AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 William Castmone, medecin [ Validé ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William Castmone
Nouvel arrivant
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 31
Temps passé à Hollow Dream : quelques fractions de secondes
Date d'inscription : 01/02/2009

MessageSujet: William Castmone, medecin [ Validé ]   Lun 9 Fév - 21:09

Nom:

Castmone

Prénom:

William

Surnom:

Aucun pour l’instant, bien que les probabilités que Will’ se fasse appeler « Doc » dans un avenir proche soient assez élevées…

Age du coma:

29 ans fraîchement passés

Temps passé à Hollow Dream:

Quelques fractions de secondes… Le temps de se rendre compte qu’il y avait de l’eau et du sable…

Ancienne profession:

Médecin généraliste au l’hôpital de Luneville, en France

Description physique:

Le presque trentenaire William Castmone est un presque jeune homme doté d’un physique assez banal. Atteignant péniblement le standard mètre quatre vingt, pesant sur la balance à peine plus que sept dizaines de kilos, le médecin est doté d’un corps moyennement entretenu, gardé en forme par des trajets en vélo et un jogging occasionnel. Ajoutez par-dessus cela une pilosité pas trop développée, un visage chaleureux agrémenté d’une sempiternelle barbe naissante ainsi de cheveux étrangement coiffés pour obtenir un monsieur tout le monde option compatissant, un « châtain-yeux-marrons » qui n’a d’exceptionnel que son métier et la blouse blanche qui va avec…

Car au niveau vestimentaire, la encore rien de très singulier. Une chemise blanche passe partout, sur laquelle est apposé une cravate au nœud constamment raté (que voulez vous, personne n’est parfait), un pantalon de jean noir, solide et sobre ainsi qu’une paire de chaussure de marche noires, aussi pratique pour la ville que pour les balades en forêt. Seul élément spécial a cette tenue banale : la fameuse blouse blanche, dans les poches de laquelle sont entassés pèle mêle : un calepin et un crayon, deux scalpels propres, deux seringues dans leur emballage, un stéthoscope et une boite d’anti-douleurs. Vous savez, juste au cas où…

Description morale:

Encore une fois, rien de particulier. Certes, William est un altruiste doté d’un fort sens du sacrifice, mais ne faut-il pas être un altruiste pour être un bon médecin ? Calme, sachant garder la tête froide, Will’ aime bien réfléchir avant d’agir, et aime encore plus lorsque la réflexion se suffit à elle-même. Quitte a mentir, il aime être rassurant, et on ne compte plus les diagnostics volontairement optimistes qu’il a donnés à ses patients, doublant l’espérance de vie de cancéreux en phase terminale… Bizarrement, ces paroles aussi fausses que bienveillantes avaient tendance à rehausser la durée de vie des condamnés… Un dernier soubresaut d’une certaine forme d’effet placebo ? La petite facette sombre du personnage refait surface au moment ou il s’agit d’histoires de relations humaines « poussées ». Ses expériences en la matière et la mort de la seule femme avec qui il pensait pouvoir faire sa vie on tendance à le rendre aussi triste que cynique, ce qui correspond on ne peu moins bien avec l’image bienveillante qu’il a tendance à laisser dans les esprits.

Au final, le docteur Castmone est une personne plutôt facile a vivre et un soutient moral à ne pas négliger dans les moments difficiles.

Histoire:

Historique relativement classique, comme le reste. Le petit William fait très tôt preuve d’une foi stupide et irraisonnée dans le genre humain. Né de père agent d’assurance et de mère au foyer, il inquiète ses géniteurs et son entourage de par ses illusions qui perdurent de son enfance jusqu'à la fin de son adolescence.

« Plus tard, je veux être un médecin, pour pouvoir sauver la vie des gens ! »

Ces paroles, dégoulinantes de naïveté sortirent de sa bouche de ses 6 ans jusqu'à la fin de ses dix huit ans (pour prendre plus tard, une teinte plus adulte tout en gardant l’idée de base). Élève au dessus de la moyenne, il parcourt le cycle primaire et le cycle secondaire sans problèmes majeurs. Il intègre l’université de médecine, redouble sa première année comme neuf élèves sur dix dans la filière et continue son petit bonhomme de chemin, se rapprochant sans accrocs du diplôme tant convoité. Arrivé sur ses 26 ans, il passe ses examens, décroche son diplôme, prête serment et part dans l’est de la France pour faire sa vie en temps que médecin généraliste… Et est très bien accueilli dans un service ou il va vite devenir un élément indispensable.
A 27 ans il trouve femme, et se marie dans l’année avec celle qu’il qualifie de « celle qu’il attendait ». Les noces sont accueillies avec méfiance de la part de sa famille, la fiancée se trouvant être une jeune femme au passé caché par les brumes du silence. Pourtant, Will’ semble se trouver on ne peu mieux avec cette nouvelle personne qui partage depuis dix mois son appartement. Puis, un matin de mai ensoleillé…

« Castmone… »

« Alors Eric? Elle va mieux ? Elle est sortie du coma ? »

« Je ne pense pas qu’elle en sortira un jour. Tu sais, ce motard ne l’a pas loupée. Vu la commotion qu’elle se traîne c’est déjà un miracle qu’elle ne soit pas a la morgue… »

« Toujours aussi optimiste à ce que je vois… Je peux aller la voir ? »

« Ouais… Mais attention mon vieux, les comateux du stade trois ça nécessite une chiée d’appareils actifs alors fait gaffe ou tu mets tes pieds… Sinon, désolé pour ta femme. »

Elle n’est pas encore morte!

Pourtant, jusqu’au moment ou William fit lui aussi « le grand plongeon », jamais sa bien aimée ne rouvrit un œil…

Abattu par la mise en sommeil de sa femme, notre héros sombre dans une déprime bien compréhensible. Il devient moins enjoué, plus acide, plus terre a terre, plus réaliste. Il continue à carburer de la sorte jusqu'à un matin pluvieux d’automne, un matin morne, un matin ou un nouveau patient blessé par balle doit être examiné après opération… Après les vérifications de routine, un homme en noir cagoulé et armé fait irruption dans la chambre où Will’ se trouve en tête a tête avec l’inconnu qui n’a pas encore repris conscience.

« Les mains en l’air. Calme. Tout va bien se passer. Faites juste ce que je vous dit. Éloignez vous du lit. »

Calme, froid, sur de lui, les doigts bien posés sur le manche de son Beretta. Tout droit sorti d’un quelconque film noir où il y avait un rôle de méchant tueur insensible à pourvoir. Ne voulant pas finir avec une balle dans le corps, le médecin s’exécuta.

« Très bien. C’est une bonne chose que vous soyez là. Moi qui voulait finir le travail comme je l’avais commencé, je vais même vous demander de le débrancher…»

« Qui êtes vous, comment êtes vous arrivé ici?»

Gagner du temps. William ne voulait nullement devenir un meurtrier, même par procuration.

« Que de questions. Contentez vous de le débrancher. La perfusion, les scanners, je ne veut plus voir un seul fil qui puisse l’atteindre pour l’aider a survivre.

C’est à partir de ce moment que tout parti en vrille. Effrayé par l’idée de mettre fin a la vie d’un parfait inconnu, William profita d’un moment d’inattention de la part de l’homme armé pour tenter de presser le bouton « appel » près du lit du patient. Malheureusement, le moment d’inattention du tueur n’ayant pas duré assez longtemps, ce dernier tira un coup de feu dissuasif en direction du médecin.

Il y a des gens qui devraient réellement apprendre à mieux viser…



« Alors ? »

« Et bien, on a réussi à extraire la balle de sa tête. Une chance qu’il n’y soit pas resté. Remarque, normalement il n’y aura pas de séquelles… S’il se réveille un jour. »

« Il en est ou déjà ? Coma stade trois?»

«Coma stade trois. Comme sa femme…»

Style de combat:

Pas grand-chose de ce côté-là. William n’aime pas la violence, elle ne lui donne que trop souvent du travail… Néanmoins, quand il n’y absolument aucune autre solution, imaginez un homme qui tente toujours de frapper vos points sensible tout en protégeant les siens. Parce que lui, il connaît l’anatomie, il sait ce qui est bon mais aussi ce qui est mauvais pour vous… Rien de particulièrement efficace, mais ouvrir votre garde pour vous moquer un peu trop souvent serait une erreur qui pourrait vous faire mal. Après, il faut pour cela que le médecin n’ai pas fui ou ne se soit pas rendu…

Phobie(s):

L’impuissance médicale. Derrière ce nom hilarant qui fait penser a une chute de virilité en milieu hospitalier, se cache une des plus grandes phobies de notre médecin : les cas ou il ne peu absolument rien faire, même pas prolonger l’espérance de vie de son patient de quelques jours…

Autres:

R.A.S.

Comment avez-vous connu Hollow Dream?

Internet est une fabuleuse machine Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cold
Chef des Chimères - Gentil bisounours !
avatar

Nombre de messages : 313
Temps passé à Hollow Dream : Longtemps, trop longtemps
Date d'inscription : 27/12/2005

MessageSujet: Re: William Castmone, medecin [ Validé ]   Mar 10 Fév - 19:47

Bonsoir Smile

Et bien c'est une fiche honorable. Je n'ai pas relevé de détails particuliers et j'ai bien apprécié l'histoire. Bienvenue sur HD, tu es attendu sur l'îlot 6.
Bon courage Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://night.darkbb.com
 
William Castmone, medecin [ Validé ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» William Saule [validée]
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: LA PREFACE :: Présentations :: Humains-
Sauter vers: