AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Noah [Validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noah
Nouvel arrivant
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/06/2009

MessageSujet: Noah [Validé]   Sam 6 Juin - 20:14

Nom: St Johns
Prénom: Noah
Surnom: en a une sainte horreur
Rang souhaité: aucune idée, ouvert à toute suggestion
Age du coma: 13 ans
Temps passé à Hollow Dream: Une journée tout au plus
- en tant qu'humain: quelques heures peut être
- en tant que Ombre: quelques secondes
Ancienne profession: Fils de son père et violoncelliste s’il vous plaît.

Description physique:

Rien de remarquable chez Noah, rien de tape à l’œil. Il repart comme il vient, avec discrétion et réserve. On le bouscule par mégarde, on l’oublie ou on le fuit. Il traîne cette impression de vague, qui brouille son image jusqu’à la rendre éthérée. Il est là, il n’est pas là, peu importe. Il se dérobe aux mémoires.
Bien qu’il n’est que peu connu sa mère, il n’a pas du hérité de beaucoup de ses traits tant il est le portrait exact de son père. Pourtant même si on ne peut ignorer cette ressemblance légitime entre l’enfant et le parent, force est de constater que toutes ces ressemblances ressortent chez lui comme l’exact opposé de son père. Quand on compare le père et l’enfant, Noah semble être une copie identique mais ternie, floutée.
Sa peau pâle, semble se dérober à toute tentative du soleil pour la tanner un peu plus.
Cette complexion pâle rend ses yeux bleu-gris, trop grands, démesurés, envahissants. Des yeux gris que son père portait avec malice, qui faisait de son regard un regard de joueur, pétillant de vitalité et d’insolence. Chez l’enfant ces prunelles se promènent sans aucune pudeur, oscillant entre l’ennui profond et la curiosité retenue sur tout ce qui l’entourent. Un regard trop sérieux et trop ferme pour un enfant de 13 ans, un regard dont on se détourne volontiers.
Lubie personnel, Noah n’a jamais eu les cheveux courts. Des mèches soyeuses lui retombent sur les yeux en un épais rideau de jais et balaient sa nuque au rythme du vent. Il a toujours la même coupe de cheveux que son père. Ses traits trop fins manquent de virilités, mais qui s’en soucient à 13 ans. Son visage androgyne de garçon pas encore formé associé à sa petite taille, il n’atteint même pas le mètre cinquante, le font passer pour un enfant fragile.
Depuis son plus jeune âge on n’a cessé de lui répéter qu’un jeune homme se devait d’être présentable en toute circonstance. Pas de mains sales, de genoux terreux, de cravates desserrées ou encore de chaussures boueuses. Non Noah est vêtu comme un bon petit fils de bonne famille. Quoiqu’à dire vrai il s’en moque, tant qu’il porte quelque chose de propre et de sobre.

Description morale:

Noah est un enfant plutôt introverti, calme et discret, on peut l’oublier toute une journée dans un coin d’une pièce sans qu’il n’en bouge. D’un naturel silencieux, il peut se contenter de fixer quelqu’un pendant des heures sans lui adresser la parole. Son manque d’entrain pour les longues discussions tient aussi au fait qu’il ait quelques difficultés pour s’exprimer. Il bégaye depuis qu’il est petit et même avec l’intervention d’un professeur particulier il en a conclut que le meilleur moyen de mettre en terme à cela, était encore de se taire, ou du moins de limiter ses interventions à des phrases courtes et simples. Il déteste bégayer et s’il n’arrive pas à prononcer un mot il boude et se terre dans son silence. Il n’est pas muet bien au contraire, il estime juste qu’il ne sert à rien de parler quand il n’y a rien dire. Si une question quelle qu’elle soit lui traverse l’esprit il la posera quoi qu’il arrive.
Son caractère réservé ne le rend pas moins curieux que n’importe quel autre enfant de son âge. Il est assez lunatique pouvant passer d’un ennui extrême à un intérêt soudain pour un vers de terre d’une seconde à une autre.
Le garçon à développer une sorte de dégoût et d’animosité envers la gente féminine. Il mettait sur le compte des trop nombreux moments passé dans les bras de ces créatures futiles et perverses, oui perverses c’était le père Lafferty qui le disait tout le temps, le temps perdu avec son père.
La seule chose qui trouve grâce absolue à ses yeux étant la musique classique, le violoncelle étant la seule chose matérielle à laquelle il tienne vraiment.

Style de combat:
Il ne se bat pas tout simplement. Que pourrait-il faire avec ses poignets frêles. Quels dégâts infimes pourraient faire ces petits poings tout maigrelets ? Non Noah ne se bat pas, il disparait. La seule caractéristique qu’il lui ait été utile durant son enfance : sa rapidité. Quand le petit coure, peu arrive à le rattraper, faites lui confiance pour détaler à la vitesse de l’éclair et se cacher dans des endroits insoupçonnable. Le gamin sait grimper aux arbres comme un petit singe, se faufiler dans des trous de souris et surtout se faire oublier. A cache-cache personne ne le trouvait … personne ne le cherchait aussi peut être.

Autres:
C'est un prodige du violoncelle, ce qui ne lui sera pas d'une grande aide ici. Il n'aime pas beaucoup que les étrangers le tripotent. Il déteste qu'on lui associe l'adjectif 'mignon'. Il a quelques soucis de bégaiement et ne porte pas la gente féminine dans son coeur.

Comment avez-vous connu Hollow Dream? Tour de jeu

Histoire:

Edward St Johns était l’archétype même de l’aristocrate anglais traditionnel.
Il avait été éduqué comme un parfait gentleman, était bon croyant et pratiquant avisé, et savait en toute occasion se présenter avec l’élégance d’un homme de valeur. Et même s’il avait sût entretenir aussi bien sa réputation que ses affaires, il restait un être humain et n’était pas à l’abri de l’échec. Son plus grand échec s’était présenté à sa porte le soir même, et comme à chacun de leurs entretiens, il avait fallut plus de trois verre de whisky et un cigare pour rendre à son cœur un rythme convenable. Levant un regard las vers le portrait de sa défunte épouse, il pria une fois de plus ses ancêtres de le juger avec indulgence.
Il avait certes rompu la tradition familiale mais non sans avoir essayer pendant des années. Maintenant il était trop fatigué pour mener ce genre de combat et il l’admettait à voix haute : son fils était un raté.
Voilà à chacun son fardeau, et le sien avait renoncé aux valeurs familiales pour se complaire dans une vie de débauche où la vertu relevait du mythe. Son fils Damian, son unique héritier, était un vulgaire musicien. Rien que d’imaginer le nom des St Johns associé à une bande de vaurien grattant des banjos cigarettes au bec lui soulevait le cœur. Son pauvre père devait se retourner dans sa tombe. Et non content d’avoir compromis son avenir, son bon à rien de fils était venu le trouver, sans doute dans le but inavoué de le tuer, avec une surprise de taille.

-Surprise, vieille bique je t’avais jamais dis que t’étais papy ?


Dernière édition par Noah le Dim 7 Juin - 23:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah
Nouvel arrivant
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/06/2009

MessageSujet: Re: Noah [Validé]   Sam 6 Juin - 20:15

Non content d’être grand-père, il avait en plus un petit fils de deux ans. A croire que le faire part de naissance avait fait le chemin à pied depuis le Zimbabwe main dans la main avec celui de mariage d’ailleurs. Mais non bien sûr il était trop ‘vieux jeu’, plus besoin d’être marié pour faire des enfants aujourd’hui, plus la peine non plus de perdre son temps en prévenant sa famille, c’était beaucoup plus marrant de l’annoncer comme ça ! Son premier reflexe avait été d’essayer d’étrangler ce maudit vaurien, mais sa conscience lui avait rappelé que tuer son fils aurait sûrement peiné sa défunte épouse, paix à son âme. Il avait donc écouté cette histoire navrante en vidant un verre. Son fils avait donc engrossé une jeune femme du nom de Marissa ou Melissa bref aucune importance, il l’avait engrossé pont barre. Lâche et sans honneur comme il s’y attendait Damian s’était vite dérobé à ses devoirs parentaux. Contre un joli chèque chaque mois, « l’heureux papa » n’avait qu’à passer à l’occasion faire gouzi gouza à son fiston sans plus d’embarras. La combine avait bien marché jusqu’à ce que la demoiselle ait l’indécence de décéder la semaine dernière. N’ayant qu’une sœur, celle-ci s’en était vite déchargée en rappelant à l’ordre le papa volage. Isolé dans son bureau, il ressassait depuis des heures la nouvelle situation dans sa tête.
Et ce n’est qu’au petit matin, toujours assis bien droit dans son fauteuil qu’il prit sa décision.

**
-Encore une fois, J’ai salit la chaise du salon.

-J’ai salis la ch… chaise du salon.

-Encore une fois. Insista la voix monocorde du professeur Kaine.

Pour toute réponse le grincement d’une chaise et le claquement d’une porte. Howard Kaine soupira de mécontentement et plissa le nez en signe de désapprobation, ce petit était d’une inconstance insupportable. Il pouvait se montrer d’une tenue irréprochable et n’en faire qu’à sa tête comme une véritable tête de mule l’instant d’après. Dès que le petit seigneur s’ennuyait, il laissait tout tomber et s’en allait les mains dans les poches.
Noah s’éloignait la mine boudeuse de la salle d’étude. Rester enfermé deux heures dans cette pièce à répéter des phrases stupides avait sévèrement entamé sa patience. Il avait des problèmes de bégaiements depuis toujours, et la présence presque quotidienne du professeur Kaine depuis des années avait porté ses fruits. Néanmoins son bégaiement n’avait pas disparu complètement et on avait jugé nécessaire de poursuivre les séances. Une décision complètement stupide d’après son père qui ne voyait pas l’intérêt d’apprendre à parler à un mioche qui était muet comme une carpe les trois quart du temps, « enfin c’est son argent alors laisses la vieille bique faire ce qu’il veut, et puis bégayer t’aideras pas pour la drague alors c’est un mal pour un bien » avait-il ajouté avant de lui ébouriffer les cheveux et de disparaître.
C’était comme ça avec son père, il allait et venait, disparaissez pendant des jours voir des semaines, pour « faire la bringue » disait le jardinier, et puis revenait un grand sourire aux lèvres parce qu’il était à cours d’argent et qu’il avait besoin de rester quelques jours au calme.
Une attitude qui ne manquait pas d’irriter « la vieille bique » que Noah pour sa part appeler plus communément grand-père. Aussi loin qu’il s’en souvienne c’est ce dernier qui avait supervisé son éducation et Edward ne lésinait pas sur les moyens mis en œuvre pour offrir à son nouvel héritier la meilleure éducation possible.
Et malheureusement pour lui le ciel n’avait pas décidé de lui faciliter la tâche. Il avait fallut que l’enfant soit bègue, ce qui n’était pas le plus gros problème car cette tare était gommée par le travail intensif de Monsieur Kaine et des tonnes de billet et d’autre part par le fait que l’enfant n’était pas très loquace, ce qui amenait au deuxième problème. Noah semblait à l’opposé de son père et pourtant ils étaient copie conforme. Là où Damian était sociable, charmeur et extravertie, son fils était renfermé, silencieux (et c’était proche de l’euphémisme) et associable.
Non pas que Noah soit de mauvaise compagnie, il se montrait souvent d’une courtoisie remarquable, du moins quand la situation l’exigeait. Mais il semblait s’ennuyer en permanence et son caractère introverti ne lui avait pas permis de se mettre à l’aise avec les autres enfants de son âge. D’ailleurs on avait abandonné l’idée de le scolarisé dans une école au profit des professeurs particuliers. Son grand-père l’avait inscrit dans les meilleurs et plus coûteuses école privés, le résultat était toujours le même et Noah en gardait une très mauvaise expérience. On lui avait fait manger un vers de terre de force, on l’avait enfermé dans les toilettes, jeté dans la fontaine …

Arrivé devant la salle de musique, Noah pénétra alors dans la seule pièce du manoir où il se sentait vraiment chez lui. Il y avait une chose sur lequel tous s’accordaient, Noah était un petit virtuose du violoncelle. Et l’instrument constituait la seule chose matérielle pour laquelle il avait un réel attachement. Autant la chevalière frappée de ses initiales pesait lourd sur son doigt fragile et une furieuse envie de la jeter au long le démangeait, autant la vue de son violoncelle avait la capacité de mettre un peu d’étincelle dans on regard vide. Lorsqu’il sentait son archer dans la main, son cœur découvrait enfin tout un panel de sentiments qu’il n’éprouvait jamais ailleurs. Et quand il jouait, Noah pensait, il pensait à tous ce qu’il entendait tous ce qu’il voyait. Car du haut de son mètre quarante cinq, Noah observait.
Etranger à tous, il n’était jamais acteur il observait à l’écart le monde autour de lui. Il adorait se cacher pour espionner les gens à leur insu.
Il se cacher sous le large fauteuil de son grand père. Le patriarche de la famille fumait un cigare en lisant le journal. Et même si la fumée âcre lui piquait les yeux et lui chatouillait le nez, Noah restait sous le fauteuil à l’entendre marmonner sur la misère du monde, « la perte des valeurs d’antan » et le bon whisky en voie d’extinction. Le vieil Edward était un homme de valeur, un gentleman et un bon chrétien. Il incarnait à lui seul toutes les valeurs de la vieille aristocratie anglaise. Il écoutait s’offusquer du peu d’intérêt que son fils portait à son propre fils, mais que c’était normal pour un garçon qui était devenu père à dix sept ans, qu’il était unique fautif de cette erreur, que sa défunte femme devait le maudire mais qu’au moins il avait un héritier maintenant.
Parfois même quand le vieil Edward avait bu un peu plus que d’habitude il s’avouait en chuchotant qu’il avait au moins l’occasion de voir le visage de son fils qui le détestait.
Toujours discret, toujours silencieux Noah se cachait aussi dan l’église du père Lafferty et il écoutait les confessions des pêcheurs sans y comprendre la moitié. Il écoutait le prêtre les prévenir de la damnation de leur âme, de la faiblesse de l’homme et de la joie d’une existence vertueuse. Il en avait conclut que d’après tout ça son grand-père irait probablement au paradis mais que son père était bien mal barré.

D’ailleurs s’il y avait une chose que Noah aimait le plus faire c’était l’observer, lui, son père. Ce bel homme trop jeune et trop vivant pour être père, celui qui revenait toujours une femme sous le bras. Damian qui souriait toujours comme s’il n’y avait aucuns soucis à se faire et qui voulait vivre sans attaches. Celui qui l’appelait gamin et jamais fiston. Et quand Noah se cachait derrière le mur de la véranda pour l’observer jouer de la guitare (et pas du banjo lui avait-il expliqué, apparemment son grand-père n’était pas très au fait des instruments), il s’arrêtait tout de suite, sifflait un coup sec en agitant son chapeau pour lui faire signe de venir s’asseoir à côté de lui. Jamais il n’avait pût le prendre par surprise, il devinait toujours sa présence, lui tapotant distraitement le crâne quand il passait à côté.
Et quand il jouait du violoncelle, il jouait pour son père qui même s’il détestait le classique n’avait pas manqué une seule de ses représentations. Il était toujours là quelque part au fond de la salle à bailler d’ennui. Et à la fin du spectacle il lui ébouriffait gentiment les cheveux ponctué d’un « t’as jamais pensé à essayer la guitare? C’est imparable avec les filles». Mais ça personne ne semblait comprendre, il entendait toujours les murmures désapprobateurs sur le manque d’engagement de ce père, il captait les regards presque navré que lui jetait les vieilles dames dans les soirées de son grand-père.

-Pauvre enfant il n’a pas de mère et son père le délaisse pour vagabonder avec les filles …
-Pas étonnant qu’il soit aussi bizarre, ce doit être le syndrome de l’abandon…
-Son père n’en a que faire ….

Alors bien sûr que Noah ne parlait pas, pourquoi parler quand on sait pertinemment que personne ne vous comprend. Il leur aurait bien expliqué à toutes ces vieilles dames qu’elle n’avait rien compris. Il aurait bien expliqué à son grand-père que son fils ne le détestait pas, qu’il portait toujours sa chevalière autour du cou caché sous son t-shirt, qu’il parlait de lui dans ses chansons. Parce que du haut de son mètre quarante cinq, Noah savait que son père l’aimait. Qu’il avait acheté des C.D et des livres sur la musique classique qui l’ennuyait tant, qu’il avait une photo de lui dans son étui à guitare et qu’il parlait toujours de Noah à ses amis musiciens. Il avait même dit au téléphone à Freddy le bassiste que la musique de son fils était la plus belle au monde et qu’il tenait sûrement ça de lui. Et parce que son père sentait toujours sa présence, il l’aimait encore plus.

**

Seule chose qu’il sentait encore c’était la présence de son archet dans sa main droite.
Ecrasé sous son violoncelle, trop cliché. Renversé par une voiture, pitoyable.
Ce soir il avait bien joué il était fier, et son père lui avait promis de l’emmener dans son repère à lui avant de rentrer au manoir, sa cachette secrète où il jouait de la guitare. Il en avait de la chance.
Il partait en virée avec son père ce soir.
Peut être qu’il rêvait déjà, mais il lui avait semblait apercevoir l’éclat d’une chevalière au dessus de lui. Peut être que c’était son nom qu’on criait.
Trop tard.

**

Il s’était réveillé seul au milieu d’une clairière.
Pas besoin d’être un génie pour comprendre qu’il n’avait rien à faire dans une clairière, perdu au milieu de nulle part sous une pluie battante. Il était trempé jusqu’au os et la pluie s’abattait sur lui, comme une forme menaçante prête à engloutir son petit corps. Essayant de se relever il avait constatait que son petit poing s’était refermé sur son archet. Peut être qu’il rêvait ? Mais les gouttes glaciales qui s’en prenaient à lui le pousser à trouver un abri. Ce rêve s’annonçait particulièrement désagréable. Une part de lui avait envie de crier à l’aide, mais entendre l’écho de sa voix étouffée par la pluie battante dans cette clairière fantomatique l’effrayer bien plus que le silence. Les yeux grands ouverts, son archet serré très fort dans sa main il se mit à avancer en direction de nulle part.

Personne ne viendra te chercher ici


Personne ne viendrai le chercher ici, il ne savait même pas où cet ici se trouvait. Il n’était pas venu dans cette clairière, c’était la clairière qui était apparu. Il venait de terminer sa représentation, oui il avait bien joué et puis son père avait rangé l’étui dans le coffre de la voiture. Quel imbécile, il avait oublié de ranger son archet. Et puis … Un frisson plus glacial que la pluie remonta le long de son dos. Le silence était brisé, il entendait du bruit, peut être qu’on venait le chercher ? Mais qui? La réponse ne se fit pas attendre et avant même de n’avoir pût apercevoir quoi que ce soit le garçon se retrouva face contre terre. Instinctivement il se mit à battre des jambes et des pieds comme une furie et laissa échapper un bruit aigu à mi chemin entre un cri de surprise et un aboiement apeuré. Une main osseuse le saisit par un bras pour le remettre sur pied. Malgré ses efforts Noah se sut s’en défaire et l’étreinte se resserra, une femme à l’allure de folle rivait sur lui un regard nerveux.

-Ne poses pas de question petit, n’ai pas peur et viens avec moi.

Un hurlement se mit à raisonner et la folle devint livide, elle relâcha son bras et le garçon en profita pour s’éloigner à pas prudent. Peut être qu’elle allait lui sauter à la gorge ? Il avait entendu parler de fous qui étranglaient les enfants, leur arrachaient les oreilles pour s’en faire des colliers. La folle fit un pas vers lui et de peur Noah lui assena un coup avec son archet, celui-ci malmené par la pluie se brisa en deux. La folle poussa un cri de surprise et sans demander son reste.

-Non attends reviens, c’est dangereux je veux juste …

Mais Noah n’écoutait déjà plus, il courrait sans regarder derrière lui. La terre était glissante et après plusieurs chutes, maculé de terre il fit la seule chose qui lui semblait sensé.
Il tenta de grimper à un arbre, exercice auquel il était rompu mais la pluie n’aidant pas ce ne fut pas chose aisée. Il y parvint enfin et resta prostrée dans sa nouvelle cachette.
Ici personne ne le trouverai jamais, mais maintenant il ne voulait plus être trouvé. Il en était sûr, jamais son père ne viendrait ici. Il resta sur son arbre grelotant, guettant le moindre bruit dans le silence oppressant de la clairière.

Il entendait des cris de douleurs porté par le vent, il sentait la pluie redoubler. Peut être qu’elle voulait le faire tomber de l’arbre ? Peut être que la folle le cherchait encore pour le ramener chez elle. Il essayait d’entendre les notes dans sa tête, se rappeler ce que son violoncelle chantait quand il pensait à son père mais les notes se brisaient au fur et à mesure que la pluie battait les feuilles. Il était cerné par le silence mauvais de la clairière, les notes avaient disparus.
Il n’y avait personne, il était seul tout seul. Il finirai par mourir seul sur son arbre, ou noyé sous cette pluie ou peut être même qu’une autre femme essaierai de l’emmener. Et il avait perdu son archet. Sans aucunes notes pour l’apaiser, le silence le rendait fou, les larmes se mêlaient à la pluie. Et son corps devança son esprit, il se mit à hurler comme un dément, hurler comme il ne l’avait jamais fait.

Il avait peur, la clairière allait l’avaler tout entier, lui qui était seul tout seul …
Il avait l’impression de disparaître, plus rien n’avait d’importance. Il devait tout oublier. Il tombait, de l’arbre, du sol, de lui-même, il tombait sans jamais atterrir, une chute sans fin.
Personne ne viendrait le chercher jamais. Personne ne le retrouverait ici. Il était avalé, avalé la clairière silencieuse. Il était noyé dans la pluie glaciale. Il ne sentait plus rien. Le vide.
Et puis les notes , les notes partout qui remplaçaient les couleurs.

La première chose dont il eut conscience, les notes qui s’entremêlaient dans sa tête qui effacer tout.
Puis les notes sombres sans couleurs, graves.
Les notes qui tuaient tout espoir, la symphonie était morte. Il n’y avait rien que des notes dépareillé qui explosaient dans sa tête.
Il n’avait plus besoin qu’on vienne le chercher, il était arrivé à destination.

Un trémolo pressant le mit en garde mais déjà il était trop tard, tout affaibli et tout curieux de ce changement en lui il ne prit pas garde à la pluie qui se déversa en véritable sceau. Et quand le déluge l’emporta il était déjà tout inconscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acrion
Permission longue durée - In the navyyyy...
avatar

Nombre de messages : 917
Age : 38
Temps passé à Hollow Dream : Elle coule jusque dans mes veines...
Date d'inscription : 04/05/2007

MessageSujet: Re: Noah [Validé]   Lun 8 Juin - 10:02

Bonjour !

Alors, j'ai aimé cette fiche, si, si, si ! A part quelques fautes d'inattention, tu as bien respecté le monde qui t'accueille et ses règles. Aussi, je te l'annonce du fond de mon lac ( *__* ) Je te valide.

Bon évidemment, le chef-chef passera pour voir si je n'ai pas oublié quelque chose mais a priori, cela devrait être bon donc...

Bienvenue !


Le hasard se chargera de te trouver des compagnons de jeux ou un tuba et des palme, bon courage Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent
Chef des Ombres - Idole martyrisée
avatar

Nombre de messages : 1098
Temps passé à Hollow Dream : Trop longtemps...
Date d'inscription : 23/12/2005

MessageSujet: Re: Noah [Validé]   Sam 13 Juin - 16:55

Bienvenue Noah! ^^

Pour ce qui de commencer le jeu, tu es malheureusement tombé pile dans une période charnière, si bien que tu ne peux pas commencer n'importe où sous peine de rester seul assez longtemps. Rolling Eyes

Je te suggère d'attendre que les feignasses issues des îlots aient commencé à poster, pour ensuite rejoindre le jeu du groupe de ton choix; on considérera que tu t'es réveillé sur la plage/le rocher sur lequel ils viennent s'échouer. En attendant, tu as bien entendu accès au flood. Cela te convient-il? Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hollowdream.darkbb.com
Noah
Nouvel arrivant
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 01/06/2009

MessageSujet: Re: Noah [Validé]   Dim 14 Juin - 5:18

Très bien pour,
j'attendrai que le destin décide^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~Echo~
Narratrice mauvaise joueuse
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Noah [Validé]   Sam 27 Juin - 1:05

Le destin n'étant pas disponible, c'est Echo qui se charge de la distribution des rôles.

Le vôtre, cher ami, sera ainsi de nous faire visiter la forêt, plutôt à l'Est si cela ne vous dérange pas.

Vous serez rejoins très, mais alors très très vite. Evil smile



Bon jeu! Et bonne chance. Smiiile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Noah [Validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Noah [Validé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Yannick Noah
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Noah n'a pas perdu son coup droit légendaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: LA PREFACE :: Présentations :: Ombres-
Sauter vers: