux points étaient loin d’être la principale préoccupation de la fillette.

Délaissant Myst dont le sort ne la préoccupait guère plus que le souvenir de sa toute première tétine, Anthéa serra très fort Griffin dans ses bras et attendit avec une certaine appréhension que l’eau ai fini d’engloutir la totalité de l’ilot. De toute manière, elle savait que l’ombre qui restait avec elle pouvait flotter dans les airs, et que elle ne se préoccuperait pas de son sort à elle.

Soledad le lui avait dit maintes et maintes fois, depuis qu’elles vivaient toutes les deux à l’écart des autres habitants de la vallée… Désormais, il fallait tout d’abord penser à soi avant de s’inquiéter pour les autres… Et Anthéa, elle, avait décidé de ne penser que à elle, à Sol et bien évidemment, à Griffin…

*Sol…*

Une dernière pensée en direction de sa petite maman chimère, semblable à un appel au secours muet, juste avant que les flots ne bouscule finalement la fillette engoncée dans la plus que ridiculement enfantine bouée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Îlot n°3 ] Jeb, Myst et Anthea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Roxas Myst [Refusé]
» Myst eyes
» LES MONDES DE MYST
» La face cachée des étoiles (Anthea)
» Anthea & son Cheschire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 4-
Sauter vers: