AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En quête de...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Mer 9 Juil - 16:01

"Sois prudent s'il te plait"

L'ultime provocation, l'ultime pied de nez du chaperon au grand méchant loup.
Je la regarde avec un sourire mauvais.


"Que veux tu qu'il se passe Carmen, ce manoir est aussi mort qu'un arbre après un hiver glacial."


Je me penche vers elle, attrape son visage la forçant à se redresser légèrement et pose un baiser sur ses lèvres.
Je la mord doucement, souverain, et la repose au sol.
Mes yeux brulent.

Je me détourne sans attendre sa réaction ni sa réponse, le corps nerveux, tendu par le manque, de chair, de contact, de sang.



"Je ne m'excuse pas l'Andalouse.
Sois sage pendant mon absence.

Un jour tu sentiras la morsure...."


Mes pas glissent.
Sensation glaciale.
La solitude encore cette chose si laide s'empare de moi.
Une fois de plus quand je franchis la porte.


direction les combles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Mer 9 Juil - 20:17

Quel horrible sourire. Elle baisse les yeux sur sa branche, comme un future noyé s'accrocherait à sa bouée inutile. Elle n'aime pas ce sourire, cette chose qui ressemble à l'autre, cette autre chose qu'il a, qui est inhumaine et mauvaise. Elle ne veut plus le regarder, mais elle ne peut plus l'empêcher d'aller où il veut dans ce manoir. Un cimetière, voilà ce que l'édifice est devenu. Mais un cimetière doit être respecté, on ne profane pas les tombes, on reste silencieux pour ne pas troubler le repos des morts, car même sous l'écorce gelée, la sève peut encore couler. Combien de choses pourraient se réveiller au moindre faux pas? Peut-être pas beaucoup, mais ce sera toujours trop de toute manière. Alors elle garde les yeux baissés, cherche à planter le verre dans le bois, racle un tout petit peu d'écorce. Si peu... ça va être long, mais peut-être ce travail l'empêchera-t-elle de trop penser, de se faire des inquiétudes quand elle serait mieux en étant pleinement rassurée. Seulement elle ne pourra plus être rassurée, plus tant qu'il aura cette chose mauvaise.

Mais il ne la laisse pas, et ses mains ne font que la crisper d'avantage. Elle ne peut pas faire autre chose que de se redresser, le corps tendu, nerveuse quand il rapproche son visage qu'elle ne peut pas détourner. Elle n'ose pas réagir, elle est toujours piégée. Mais un gémissement lui échappe, un de surprise, peut-être de crainte peut-être. La morsure n'a rien de violent, mais il voudrait sans doute bien l'être. Ou en tout cas elle sent au-delà des dents cette chose bestiale qu'elle redoute, et qui l'a surprise. Il ne la contrôle pas entièrement, il vit avec et s'en sert, ou s'y soumet peut-être. Elle ne comprend pas pourquoi il ne l'étouffe pas, comme elle a étouffer l'autre. Et il la libère, enfin. Elle reste au sol, figée, toujours tendue. Ses doigts sont serrés sur le verre, sa seule arme, sa seule chose pour croire encore qu'elle pourra faire le nécessaire s'il le faut, même si c'est faux. Une autre chose, pour la défendre, puisque lui veille sur elle sans qu'elle ne puisse avoir la certitude d'être vraiment protégée. Elle veut y croire, et ne peut réagir.

Pas d'excuse, elle n'avait même pas espérer en obtenir pour se geste qu'elle devrait pourtant considérer comme inadmissible. Etre sage, que peut-elle faire de plus? Fuir? Oui, ce serait l'occasion. L'occasion rêvée. Lui loin, elle n'aurais qu'à suivre ce chemin qu'elle connait si bien à travers le manoir, pour trouver une issue plus discrète, une porte de sortie qu'il ne connait pas. Et où irait-elle? Elle n'a rien, à part le manoir. Et dehors? Il la retrouveras. Il est un traqueur, celui qui ramène le gibier. Alors une petite danseuse égarée...

Un frisson glacial lui remonte l'échine aux tout derniers mots. Elle ne veut même plus lui courir après, même plus l'empêcher d'y aller. Parce que tant qu'il sera en train de commettre son crime, il ne lui fera rien. Parce qu'il a peut-être besoin d'aller dépecer autre chose pour ne pas la dépecer elle. C'est mieux ainsi, bien mieux. Le sauveur mêlé au bourreau, quel horrible être, un être pourtant bien familier. Reviendra-t-il tel qu'elle voudrait qu'il soit? Comme avant? Comme avec ce sourire sincère qu'il avait eu? Comme sous la pluie pour chasser la boue? Ou continuera-t-elle à douter, à désirer fuir mais à souhaiter rester en même temps? Elle n'aime pas être partagée en deux, parce qu'en deux...
*A deux, vilaine fille...*

Ses mains lâchent les outils, se plaquent sur ses tempes. Yoshe est loin, il est là haut, elle peut entendre ses pas sur le plafond, ses pas qui se mêlent au murmure qui renait. Elle ferme les yeux, ses mains se crispent dans ses cheveux et elle se balance, juste quelques secondes, juste pour s'assurer que ce n'est rien et...

Le masque d'indifférence se pose gentiment sur ses traits un peu moins tendu. Elle récupère son verre, son bâton, et taille lentement, du moins comme elle peut, chantonnant à peine, chantonnant cette mélodie sur laquelle elle avait esquissé ses derniers pas, autrefois... C'est loin, tellement loin, mais pour elle, c'était il y a deux semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Mer 9 Juil - 21:20

de retour des combles

Affairée, sur ses petits batons.
Elle me tourne le dos.
Cette naïveté si humaine.
Jamais une ombre n'aurait tourné le dos à une porte en ces temps troublés, si elle avait le moindre souvenir d'elle-même, la moindre jugeote.
Mais elle est si bonne comédienne.


J'étouffais là haut.
j'étouffais.
Je n'ai plus ce fardeau infâme.
je le le porte plus.
celui d'avoir crevé leur intimité.
Ombres..... ombres..... qu'est-on de plus que cela.... Vous transparentes femelles.
Hommes ou femme qu'importe vos choix.
Tant éloignés de l'animal.

Si loin de cette pesanteur qui donne à la bête ou à l'homme sa grâce misérable et sublime.

Je pénètre dans la pièce.
Les escaliers interminables continuent de se dérouler.
cette armoire opaque renferme les secrets.
tous les secrets du monde.
j'y pense.
Mes pensées en bataille.
Comme un champ de bataille.

Carmen... quelle ombre es-tu....
Qu'as tu partagé avec le femme que j'aime.....


Mon paquet sous le bras j'entre triomphant, ne dissimulant rien.
Le ballot de mes trésors tressé par la cape de la grise.
Noire.


Les chaussons de ballerine se balancent à mon bras comme deux têtes réduites.
Les dagues glissées dans ma ceinture m'entaillent les chairs et j'aime cette sensation qui me divertit de toi.

Je reste sur le pas de la porte, m'y assois.
Toute haine a disparue.
Seul le sourire est resté.

Je détache les chaussons délicats et en fait rouler un.
A mis chemin entre elle et moi.
Je sais qu'elle en reconnaitra le bruit, le petit froissement.

Le second je le garde.

J'extirpe du ballot la lamelle de cuir.
Et une dague, que j'aiguise en crachant sur le morceau de cuir.
Rien d'autre que ce bruit du rémouleur avant le dépeçage animal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Mer 9 Juil - 22:05

Les pas reviennent, mais elle n'y prête qu'une attention muette. Ses gestes ne s'arrêtent pas pour autant, elle taille, encore et sans but, le bout de bois entre ses mains. Il n'entre pas pourtant, et c'est ce qui la surprend un peu. Elle lui tourne toujours le dos pourtant, redoutant l'instant où il faudrait faire face, affronter le criminel de retour avec son butin. Alors elle taille, laissant tomber devant elle les petits morceaux de bois écorchés. Elle ne chantonne plus pourtant, elle se demande juste quand il franchira le seuil. Mais à défaut, elle n'entend que le froissement du tissu, celui qu'on fait quand on se baisse. Peut-être s'est-il assis? Pour le savoir, il faut qu'elle se retourne, mais elle ne le peut pas, pas encore, c'est trop tôt.

Seulement il arrive, ce son, celui d'un objet qui roule au sol, un objet en partie dur et doux, un objet de torture adorée, un objet... Ses mains cessent leur activité. Sans trop savoir pourquoi, ses doigts ne lui répondent plus, et le verre chute sur le sol, le morceau de bois aussi. Elle relève la tête, mais ne veut pas se retourner et ferme les yeux, très fort, comme si c'était juste le fruit de son imagination. Mais il est là, lui, dans son dos, éloigné, et il joue avec ce qu'il a trouvé, lui balançant un bout de butin, un bout répugnant. Mais elle ne résiste pas bien longtemps. Elle entrouvre les yeux, ose à peine tourner la tête, son regard raclant le sol jusqu'à la cause de ce son si connu.

Chaussons...

Esquisse quelques pas, piqué, pointé, rond-de jambe et pirouette et...
*Lève les yeux, souviens-toi.*
Mais elle fixe toujours le chausson, son chausson, celui qu'elle portait se jour-là. Celui de la paire qu'elle avait retirée en arrivant ici, parce qu'ils lui donnaient cette impression d'être à sa place dans cet horrible endroit, parce qu'on ne voulait plus la voir danser sur la scène qui pourtant aurait dû lui être destinée. Mais il manque quelque chose. Il manque le second chausson.

Ses yeux glissent plus loin sur le sol, tombe sur le sourire de Yoshe, un sourire sans haine, le genre de sourire qu'elle voulait, qu'elle attendait, qu'elle apprécie. Alors pourquoi reste-t-elle sans le moindre sourire? Pourquoi son regard est-il si sombre tout à coup? Elle le voit, son chausson, son précieux chausson, son trésor, son talent, en possession de celui qui avait jusqu'alors fait ce qu'il fallait pour l'aider, à sa manière. Et lui, il aiguise son arme, tranquillement, celle qui servira sans doute à les nourrir. Mais elle reste bien loin de ces considérations culinaire. Sa main blessée va à la rencontre du sol, la seconde main fait de même, et lentement, à quatre pattes, elle s'avance vers l'objet lancé. Elle hésite un instant en tendant le bras, mais finalement attrape l'objet.

Elle ne lui demande pas où il l'a trouvé, la question est évidente. Il venait des combles. Mais une autre question lui brûlait les lèvres, cette question qu'elle ne lâche pas pour le moment, tandis qu'entre ses mains, elle contemple le chausson, glisse un doigt sur les rubans intacts, voit cette petite marque dans le creux du talon, là où on aperçoit encore, délavé par le temps, les initiales. C.H.


*Comment est-il arrivé là?"

La question est lâchée, ou plutôt elle s'échappe, sans sens logique. Comment ses chaussons sont-ils arrivés au manoir quand elle les avait rangés au refuge humain, ce refuge dont il ne restait plus que des cendres? Eux aussi auraient dû être en cendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Jeu 10 Juil - 20:17

Elle rampe petit chiot aux yeux noirs, attrape le délicat chausson.
Dents de lait.
crocs chétifs.
qu'est ce que tu crois faire de moi ainsi que tes semblables petite peste.
Crois tu que je n'ai pas assez vu le monde et son tas d'ordures sa crasse ses tortures ses infamies pour être encore atteint par ton petit commerce...! le même que celui des autres, de tous les tiens.

Le bruit de la dague comme une scie scande sa marche à quatre pattes.
Petit chien.
Petite...
Petite chienne.
Si tu savais ce qu'il coute de tailler soi même le cercueil dans lequel on enterre sa mère.
la scie!



Il redresse la tête et lui sourit, sans haine.
Il devrait pourtant.
Il ne répond pas à sa question, celle qui lui échappe.

Il la laisse savourer les retrouvailles avec sa vie passée.
Le passé.
Le couteau.
Aiguise le couteau.
songeant qu'une fois de plus, même au loin, Alhem veille au grain.
Mirahil.
MIRAHIL
Veille...

Mais n'est elle pas une ombre elle aussi.
N'a-t-elle pas prêté allégeance à sa race.
Ne s'est elle pas soumise à ce Messie ridicule amputé!!!
Amputé de toute évidence, la première chambre lui appartenait.
Froid comme la mort.
Froid et avare!
Ces gants d'une même main petit marquis de pacotille qui entretient la guerre sur ces terres.
Pourri
pourri jusqu'à l'os à ne plus rien vouloir
à ne plus rien espérer que le malheur des autres!

Qu'il me tarde ce jour.....

N'est elle pas elle aussi une ennemie.
La grise.
Saleté!
Indécise, fléxible!


Crevures d'Ombres!

Imbéciles congénitales qui croient que la mélancolie l'emporte en intelligence sur l'instinct.
Qui méprisent la colère par lâcheté.
Par infantilisme.

Sur la bête qui sommeille.
Votre avarice sans borne!!!!!



Il crache sur le cuir lustré.
Il crache au visage de ces ombres malhonnêtes, qui ne savent rien lâcher.
incapables du moindre pacte.

Adolescentes éternelles,
fossiles.
Vils serviteurs.
Xénophobes.
Esclaves de leurs nombrils.
Imbéciles!!!

Tout aussi creuses que les humains tout compte fait.

En teste le tranchant sur le cuir.
La lame qu'il lui passerait au travers du ventre, un jour, peut être.
Un jour, surement.

Et trancher cette langue inutile.


Puis se redresse, son ballot de trésors à la main, la dague dans l'autre et ce chausson orphelin qu'elle convoite.

Sur un fauteuil il dépose son paquet.
Laissant le chausson en évidence sur le dossier, marionnette sans son maitre, rubans délacés comme deux bras ballants qui n'en attendent que d'autres, bien réels cette fois pour les faire revivre.

"Touche pas à ça, l'Andalouse.
Cette chose là tu dois la mériter."


Il s'approche de l'animal.

Retire pantalon et chemise.
retire la corde lentement nouée autour de sa taille et la pose à ses côtés.
tout près, si près.

Tourne le gibier sur le dos et le pose sur ses genoux sur les pattes arrières pour qu'elles restent écartées.
Remontes la lame aiguisée du bas vers le haut.

Incise vers la tête pour le vider ce qu'il reste en prenant bien garde de ne pas enfoncer la lame pour ne pas percer la panse.

Fais le tour des cuissots avec le couteau jusqu'au reins.

Comme l'animal est encore jeune il tire le pyjama exactement comme pour un lapin et dégage les pattes avant.
Il n'a pas besoin d'elle pour tirer en même temps sur la peau sans la déchirer.


Tranche la tête d'un coup net et précis.
Le sang noir déjà coagulé ne se répand pas.



Débite.
Morcèle.
En silence l'animal sauvage qui fut son semblable.




"Pose ce chausson et vient m'aider maintenant"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Jeu 10 Juil - 21:29

Pas de réponse. Quelle réponse pourrait-il avoir, lui qui n'a fait que prendre ce qui avait été amené ici. Il manque un intermédiaire, la cause de ce déplacement... Une cause à sa connaissance du lieu. Et si elle les avait apporté elle-même? Oh non. Jamais elle n'aurait pris le risque de perdre ses chaussons. Ses précieux chaussons. Mais elle n'en a qu'un, un seul, et son regard dévie vers le second, avide, puis indifférent. Elle ne pense pas, mais elle a l'air pensive. Elle le veut, son chausson.
*NOTRE chausson.*

Son chausson, en possession de Yoshe qui pourtant ne témoigne aucune haine. Elle reste alors simplement là, à attendre qu'il le lui cède de son propre gré, mais il aiguise la lame, encore et encore, et ce son lui fait froid dans le dos. Elle s'assoit à nouveau, ses jambes repliées en tailleurs, son chausson acquis posé dans le creux formé, ses mains enserrant ses chevilles. Elle attend, parce qu'elle n'a rien d'autre à faire. Son petit travail inutile ne l'attire plus. Il n'existe que deux chose: Son chausson, et celui qui le garde.

Son souvenir, un souvenir douloureux, pénible, le genre de souvenir qu'elle rejette, pour ne pas perdre espoir. La dernière preuve de sa chute, de sa fin. La dernière chose vraiment à elle ici et dans l'autre monde. La seule chose qui la défini, un semblant d'identité quand elle se perd entre ce qu'elle est et ce qu'elle aurait voulu être. Mais elle n'en possède qu'une moitié. Cette fois, c'est différent d'avant. Elle la veut, cette seconde moitié qui lui appartient, comme un enfant jaloux et gâté qui refuserait de prêter son doudou. Cette moitié qu'elle préférait ignorer, elle en a besoin maintenant. Pourtant elle reste indifférente, horriblement indifférente.

Jusqu'à-ce qu'il se relève. La lueur d'avidité se ranime, brûle, et elle ne fait que fixer son chausson, comme un toxicomane au bord du manque fixerait sa dose. Une dose de satin et de bois, de petite ficelle. Un si beau chausson honteusement abandonné sur un dossier de fauteuil. Elle pivote sur le sol, reprend d'une main celui qu'il lui avait rendu et le serre contre elle, comme un poupon, comme une bouée. Elle se relève, s'avance, tend sa main libre... Et s'arrête. Pourquoi... Pourquoi la priver de son chausson? Pourquoi ne pas la laisser reprendre ce qui lui revient de droit, ce qui est à elle?
*Parce que nous l'avions mérité ce trophée, cette victoire, cette honte.*

Mais il le lui interdit, et elle ne veut pas attiser la haine. Carmen ne veut pas.
*Lâche... Dégonflée... Pitoyable vilaine fille...*

Ses doigts se recroquevillent, son bras retombe. Privée de son jouet, elle retourne à l'indifférence, ce masque qui peut si bien la protéger. Mais ses yeux ne dévient pas du chausson. C'est son seul objectif. Le récupérer et aller cacher la paire quelque part, loin de ses yeux, loin du regard des autres, loin de Yoshe. Enterrer peut-être, faire le deuil. Une jolie petite cérémonie funèbres sans leur accorder ne serait-ce qu'une pierre, pour qu'ils soient ensuite complètement oubliés, que plus personne ne les retrouvent.

Et sa voix encore, qui ordonne, qui révolte une partie d'elle-même, la partie qui choisi son maître et qui l'a défini comme illégitime. Mais Carmen voudrait tellement obéir. Elle tend le chausson, pour le poser à côté de son semblable, mais sa main crispée, ses ongles enfoncés dans le satin refusent de lâcher prise pendant quelques secondes. Mais elle lâche prise, secouant le poignet, comme si ce n'était pas elle mais le chausson qui s'accrochait. Et enfin seulement elle se reporte sur lui. Lui et sa proie qu'il met en pièce, lui et sa corde qu'elle remarque enfin sans y trouver la moindre utilité, du moins pour le moment. Elle fait un pas, douloureux, pour s'écarter du fauteuil, de son doudou, et s'approche.


"Que doisje faire?"

Pour l'aider... Et pour récupérer sa propriété. Elle s'agenouille face à lui, laissant le gibier marquer la frontière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Mar 15 Juil - 18:24

Il continue sa découpe minutieuse, étalant les morceaux devant lui comme s'il fabriquait un puzzle avec l'animal désossé.
On n'entend plus que le feu qui crépite et la lame qui cisaille, fend, avec une effroyable dextérité les différentes partie de la bête.
Ecorchant comme un anatomiste du grand siècle, dégageant veines et nerfs.

L'odeur forte du gibier lui remplit les narines.
La peau s'étale sur ses jambes et lui fait un long tablier de cuir semblable à celui des forgerons hérissé de chair en charpie.


"Embroche.
Voilà ce que tu as à faire et dégotes moi une grille, ou quelque chose qui pourrait en faire office.
A moins que tu n'ai déjà cherché pendant mon absence."


Il la sent tout près, à portée de lame.
S'il dérapait...
S'il la saignait et la crochetait pour boire son sang frais....



Ne lève pas les yeux.
Il sait qu'elle attend comme un chien docile sa récompense.
Elle joue bien. Elle joue si bien ce rôle.


Détache le cœur.
Puis le foi.
Les tend devant lui, faisant saillir les veines de son avant bras, palpitant, vivant et rougit, tandis que les abats compressés baillent entre ses doigts.


"A ton avis dans quelle partie siège l'âme d'une bête ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Mar 15 Juil - 20:51

Des morceaux de quelque chose qui vivait qui s'étalent devant elle. Pourquoi n'est-elle pas dégoûtée? elle devrait avoir des haut le coeur, vouloir détourner les yeux, chercher à étouffer l'odeur, mais non. Elle regarde, et ne ressens rien. Ou si, ce petit mouvement au creux de l'estomac qui lui rappelle qu'elle a faim, qu'elle avait faim. Mais ça, c'est vraiment ce dont elle a besoin? Ses yeux dévient un instant vers le fauteuil, là où se trouvent ses trophées. Pourquoi a-t-elle plus envie de bondir dessus que de se nourrir? C'est contraire aux besoins humains communs. Un autre besoin un peu plus fort, mais qui reste parfaitement régulé. Elle regarde Yoshe qui découpe avec soin, un soin sanglant pourtant. Il a l'air d'aimer ça, mettre en pièce un cadavre, ôter chaque nerf, chaque veine, prendre ce qui l'intéresse parce qu'il en a la possibilité. Jusqu'où pourraient aller ses possibilités? Sans doute là où commence sa restriction à elle. Ou alors passera-t-il au-dessus, comme il l'avait déjà fait.

Embrocher, hein? C'est facile pourtant. Et elle avait eu le temps de tailler du bois pour le faire, Mais cela sera-t-il suffisant? Pour une grille... Elle n'avait pas cherché, mais elle savait où trouver. Des grilles pour protéger des fenêtres, celles qui avaient été défoncées, et qui se perdaient entre les morceaux de verre du hall. Si ça se trouve, peut-être y avait-il même, perdu et cachés dans ce gros capharnaüm de quoi embrocher plus sérieusement la viande. Alors elle se lève. Pourquoi n'y avait-elle pas pensé avant? Sans doute parce qu'elle préférait penser à d'autres choses, comme à une solution pour agir face à Yoshe sans attiser sa haine, ou étouffer l'autre qui lui suggérait des choses dérangeante. c'était peut-être un peu bête. Ce rôle soumis pourra-t-il la protéger longtemps? Elle n'en avait pas la moindre idée. Elle s'éloigne vers la porte, et ne s'arrête qu'après les derniers mots de Yoshe. Elle se retourne, baisse les yeux sur ces choses ignobles entre ses doigts, ces choses qui devraient la révulser. Mais elle ne change pas d'expression, et se détourne, relâchant à peine.


"Une bête n'a pas d'âme."

Et elle quitte la pièce, retourne dans le hall en bas des escaliers, marche sur la pointe des pieds, entre les débris de verre, et cette fois ne passa pas par le centre. Elle longe les bord, là où elle n'était pas passée avant, se baisse et écarte avec soin le verre pour chercher ce qu'elle veut. Combien d'autres blessures gagnera-t-elle avec ça? Elle s'en fiche pas mal. Elle trouve, le reste d'un centre de fenêtre, un moceau de métal encore droit, mais brisé et pointu. De quoi embrocher. Et elle continue. Plus loin, un grillage, de ceux qui forment ces petits losanges aux fenêtres des vieux édifices. Un peu large, mais pas inutile. Elle fouille encore, se moquant cette fois du bruit causé par le verre. Une autre barre de métal brisé, mais différent du premier. Elle ignore d'où il vient, mais elle remarque une traînée brunâtre dessus. Il a déjà embroché quelque chose. Elle prend son butin, traverse le hall, ouvre la porte extérieure et sort.
Maudite pluie, au moins utile à quelque chose. Elle s'avance un peu, se montre à la pluie, nettoie le métal, recule un peu à l'abri pour ne pas être mouillée. Ses gestes sont mécaniques, habituels. Mais ses yeux se perdent sur la forêt baignée de ténèbres. Elle pourrait courir...

Mais non, c'est ici chez elle. Les dernières marques de saletés disparaissent de ces futures outils de cuisine et elle revient sur ses pas, retraverse le hall, remonte les escaliers et retourne dans le petit salon. Elle est encore mouillée, juste un peu, mais le feu y remédiera. Alors elle retourne devant la cheminée, s'agenouille devant le cadavre, pose sa grille. Le fer est abimé, tordu, il ne sera pas difficile de replier les extrémité pour lui conférer des pieds. Puis elle pose la première barre de métal à côté de la grille, et plante la seconde dans le premier morceau de viande qu'elle pousse ensuite du bout des doigts, pour bien l'enfoncer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Ven 18 Juil - 22:31

"Une bête n'a pas d'âme."

Bien sur... une bête n'a pas d'âme....
Sourire fourbe, haineux, lumière qui irradie la face de la chimère.



*Petite crevure, que crois tu être.... tu rêve d'être autre chose qu'une larve... mais rien de cela.... rien.... je sais DE TOUTE ÉTERNITÉ que celui qui se soumet a toujours eut le dessus sur celui qui torture....
JE SAIS CES CHOSES LA!!!!!!!


oui quelque chose bien en deçà de l'animal... quelque chose bien en deçà de ce qui vit, de ce qui pulse... la tique... l'animal à sang froid, l'animal qui te pompe... la petite bête qui te bouffe le sang... la petite fille qui s'agrippe à ta jambe et qui pleurniche... *




"Mais chiale! chiale!"


*Oui va chercher ta grille, fais ton œuvre, fous toi de ma gueule tant que tu le peux, tu ne l'emportera pas au.... paradis ah aha haaa !
Moi je suis vivant, le sang pulse dans mes veines.....*



"Espèce de charogne va faire ton œuvre!!!!!!!"



Il hurle ainsi qu'il arrache peau, os, fragment à l'animal qu'il révère.
Saisit le couteau et s'entaille l'avant bras, profondément.
Du sang frais.
Du sang d'homme....




"Allez! ramènes toi et bouffons cette saloperie de cadavre!!! Carmennnnn.................."


Un rire dément lui saisit le corps.
Il sait qu'irrémédiablement elle aura le dessus.
Pour le moment..
pour le moment.
...
Le dessus de l'esclave qui apprend trop vite. Trop bien.
Le toutou qui va laper son lait avec son sucre. Petites pattes de derrière.


Sale chienne!!!!

Qui fait semblant de se soumettre.
Semblant.....
reste ici....





"Magne toi! Carmen.
J'ai faim.



J'ai faim.
Tu sais ce que c'est que la FAIM ?"



Il saisit son bras, balance le cadavre morcelé sur le margelle de pierre.


" Carmen, j'ai ....."


et feint de s'évanouir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Lun 21 Juil - 18:07

Il est fou... Plus qu'elle peut-être. Non, elle, elle n'est pas folle. Mais elle fait comme si elle n'entendait pas. Pas cette insulte qui ne lui correspond pas vraiment, ou alors si peu. Elle presse sur la viande, l'enfonce plus profondément sur le métal, transperce, comme il était si facile de le faire sur des proies bipèdes. Pourquoi pense-t-elle à ça?

Le métal s'enfoncerait-il aussi facilement dans la gorge de Yoshe? C'est inhumain d'oser penser à ce genre de choses. Elle garde les yeux baissés, les dents serrées, elle n'entend rien, pas sa voix à lui, pas sa colère qu'elle sent dans sa voix. Il est fou, la faim est trop forte. C'est ça, la faim. ça rend les gens fous.

Mais il n'y a pas que la faim. Elle voit enfin, dans son champs de vision, ce sang qui coule, qui ne vient pas de l'animal. Elle ne lève pas les yeux plus haut que la blessure, parce qu'elle ne veut pas voir son visage, parce que la plaie est aussi plus... Intéressante?
Elle ne doit pas aimer le sang. C'est sale et répugnant, ça coule dans l'être vivant, ça na pas sa place à la vue des autres. C'est un peu comme un secret, une honte qu'on doit cacher, quelque chose qui ne se partage pas. Alors pourquoi ne ressent-elle rien d'horrible? Pourquoi n'a-t-elle que ce sentiment étrange de chose juste et passionnantes?
*Parce que nous aimons le sang, mais seulement quand il coule sur nos doigts. Tu n'as pas oublier, n'est-ce pas, vilaine fille?*

Non, elle n'a pas vraiment oublié ce qu'est la faim. Sauf qu'il s'agissait d'une faim bien différente de celle qui tenaille Yoshe. Suf que sa faim à elle, elle a du changé à Hollow Dream pour se rapprocher un peu de celle de Yoshe.

Ses mains se crispent malgré elle, ses ongles se plantent dans la chair de l'animal. Elle ne peut pas dévier ses yeux de la blessure, et sa propre faiblesse la répugne. Pourquoi a-t-elle eut cette simple pensée meurtrière? Cette simple envie de voir si sa pointe de métal acérée se planterait aussi facilement dans un corps humain vivant et palpitant, de savoir s'il arriverait à se débattre, à la repousser. Alors qu'il l'avait aidé. Pensait-il qu'elle puisse faire une chose pareille? Peut-être. Elle non, pas jusqu'à-ce qu'il décide de la priver de son trophée.
Et il s'effondre.

Sous la surprise, elle lâche son arme, celle sur laquelle les morceaux de viande étaient plantés.
*Tues-le. Il te menace.*

Elle se penche légèrement en avant.


"Yoshe...?"

Sa voix est brisée, elle est vraiment inquiète. Vraiment... Elle prend appui des mains sur le sol, ses doigts se referment sur la pique en métal qu'elle n'avait pas encore utilisé.
*Allez... Il t'a fait du mal, il t'a volé ton trésor.*

Elle contourne la carcasse de l'animal, tend sa main libre vers le visage de Yoshe. Il l'a aidée pourtant.
*Il se sert de ce que nous sommes, le fou trop curieux.*

Sa main armée s'élève, malgré elle. Carmen se sent si loin pendant ces quelques secondes. Son geste de fige, elle ne veut pas faire du mal. Elle n'est pas mauvaise, ou bien? Non, c'est une gentille fille Carmen.
*Si tu ne le fais pas, je le ferai pour toi.*

Un gémissement franchit à peine les lèvres de Carmen. Elle n'ose pas vraiment faire de bruit, mais sa main tremble. Elle n'arrive pas à donner ce simple coup. Elle devrait le faire, maintenant, il ne pourra pas riposter, il n'en sera pas capable. Ce serait si facile de l'abattre, si facile.


"Non..."

Sa main commence à descendre, lentement, sur le côté, elle ne veut pas, ferme les yeux pour chasser le cri de l'autre qui hurle, insulte, menace encore plus que Yoshe. Celle qui la traite d'incapable, de lâche, celle qui veut prendre le contrôle quand elle ne veut pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Mer 23 Juil - 12:13

Il ne la voit plus, il la sent seulement, son effroyable constance quand il n'est qu'irruption, interruption, lave, crachin, colère.
Chant de la scie, silence de la hache, voilà à quoi il pense tandis qu'elle s'approche le fer à la main.
Vénéneuse, contradictoire, luttant contre elle même. La lenteur de ses pas, la vivacité de sa pensée, cet autre qui tente de prendre le dessus.
Ce "passager de l'ombre" qu'il n'a de cesse de débusquer quand le sien se promène librement comme il veut.
Aguicheur, prétentieux, farouche, irascible.

Il attend sagement le coup, celui qui lui donnera raison.
Qu'il arrêtera dans son élan comme on tire un faisan qui s'envole.
Qui fera jaillir la part obscure, jumelle de la sienne qui le hait et ne désire que sa fin.
Sa propre folie.

L'épingler. Lui faire ce croc-en-jambe humiliant pour la faire trébucher au moment où elle se montrera. Saisie.


Désir... est-ce vraiment le terme approprié pour qualifier ce qui anime cette entité monstrueuse.

Mais il ne vient pas.

Le sang de son bras goutte sur le sol.
De plus en plus lentement.
Si Carmen y prêtait un peu d'attention elle verrait l'anomalie de sa physiologie, cette cicatrisation trop rapide, cette étrangeté de la chair.
Si seulement elle était moins préoccupée d'elle-même, moins attelée à cette lutte sans fin et perdue d'avance, si elle n'était pas seulement obsédée par l'envie de meurtre que chacun de ses souffles, de ses pas, de ses hésitations trahissent.

Il s'imagine voyager sur ce ruisseau minuscule qui s'échappe de son corps comme s'il pouvait le vider de toute volonté, le libérer de sa faim, de ses rêves.

Les bêtes ont une âme et elles rêvent.

*Toi je doute que tu rêves encore ou que tu ai jamais rêvé..... Mais des cauchemars en excès, des cauchemars à ne plus vouloir jamais dormir....*

C'est la plus juste des certitudes.
Comment peut- elle en douter, à moins d'être une machine, une sorte de mécanique céleste, de ces sphères que l'on atteint jamais et qui tournent désespérément seules sur leurs orbites.

Un souffle près de lui, sa voix indifférente prononce son nom, son ancien nom, sa voix coupable de tant de mauvaises intentions qui affleurent quand elle épèle chaque lettre, comme si elle butait sur des cailloux. L'esprit de Yoshe coure dans le ruisselet de sang, celui de Chahîd veille, à la surface de sa peau, dans chacun de ses pores, guette l'avancée de l'ombre, celle qui se cache et tente de prendre le pouvoir sur Carmen.

De plus en plus forte de plus en plus excitante, de plus en plus palpable.



*Approche.....viens..... qu'est ce que tu attends pour entrer en scène... approche toi.... viens partager mon repas....*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Jeu 24 Juil - 0:59

Mais elle ne veut pas. Elle lutte, elle cherche un moyen de ne pas achever son geste. Elle n'est pas une tueuse, jamais elle n'a elle-même ôté une vie de ses propres mains. Elle est trop... Lâche, égoïste, terrorisée. Elle ne veut pas, elle voudrait pouvoir fuir, se cacher, se terrer dans un endroit sombre où elle serait à sa place. Un endroit rien que pour elle, où elle n'aurait plus besoin de fuir et de craindre. Un endroit où quelqu'un la protègerait. Quelqu'un qui ressemble un peu à Yoshe, mais qui ne lui fait pas peur. Quelqu'un qui serait mauvais à sa place, qui serait tout ce qu'elle n'a jamais eu le courage d'être. Quelqu'un qui se bat quand elle ne fait que pleurer.
*Appelle-moi.
Allez, vilaine fille.
Tue-le ou cèdes-moi la place.
Il est dangereux.
Je le sais mieux que toi.
Ce fourbe, ce monstre.
Tellement pire que toi.
Et peut-être aussi pire que moi.
Recule dans tes ténèbres et laisse-moi achever ce geste.
Tu sais, il attend que je le fasse.
Mais si je ne le fais pas, il sera encore plus en colère.
Cette colère que tu crains tant.
Il est temps...*


"Non..."


Oh oui. Sa main tremble, la main de Carmen qui voudrait reposer le pique et s'éloigner. Celle qui voudrait revenir en arrière, très loin en arrière. Celle qui voudrait juste oublier un peu qu'elle a peur. Il ne bouge pas, mais elle ne le voit pas. L'autre le sent. Elle gémit, sanglote, marmonne à peine des suppliques. Elle supplie l'autre de se taire, de ne pas dire ce qu'elle ne veut pas savoir. De la laisser croire, juste encore un peu, qu'il n'est pas ce qu'elle pense, qu'elle n'a pas besoin de fuir. Mais c'est déjà trop tard.

Sa main ne tremble plus, elle a cessé de murmuré. Son visage penché en avant disparaissait sous des mèches toujours blondes. Ses lèvres s'étirent à peine, juste à peine. Juste un petit sourire. Le bras se relève un peu plus, avec une certaine grâce, mais surtout avec fermeté. Elle n'hésite plus.


"Ouvres les yeux et vois
l'enfer que tu désires tant."

Elle relève les yeux baignés de noirs, son sourire insidieux, joyeux, enfantin, tandis que son bras s'abat. Elle sait, elle, qu'il ne dors pas, qu'il n'est pas ce qu'il prétend être. Mais elle doit le prouver, montrer à Carmen qu'elle a raison pour assoir sa position. Yoshe et l'autre en lui seront utiles pour ça. Après... Après c'est plus tard, chaque chose en son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Jeu 24 Juil - 11:54

« Oui, mon ange, je lève les yeux et je vois ton enfer. Mais je ne connais pas son nom »

Les yeux bleu acier fixés sur ceux de l'ange noir.
Dans sa main son poignet prisonnier prolongée de cette main fine et glaciale qui s'achève en pique.


"Est ce que l'enfer s'est fatigué d'étouffer cher ange ? Il en a mis du temps à venir lécher la créature de ses flammes délicieuses."


Les yeux avides et profonds comme un océan sondent le trou noir.


"Il parait qu'il y vit des étoiles massives qui absorbent les autres plus petites.... C'est une sorte de tradition, d'héritage,
une anomalie....."


La main resserre son étreinte tandis qu'il se redresse.
Le sang déjà noir s'écaille sur sa peau dont la chair referme ses lèvres.
Ses yeux comme des crocs se reflètent dans le miroir des siens.


"J'y vois des enfants détruits et des mères assassines, des rejetons exterminés comme de la vermine, des femmes alanguies, impotentes ou lépreuses saignant leur progéniture en espérant guérir, le sourire satisfait, des enfants aux yeux exorbités la bouche ouverte sur un cri sans fin,
et puis.....des jeunesses cruelles..."


Il desserre le lacet de ses doigts sentant sa proie s'estomper comme un dessin au soleil.

" Jolie Carmen que tu peux être vilaine, l'enfer est long, interminable, on a tout le temps d'y savourer la souffrance des autres pour oublier la sienne"

Se redresse de toute sa longueur, toisant la beauté froide, cette fleur morte et précieuse épinglée entre deux pages pour en conserver la rareté sans en garder le parfum.
Et sa main, minuscule et forte, tendue vers le plafond serrant son arme de fortune comme un hochet.
Sa main libre crochète un morceau de gibier et en déchire un morceau, la regarde. Comme une menace.
Avale sa bouchée, savourant la chair tendre qui s'emiette sur son palais.


"Pose ce jouet, mon ange. J'ai toujours eut horreur de la dinette des enfants trop sages."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Jeu 24 Juil - 21:46

Des les premiers premiers mots, le sourire disparaît. Un sifflement glacial, agressif, fuse entre les dents serrés de la danseuse. Elle n'est plus si amusée que ça. Il prend ses aises, le traître, celui qui joue avec Carmen. Sa Carmen. Et ses chaussons. Hideuse créature qui n'a pas sa place ici et qui souhaitait pourtant tellement voir celle qui ne l'apprécie pas.

"Silence... Ce nom est une insulte pour nous deux."


Pas d'ange. Surtout pas. Cette appellation, on la donne aux condamnés. Et elles ne sont plus condamnées. Plus depuis trente ans. A moins qu'il ne s'agisse de vingt-neuf? Peu importe. Elle ne l'aime pas, mais dans les yeux noirs, derrière le miroir, la tristesse et le désespoir montent. Lentement, douloureusement, mais pas pour les deux. Juste pour une que les souvenirs reviennent frappés, ces choses qu'elle avait oubliées, qu'elle ne voulait pas se rappeler. Ces choses qui pourtant sont sa faute, puisqu'elle a créé l'assassin en toute connaissance de cause. Mais elle disparaît, lentement, se recroqueville dans l'esprit de celle qui maintenant est là, encore somnolente, mais bien présente. Le changement se produit, il prend son temps, et une grimace de douleur vient ternir la colère contre ce monstre qui a blessé Carmen. Sa Carmen...

Qui lutte contre la douleur et pleure pour reprendre sa place. Tout est là, mais elle veut encore y croire un peu, juste un petit peu, quand Myst somnole encore. Il la repousse en se redressant, mais elle reste toujours figée. Elle aurait tant voulu planter le métal, faire jaillir le sang, juste parce qu'elle en avait envie maintenant. Mais la fatigue est toujours là, aussi sûrement que la pluie dehors. Et la créatrice n'est pas encore assez effrayée par Yoshe. Parce qu'elle a peut-être un peu plus peur de sa créature maintenant que les souvenirs reviennent, mêlés aux cris et aux suppliques des visages décharnés. Il la relâche, alors elle recule, glisse sur le sol, sans trop s'éloigner. Son geste s'achève, le pique se plante profondément dans un morceau de la carcasse. Juste un avertissement.


"Ne joue pas avec MA vilaine fille..."

Elle baisse subitement le visage, le plonge entre ses doigts qui recommencent à trembler. Elle lutte, et revient, repousse l'autre si mauvaise, l'autre si réaliste pourtant. Elle sanglote quelques secondes, sans se soucier de ce qu'elle craignait tant. Mais l'autre ne va pas bien loin. Le regard est toujours aussi noir quand elle le relève sur Yoshe, et sur l'autre qui lui appartient.

"Pourquoi tu fais ça? Pourquoi tu veux tant la voir?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Mer 30 Juil - 12:47

La voix brutale et menaçante intime le silence, il sourit.


"Silence...Ce nom est une insulte pour nous deux."

L'ange noir croit en son pouvoir, comme n'importe quelle créature maligne. Sous-estimant ce qu'il y a de puissant dans la fragilité des humains.
Y-a-t-il seulement une seule créature qui dans cette vallée soit parvenu à faire disparaitre toute trace d'humanité en elle ?
La schizophrénie n'en est que le mirage, un jeu de miroir et d'illusion.

"Ne joue pas avec MA vilaine fille..."


*Bien sur mon ange... Ta vilaine je vais la choyer plus que tu ne l'as jamais fait. Et toi avec... petit démon,
que tu le veuilles ou non.*


Le pique s'enfonce dans la chair tendre de l'animal, serre unique qui lui arracherait les yeux sans le moindre remord s'il la laissait approcher de lui.

L'ange s'est manifesté, et l'heure de l'ange aura bientôt sonné pour Yoshe et Carmen.
Chahîd affute ses lames en secret, ravie d'avoir enfin la totalité de sa personnalité en face à face.
Mais pour le moment il sait qu'il va lui falloir calmer le jeu.
Ne pas brutaliser davantage les secrets que ce délicieux corps féminin cache avec tant de pugnacité et de désespoir.

A peine la banderille plantée qu'elle s'effondre, s'affaisse sur elle même, et larmoyante, chétive petit bête redresse la tête vers lui, les yeux souillés de larmes. Cernant ces iris noirs comme un trou sans fin.
Elle sanglote quelques seconde, pluie d'été brusque et éphémère.


*Chiale pas ! chiale pas!!!*


Ces mots lui brûlent la gueule et les yeux.
La chimère n'a pas le goût des larmes.
Ce don des larmes qui l'invoqua à l'époque de Mostar pour protéger Yoshe de la destruction, du suicide.

Les larmes, des mères, des enfants, les cris, la douleur.
Son acte de naissance à lui, Chahîd:
le Témoin des témoins.

Celui qu'on a mis en cage.
Toutes ces cochonneries contre lesquelles il a lutté, sans répits.
Comment s'en protéger sans devenir fou... quand on n'est pas une bête, un chien.
Un rat.

Il lui faut fournir un effort considérable pour ne pas la brutaliser, la secouer, pour l'empêcher d'être triste.
Cette tristesse qui rend dingue parce qu'il ne peut rien y faire.
Il ne peut remonter à la source pour en arracher les racines.
Anéantir les causes.
Les bourreaux.
L'échec de sa vie d'homme gît dans la peine que lui offre ces yeux là. Etrange mélange de haine et de désespoir.

Car des deux faces de Carmen, c'est l'Autre qu'il veut voir. Parce que cette Chose là, il sait bien mieux la combattre.
Mais il n'est pas temps, il faut juste l'endormir encore un peu.


"Pourquoi tu fais ça? Pourquoi tu veux tant la voir?"

Il s'approche et s'assoit à ses côtés, offrant une part de cuissot.

"Parce ce qu'elle est toi aussi. Parce que je veux te voir toute entière. Parce que je ne te connaitrais jamais assez sans elle. Parce que je ne peux t'aider qu'avec elle, Carmen.
Je ne la crains pas.
Ne la crains pas non plus, tu ne ferais que la servir. C'est ta peur qui la nourrit. Apaise là, laisse lui de la place, elle s'adoucira, elle ne te fera plus souffrir.
Si tu la soigne je pourrais t'aider. Tu n'auras plus besoin d'elle pour te défendre, et peut être m'aideras tu à ton tour.

Tu ne peux pas vivre sans elle comme je ne peux pas oublier ma colère.
Allons, viens près de moi. Je ne te torturerais plus.... et mange un peu. Je ne te veux aucun mal.
J'ai juste le désir de te connaitre."






Dernière édition par Chahîd le Jeu 31 Juil - 21:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Jeu 31 Juil - 1:26

Il y a beaucoup trop. Trop de choses, trop de sang, d'images, de visages différents torturés. Elle les ressens à nouveaux, ces hurlement d'horreur et de désespoir, cette souffrance si connue qu'elle a infligé à d'autre pour leur voler leur vie, regrettant les gestes de l'autre, mais adorant la paix qui venait ensuite. Elle ne mérite pas cette paix. Jamais elle ne l'a mérité. Les larmes, elles n'arrive pas à les arrêter. Prostrée, elle pleure, plonge son visage dans ses mains, n'arrive plus à cesser les sanglots qui la secouent te dominent les tremblements. Ses doigts se crispent, elle voudrait griffer, arracher la peau, le visage, les yeux qui ne lui font voir que de la terreur. Mais elle n'a même plus de force pour ça. Elle ne peut même pas crier, hurler, en vouloir, détester celui qui a obligé l'autre à revenir et à lui rappeler ces trente ans de tourments. Pourquoi il a fait ça? Pourquoi? Pour l'aider? Il l'a torture et c'est tout. Il joue avec elle, il lui fait peur, puis il la rassure. Il la berce puis la bouscule. Il est gentil, puis menaçant. Il joue, il amadoue.

L'autre le sait. Elle le sait bien puisqu'elle le lui a prouvé, puisqu'elle a montré son visage, qu'elle l'a laissée entendre ses mots. Il n'a pas eut l'air surpris. Juste méfiant. A peine méfiant quand d'autres auraient hurlé. Il savait, depuis le début, et il jouait pour faire venir l'autre sans qu'elle ne lui fasse du mal. Il veut lui faire du mal, et Myst n'aime pas qu'on se serve de Carmen, encore moins pour l'atteindre.

Elles font parti l'une de l'autre depuis si longtemps. Mais une doit toujours restée cachée, à un moment ou à un autre. parce que deux en même temps, c'est deux qui prennent le risque d'être blessées. Et si les deux le sont trop, c'est la mort définitive. Myst veut la première place, celle qui encaisse, parce qu'elle a le cran, et la force quand Carmen se contente de geindre, prostrée sur le sol comme maintenant. Elle ne peut pas se défendre, ou alors c'est la faiblesse des autres qui la protège. C'est toujours comme ça, jusqu'àce que la faiblesse disparaisse. Et lui, sa faiblesse, elle ne la voit pas. Il va la tuer, la détruire si elle lui en laisse l'occasion. Et si elle acceptait? Juste une fois et tout serait terminé. Plus de peur, plus de visages aux traits déformés par la terreur et le désespoir, plus de crainte d'être menacée, d'être condamnée, ou prisonnière. Juste la fin, le vide, et rien pour souffrir.

Ce serait tellement bien, non?


"Pourquoi?"

Oui, pourquoi? Pourquoi vouloir l'aider à chasser le démon? Pourquoi vouloir savoir qui elle est? Pourquoi s'intéresser à ce qui n'a jamais intéressé qui que ce soit? Pourquoi avoir choisi la pauvre Carmen comme bourreau alors que la vallée dégouline de spécimens torturés? Pourquoi personne ne la laisse en paix? Elle aurait pu être en paix, sous la pluie, amnésique, ne craignant que l'inconnu sans avoir à craindre le réel. C'est tellement mieux! Heureux les ignorants, c'est bien connu. Quel monstre. Yoshe. Il s'amuse, le fourbe. Et à peine éveillée, toujours somnolente, Myst grognait pour ne pas hurler à l'injure, à la manipulation, à la honte.

Mais Carmen est épuisée, elle a faim. Si elle mange, elle n'aura pas à tuer. C'est bien, non? Elle ne veut même pas s'éloigner quand il se rapproche à nouveau, profitant du pseudo départ de l'autre. Carmen entrouvre à peine les yeux, entre ses doigts, elle voit la viande. Cette viande qui devrait la répugner mais qu'elle veut tant. Ses mains tâchées e larmes quittent enfin son visage. Elle en tend une, saisit la viande qu'elle déchire avec ses ongles, ça lui parait tellement facile tout à coup! Elle prend une bouchée, juste une, pour se rassurer. Elle fuit Yoshe, pour ne pas prendre le risque de voir en lui ce qui lui fait si peur et qui fait venir l'autre.


"Mais... Tu me fais du mal. Et elle, elle n'aima pas. Tu dis ne pas la craindre mais je t'ai vu prendre cette distance que tu supprime avec moi. Elle n'est... Qu'un adversaire de plus pour toi."

Et un autre morceau. Les ongles salis par la chair, par un peu de sang. C'est bon, malsain. Mais c'est mieux que son hypocrisie exacerbée, que ces larmes qu'elle verse alors que la souffrance des autres a toujours fini par lui faire tant de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Ven 8 Aoû - 14:04

"Pourquoi?"

La question affleure, comme si elle lui échappait. Son visage un instant plus tôt bouffi par les larmes a retrouvé son élasticité, comme par miracle.
Ses yeux s'entrouvrent, le temps qu'il capte un éclair noir qui les traversent. Elle se penche un peu et saisit la viande d'un geste timide et mécanique.

A la regarder faire, dépenailler le cuissot à petits coups d'ongles, il a la sensation de voir un oiseau de proie, pire.... un charognard qui s'agite sur une dépouille abandonnée par un carnivore repu.
Il reste contre elle et l'observe manger sans véritable conviction ce met de choix pour une chimère.
Sa voix aigre-douce égrène son chapelet, de reproche, jérémiade mais au creux de ses mots l'esprit veille. L'ange. La mathématique. Comme ces deux gouffres noirs qui ont remplacés ses yeux d'enfant sage.


"Mais... Tu me fais du mal. Et elle, elle n'aime pas. Tu dis ne pas la craindre mais je t'ai vu prendre cette distance que tu supprime avec moi. Elle n'est... Qu'un adversaire de plus pour toi."


Elle arrache un nouveau morceau, défait, quand lui aurait déjà engouffré la totalité de la cuisse. Cette méticulosité d'insecte, agaçante, pour procéder à l'ouvrage. Cette préciosité encore si voyante alors qu'elle est de nouveau sale et un peu débraillée.
Parfois ce sentiment vient, cette pulsion:
il la saisit la soulève la respire et la baise d'un mouvement continue et précis avant de lui arracher la trachée.

Ecouter le souffle gargouillant de l'agonisante.

Mais l'heure du loup n'a pas encore sonné.
Il est le chien des eaux printanières. Il accompagne, il guide.
Il le croit quand elle prétend qu'il lui fait mal.
C'est ce qu'elle dit, qu'il fait mal.
Et qu'elle n'aime pas.
Bien sur qu'elle n'aime pas.



" Est-ce que c'est vraiment utile de savoir pourquoi Carmen. Tu m'as déjà demandé pourquoi.
Toi, t'es tu demandé pourquoi? Pourquoi tu étais encore là, à mes côtés, à subir mes attaques, à supporter mes soins, mes questions, mes allusions.
Pourquoi, dis moi, acceptes-tu tout cela si tu ne savais pas déjà que tu n'as rien à craindre.
Que le mal que je te fais n'est rien en réalité.
Qu'un jeu.
Ta seule souffrance vient de ce qu'il éveille, de ce que tu t'autorise à éveiller à mes côtés.
De ce qu'elle te pousse à faire ou à dire.
Pour me faire souffrir, voire même, disparaitre.

Moi, je n'ai pas d'autre intérêt pour le moment que de te connaitre.
Mais de te connaitre vraiment.
Demande lui à Elle qu'elle est le sien.

Nous sommes seuls. Et je suis tombé sous le charme, on peut dire ça.
De... ta complexité.
Je m'ennuyais presque.
Et puis tu t'es mise en travers de ma route.
Je ne te l'ai pas demandé. Je ne suis pas venu te chercher.

Je ne serais pas venu te chercher."


*Oui je sais que ça t'agace que je dise ces choses là.
Mais ton autre était aussi sur ce pont où je t'ai renversée. Peut-être qu'elle sommeillait, peut-être pas. Peut-être qu'elle a sentie ma colère.
Ton autre t'as peut-être fait faire le mauvais pas qu'il ne fallait pas faire.
Celui qui t'aurais évité de rencontrer mon désir et ma détresse.*



"Je n'ai pas d'adversaire. Je n'en ai plus depuis que je suis ici. Avant c'était autre chose.
Comment est-ce que tu peux imaginer qu'elle pourrait être mon adversaire ...
Je prend mes distances avec cette part de toi parce que je la sais dangereuse, mais ce n'est pas ça qui m'éloigne au fond, c'est l'idée même que je pourrais te blesser en la combattant qui me déplait."


"Pour le moment tu devrais finir de manger tranquillement. Cesse de penser toujours de cette manière, ami-ennemi- et analyse et pourquoi, si tu pouvais te calmer, te reposer, faire confiance.
Je crois qu'on a besoin d'un peu de calme.
Cet échange avec elle t'a éprouvé"



Sa main rougit écarte la mèche qui traverse son front, elle ne délivre qu'une odeur fade et boueuse. Il lui sourit comme un frère.
Puis il se détourne légèrement d'elle et saisit un beau morceau entre deux côtes roussies par le feu et lui tend encore fumant.



* Mais la seule manière que j'ai d'éviter l'affrontement pour le moment c'est que vous soyez toujours présentes l'une pour l'autre et pas l'une plutôt que l'autre*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Lun 25 Aoû - 18:43

[Désolée pour cette longue attente. T_T]

Encore un petit morceau de chair sanguinolente, et son doigt reste entre ses lèvre, quelques instant. Ce n'est pas la viande, c'est le sang, juste ce sang qu'elle apprécie, ou que l'autre apprécie. Elle ne sait plus vraiment faire la différence. Tout commence à se mélanger, c'est gênant, alors elle ne fait que lécher le sang sur ses doigts et sur ses ongles, le regard relevé sur Yoshe. L'une voudrait baisser les yeux, l'autre préfère le tenir à l'oeil, ce petit malin qui dit de belles paroles pour amadouer Carmen quand celle-ci réprime son envie de fuir, d'aller se cacher ailleurs, là où il ne pourra plus la faire douter de quoi que ce soit.

Elle n'aura sans doute jamais la réponse qu'elle veut, c'est la raison de ce "pourquoi" qui finalement ne trouve pas vraiment la phrase miracle pour lui faire simplement comprendre le "parce que". Et elle secoue la tête, pour cette réponse qui ne lui convient pas. Un jeu déplaisant, où sa souffrance est mise à contribution. ça ne lui plait pas, pas du tout. Et elle ne veut pas lui faire du mal non plus. Pas elle et son bon sens, et sa cruauté bien trop faible, mais l'autre... Sa main reste en suspens devant ses lèvres.
Ce serait si facile de céder à cette brusque tentation de plonger les doigts dans la poitrine de Yoshe pour lui enserrer le coeur, lui arracher sa vie. Elle veut une vie, et même si celle-ci ne pourra pas lui servir, au moins elle pourra faire disparaître les craintes de Carmen et achèvera de réveiller Myst. C'est si tentant, tellement que la main commence à se tendre vers lui, pour se raviser. Les traits restent vide pendant ces quelques secondes, mais finalement cette main revient sagement se poser sur son genoux.

L'intérêt de l'autre, elle le sent très bien, beaucoup trop bien. Tellement qu'elle ne sait plus vraiment si ce n'est pas devenu le sien également. Elle ne sanglote plus du tout, elle ne tremble plus non plus, c'est comme si maintenant qu'elle sait tout ce qui s'est passé entre l'hiver et le printemps, elle s'était simplement faite une raison. Elle balance un instant la tête, l'incline sur le côté, ferme un instant les yeux pour les rouvrir. Non, elle n'aime pas vraiment ce qu'il dit non plus.
Elle ne porte la responsabilité que de son errance sous la pluie, pas de la brute qui l'a trouvée en fuyant autre chose, ou en cherchant à en attraper une autre.


"Son intérêt... Te tuer. Non... Te détruire. Yoshe."

Et pourquoi le cacher? Il l'a très bien vu, sinon il n'aurait pas reculer pour éviter la confrontation. Il veut épargner son jouet, pour continuer à jouer, mais le jouet appartient déjà à quelqu'un qui n'aime pas partager. Sa voix chantonne presque, mais le ton reste vide.

"Elle se sert de toi, juste de toi, pour que tu me fasse peur, pour qu'elle revienne, ce qu'elle fait. Elle dit de ne pas te faire confiance, et je la crois."

Pourtant elle est toujours là. Que c'est tordu, une ombre. Pourtant son concepte des choses est simple: ami ou ennemi? Ennemi pour Myst, vote blanc pour Carmen. La majorité en choix l'emporte, dommage pour Yoshe. Mais un ennemi particulier se traite particulièrement. Elle baisse les yeux sur la viande fumante, et la dénigre. Ce n'est pas ce dont elle a besoin. Ce n'est surtout plus ce dont elle a besoin. L'échange l'a éprouvée, lui a même fait très mal. Elle a encore mal, dans sa tête, dans son coeur et son âme. Et ça, le repos ne pourra jamais l'apaiser. Il pourra par contre donner des forces à l'autre. Oui, c'est une bonne idée le repos.

"Je n'ai pas faim... De ça."

Elle se laisse gentiment aller sur le côté, s'allonge sur le sol. Ses yeux noirs bien ouverts ne clignent même plus et se contentent de fixer Yoshe. Si l'une se repose, l'autre compte bien veiller au grain. Mais y aura-t-il du repos? Peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Mer 3 Sep - 19:16

[encore plus désolé pour celle-ci o_O]


L'instinct bestial quand il la regarde gouter le sang comme une confiserie du bout de ses doigts, les suçotant, les yeux dans les siens. Un appétit de moineau, et une voracité profondément enfouie, comme une maladie, un cancer qui lui ronge les entrailles, une bête au fond d’elle, terrée. Elle rejette la viande et de la même manière l’écarte doucement, sans dureté, mais elle l’éloigne tout de même.
Juste sa main qui fait mine d’approcher, mais avec quelle autre intention que celle de lui nuire ? Qu’importe. Sa main retombe. Carmen oserait-elle lever la main vers lui ? Sur lui ? Certainement pas.


"Son intérêt... Te tuer. Non... Te détruire. Yoshe.
Elle se sert de toi, juste de toi, pour que tu me fasse peur, pour qu'elle revienne, ce qu'elle fait. Elle dit de ne pas te faire confiance, et je la crois."


Elle finit par s’allonger sur le sol, ses grands yeux fixes et reptiliens bloqués sur son visage. Rarement on l’a observé de cette manière, rarement on a partagé son repas.


« Personne ne se servira de moi l’Andalouse. Ne t'inquiète pas pour moi. Il faudrait pour ça atteindre l’homme que la guerre a anéanti. Et si elle te dit de ne pas me faire confiance et bien laisse là parler et si tu juge qu’il faut la croire je ne peux pas m’y opposer.»


Après l’avoir longtemps observé et écouté sa respiration lente, il se redresse et réveille les braises qui rougeoient dans le foyer, écarte la viande embrochée, rajoute quelques buches et attise à nouveau le feu qui couve sous les cendres, silencieux.
Quand le feu est reparti il se dirige vers le premier fauteuil, s’empare de son trésor emmailloté puis se rapproche à nouveau. Ses pas glissent sur le sol. Il se sent observé mais ne s’en formalise pas. Arrivé près d’elle il pose son ballot de drap, le place au niveau de sa tête et s’agenouille, enlève son reste de chemise, son pantalon, les plient soigneusement avec une légère moue de dégout pour cette odeur vieillotte et moisit qu’ils dégagent. Puis il s’allonge près d’elle, profitant de la chaleur diffuse. Il ne dit rien, et reste ainsi les yeux ouverts sur le plafond, écoutant toujours sa respiration, descellant les premiers signes de l'endormissement. Puis il finit par chuchoter.



« Les vêtements entravent certains voyages. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Mer 3 Sep - 20:04

[Alors on va dire qu'on se vaut bien tous les deux. XD]


Carmen? Faire du mal? Au premier degré... Non. Elle est beaucoup trop... Gentille, et elle le sait. L'autre le sait, et Yoshe le sait. C'est triste, ce genre de certitude, après on abuse de cette gentillesse, on s'en sert, on l'use jusqu'à en faire une arme qui se retourne contre son propriétaire légitime. Pauvre Carmen, souvent naïve. Car même si elle ne croit pas en lui, elle n'a pas le doute ou la lucidité nécessaire pour le fuir. Et il est encore utile, il peut l'être, l'autre le dit, alors... Tant qu'elle n'est pas pleinement éveillée, elle attendra. Elle reste immobile, étendue sur sur le sol, profitant de la chaleur du feu qu'il ira raviver. Elle reste silencieuse au premier commentaire, incertaine. Il a raison, elle ne peut pas l'atteindre. Du moins elle le croit, mais...

"Elle pense... Que je t'ai atteint, une fois."

Et elle se recroqueville un petit peu, ramène ses genoux contre elle, étend un instant ses bras, jusqu'au bout de ses doigts, s'étire à peine. C'est un peu comme si elle avait fermé les yeux pour dormir, mais elle les garde ouvert, clignant par instant des paupières. Elle le suit, lui et ses moindre mouvement. Il en est forcément conscient. Mais l'autre doit le tenir à l'oeil, c'est une nécessité, un peu maniaque peut-être, mais étrangement pas paranoïaque. Ce n'est pas la peur, juste un peu de méfiance, et une certaine curiosité. Un peu malsaine, d'ailleurs.

"Tu es un peu comme nous. Juste un tout petit peu."

Un peu, deux choses, mais ça l'échappe par instant. Le deuxième, pour elle, c'est cette rage qui paraît parfois, ou cette air froid de scientifique. C'est la part qui lui paraît inhumaine. Il lui semble tout à coup qu'elle n'a pas beaucoup vu cette part humaine qui lui plaisait tant. Cette part qui ressemble un peu à Carmen, du moins en apparence, parce que dans le fond... Il n'existe pas vraiment d'humanité, n'est-ce pas?

Elle semble si calme à présent. Les respirations sont espacées, profondes, comme si elle dormait. Elle dort peut-être, ou à moitié. Carmen s'est endormie, étrangement sereine. Elle n'a pas l'impression d'avoir grand chose à redouter, ou alors elle ne veut tout simplement pas avoir à redouter quelque chose.Alors c'est l'autre qui répond, pensive, lointaine, ses orbes noires toujours fixées sur l'hybride.


"Alors peut-être irais-je mettre cette robe qui m'a tant plu."

Ce n'est même pas une tentative de provocation, juste une évidence. Elle ne la portait pas, parce que Carmen avait voulu éviter une reproduction de l'épisode de la cave. Mais Myst, elle, elle s'en fichait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Sam 6 Sep - 16:37

Des taches, de la poussière, des dessins à lire à déchiffrer sur le plafond. Sa respiration se cale sur celle de Carmen, tout doucement, cherchant la synchronisation.
Elle se recroqueville, s'étire, il suit chaque modification.
Il sourit quand elle lui dit qu'elle l'a atteint. Qu'il est un peu comme elles.
Répond en chuchotant doucement pour ne pas interrompre la douce torpeur qui les envahit tous deux.


"C'est vrai, je ne peux pas le nier, elle est très perspicace ta moitié.
Mais... qu'est ce qui a été entamé exactement... ou plutôt, qui a-t-elle atteint ?"


Elle s'assoupit. En apparence.Pendant que la part obscure toujours aux aguets finit par se manifester pour répondre à la place de Carmen.



"Alors peut-être irais-je mettre cette robe qui m'a tant plu."



« Elle t'ira à ravir mais prend garde de ne pas trop m'exciter, on ne sait jamais... avec un être aussi bestial »

Il sourit toujours puis finit par tourner son visage vers les deux trous noirs qui l'observent.


« De retour...? Tu t'ennuyais de moi sans doute »

Sourire espiègle.
Il saisit la main de Carmen et la serre doucement mais fermement dans la sienne.


«  Avant d'arriver ici j'ai tué une femme qui lui ressemblait. Beaucoup.
Je ne cesse de revoir son visage depuis que je t'ai rencontrée.
Je veux juste rester en contact avec elle.
Alors soyons clair, je n'ai pas l'intention de te l'abandonner.
Pas d'excès de jalousie, ce serait presque indécent pour une Ombre aussi redoutable que toi.
Peur de l'abandon, besoin d'être rassurée toujours et besoin de réconfort, comme ces travers doivent t'agacer...
Carmen ne peut pas refuser ma sollicitude, elle restera près de moi tant que je la protégerais, à ma manière.

Oui, nous sommes un peu pareils.
Double rancunier contre double colérique.
Moi aussi j'ai du faire quelques compromis pour survivre et devenir celui que je suis. Faire coexister l'impensable.

Depuis combien de temps vivez vous ensemble ?
L'adolescence ?
La mort ?
La disparition d'un être cher ?
Une trahison ?

La vengeance est une thérapie pour certains d'entre nous et ce sentiment ignoble nous ronge. Je n'y échappe pas.

Alors je voudrais te proposer un marché, je permet à Carmen de retrouver la mémoire, toute sa mémoire et je serais ... disons... son « accompagnateur » quand tu n'es pas là et tu me laisse l'approcher, tu me laisse entrer dans sa psyché sans mordre.

Tu me diras, qu'as tu à y gagner?
La même chose que moi.
La possibilité de faire payer à ceux qui nous ont fabriqués le prix de leurs forfaits si ce que j'envisage fonctionne. 
Et Carmen, un ami, disons "fidèle"
Si les termes du contrats ne te conviennent pas tu peux toujours me faire des propositions.... Mlle... ? Mlle comment d'ailleurs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Dim 7 Sep - 1:41

Deux prédateurs qui se jaugent dans un calme absolu... La scéne pourrait paraître divertissante. Elle est divertissante, puisque l'un comme l'autre n'attaquera pas. Elle est calme, Carmen. Elle dort, sage, protégée. Elle a enfin le repos, c'est déjà ça de prit. Elle dors, d'un sommeil sans rêve, dans un néant construit avec soin par l'autre. Un néant reposant. Pas de réponse, à la première question. Ce qui a été entamé, il le sait. C'est cette couche de méfiance qu'il possède, ce sourire qu'il a lâcher, si béa, si... Humain. Ecoeurant d'humanité, comme Carmen les aime. Dommage qu'elle a prit peur ensuite de lui faire du mal. Parce que Carmen, elle ne veut surtout pas faire de mal, et faire un faux pas arrive tellement vite... Elle cligne un instant des yeux. La bestialité de lui fait pas peur, à elle. Au contraire. Elle l'amuse, lui donne cet intérêt qui excite ses sens, lui donne le goût du meurtre et de la terreur. Même si elle prétendra toujours être bien trop délicate et subtile pour être bestiale.

Ce n'est qu'un soupir, faible, un souffle. Une sorte de mépris, ou de rire étouffé? Difficile à dire. Les lèvres s'étirent lentement en un sourire malsain, décalé, comme elle en a tant fait. L'ennui... Ce ne serait pas le terme employé. La méfiance plutôt. Elle se méfie et se refuse à abandonner sa Carmen endormie aux mains de cette chose qui lui a fait mal. C'est l'instinct de survie peut-être. Les orbes noires se baissent sur cette main qui prend la sienne, à moins que ce ne soit celle de Carmen? Les doigts se tendent, les ongles menacent, mais ne se plantent pas. Le repos de Carmen est précieux, elle ne le laissera pas la réveiller comme ça. Elle plisse les yeux, mesquine. Il ne veut pas le lui abandonner? Seulement a-t-il le choix?

Tant de prétention... Se croit-il meilleur protecteur qu'elle? Pense-t-il vraiment pouvoir veiller sur sa Carmen? Quelle belle illusion. Seulement elle ne veut pas partager. Pas que par égoïsme, mais aussi par devoir. Elle n'existe que pour une chose, une seule, et elle ne laissera pas cet intru lui ôter sa raison d'exister. Parce que si elle n'existe plus, Carmen ne sera qu'une humaine, vide, sans vie, une morte qui devra disparaître. C'est la loi, ici. Il pose beaucoup de question. Trop peut-être? Non, les questions ne dérangent pas, ce sont les réponses qui peuvent être déplaisantes. Et les réponses, c'est elle qui les détient, pour le moment. Et un marché... Quelle délicate attention! Mais reste-t-il quelque chose à marchander? Les lèvres s'entrouvrent, mais ce n'est plus un soupire qui s'échappe. C'est une voix, qui récite, comme une comptine, qui répond, le plus naturellement du monde, reprenant avec un méthodisme dérangeant chaque point important.


"Tu as tué, une qui lui ressemblait. Ce sont tes mots. Tu n'es pas digne de confiance, pas pour la protéger.
C'est ma Carmen, mon jouet à moi. Je suis possessive, jalouse, je m'abaisse à refuser de partager, parce que je sais que les vilains enfants comme toi finissent par briser les jouets des autres.
Certaines choses m'agacent, c'est comme ça. Le bonheur ne peut jamais être complet.
La sollicitude, elle la cherche partout. Mais as-tu à en donner? Tu lui a fait peur, tu l'as aidé, tu l'a menacée, tu lui a torturé l'esprit. ça m'a servit, mais je suis à maintenant. Lentement, je reviens.
Tu fais coéexister l'impensable, mais toutes tes parcelles sont-elles en accord les unes avec les autres? J'ai senti ce cri de rage, de colère quand tu t'es égaré dans tes pensées. Tout n'est pas ordré.
Le temps... C'est si aléatoire. Des mois? Des années? Nous allons dire que nous avons toujours été deux, autrefois ensembles, à présent l'une puor l'autre.
Elle n'a pas oublié. Elle ne veut pas se rappeler. C'est tout. Mais ça revient, contre sa volonté, et ça va lui faire du mal. C'est pour ça que je suis là aussi, pour la consoler. Saurais-tu la consoler?
Je n'ai rien à gagner. Il n'y a probablement plus de responsable. Revoir la coupable la tuerait, et ça ne m'arrange pas.
Les termes ne me conviennent pas. Je joue, c'est tout.
Fais-lui du mal, je suis là.
Veille sur elle, je reste calme.
Tu as plus à y gagner que moi, même si j'ignore encore à quel point.
Myst.
C'est ce nom que nous avons murmuré quand je me suis éveillée pour la première fois.
Un nom qui ne dit pas grand chose.
Et qui cache le sien.
Celui que tu as découvert, et qui l'a obligée à m'appeler, quelques instants.

Que cherches-tu avec elle? Car pour le moment, je sais que l'intérêt que tu lui porte n'a pour but que celui de servir tes desseins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Dim 7 Sep - 16:02

Elle ne s'écarte pas de lui, elle tient tête et sa voix siffle, mécanique, comme celle des bourreaux qu'il avait infiltrés et assassinés au prix de sa santé mentale, à Sarajevo. Ce même chant de mort paisible et affreux, celui qui n'a d'oreille que pour sa mélopée et ne s'attarde sur la cacophonie des cris que pour s'en nourrir.
Sa main se crispe doucement, enlace celle de Carmen, se noue à celle de Myst, et les doigts et la paume sursautent légèrement, ils se crispent, abandon et résistance, crainte et cruauté. Délicieuses sensations. De chaque côté de la chair les lames sont prêtes à sortir il le sent et ça l'excite.


«Essayerais tu de me faire croire que tu n'as jamais tué personne ? Que tu es simplement le défenseur de sa vertu? Allons allons, notre légère différence, celle que tu crois pouvoir mettre en avant ne te rend pas meilleure que moi. Tu as tué. Dans ce monde et dans l'autre sans doute.... sans aucun doute. Tu es le petit monstre dont Carmen a accouché ce jour là, pour se sauver, pour survivre autrement que dans l'opprobre.

La honte.

Certains n'ont pas de goût à jouer les victimes et Carmen en fait partie. Certains évènements sont comme des révélateurs et réveillent le masochisme ou le sadisme inhérent à la nature humaine. Et tu t'es arrogé la meilleure part, je t'en félicite.

Tu n'as pas toujours existée Myst. Pas plus que celui que tu as entendu hurler sa rage, non, quelque chose nous a appelé et fait croire que nous existions depuis toujours alors que nous ne sommes rien, qu'un mirage, c'est ce qui nous rend si effrayants et si puissants.
Tu as eut droit à ton acte de naissance.
Même s'il n'est pas officiel.
Et c'est le propre des bâtards de se croire plus légitimes que les enfants nés d'une couche légale.
Envieux, jaloux, rancuniers, fourbes, cruels et terriblement intelligents et rusés.
C'est ta petite compensation pour ne pas avoir été la première à naître et à diriger.
Et tout comme moi tu es incapable de tuer cet humain répugnant qui geint au fond de toi, cet humain si saisissant de vérité qui pleure et tremble, qui répond avec ses affects avant de réfléchir et pourtant c'est lui qui te tient en laisse,
et toi le jouet.

Comme c'est répugnant et désolant de ne mériter plus que ce rôle de marionnette attifée de rasoirs.
De poupée empoisonnée. De pantin sanguinaire.

Et tu prétends que tu es là, brave samaritaine pour la consoler ?
Racontes moi alors comment tu la consoles sans pouvoir la serrer dans tes bras, sans lui offrir une épaule sur laquelle elle puisse s'appuyer. Mais en lui offrant la souffrance des autres sur un plateau, leur humiliation, leur mort.

Il a du vous arriver quelque chose de terriblement humiliant et blessant pour en arriver là.

Une mère, jalouse... peut-être ?

Quand tu es là tu ne la console pas, tu l'éclipse.
Tu tires la couverture et tu la laisse greloter sur le carreau.
Tu la bouffe et elle oublie ce qu'elle ne supporterait pas de voir d'elle-même quand tu apparais.


La consolation, cette chose si fascinante qu'on ne peut trafiquer, il faut aimer pour consoler et tu en es incapable Myst.

Tu vois, tes vices valent bien les miens au fond.
Alors prends ce que je te dis comme une simple équation.
Ton espèce ne peut vaincre la mienne et inversement.
Je ne te demande pas de m'aimer.
Tu veux jouer, moi aussi, mais je ne joue pas pour le simple plaisir de participer ça n'a aucun intérêt.
Il faut miser pour que le jeu en vaille la chandelle.

Je m'étonne de voir que ta vengeance ait déjà trouvé de quoi se satisfaire.
Les victimes que t'offre cette Vallée sont déjà prisonnières, affaiblies. De misérables avortons à demi-perdus, que le seul espoir fait tenir.
Mais... elles ont un intérêt, un seul intérêt véritable, leur contact avec l'autre côté.
Ce côté du monde auquel toi et moi n'avons plus accès.
Alors qu'il y aurait tant à faire, pour Myst.

Comme cette vilaine Myst pourrait être valeureuse de donner à nouveau le monde à Carmen, ce monde où elle dansait devant un vrai public.
Comme cette mauvaise fille pourrait se régaler d'avoir autant de matière à torturer tout en tirant bénéfice de sa reconnaissance.


J'offre aux deux espèces condamnées de cette Vallée une porte de sortie.
Si ce que je suppose est vrai.

Es-tu si peu ambitieuse pour refuser la proposition ?
Es-tu aussi frileuse que Carmen pour refuser un terrain de jeu plus vaste et plus risqué que le notre ?

Ce mépris que tu voues à mes semblables est absurde, le jour où les tiens le comprendront, le jour où nos folies auront droit de cité, la face du monde en sera changée.
Et vous cesserez d'être les esclaves de cette Vallée.

Je ne suis pas comme les autres, je ne suis pas tout un au même titre que toi. C'est vrai que toutes les parcelles ne collent pas ensemble, quelle importance puisque tu verras toujours celle qu'il faut pour rester l'adversaire que tu cherche et l'ami dont elle a besoin.
Je veillerais sur elle, et je serais là pour la consoler.
J'ai des bras pour ça.
Tu sais que l'intérêt que je lui porte est réel, c'est ce qui t'énerve au fond, tu te mens parce que ça arrange tes petites affaires.
Tu ne supporte pas que je me sois attaché à elle.
Et c'est mon honnêteté avec elle qui t'effraie, tu sais qu'elle peut compter sur moi et cela t'écœure, impossible, inenvisageable, elle a été trahie tant de fois pourquoi ne le serait elle pas encore !
C'est ce qui justifie ta présence.
Comment oser croire !

Mais ne me confond pas avec ces demie-bêtes que sont certaines chimères.
C'est très mauvais de sous-estimer un ennemi.
La schizophrénie dont je souffre devrait te rappeler que nous ne sommes pas si différents et que c'est justement ce mal ou cette force qui nous rend moins dépendants des travers et des restrictions de nos espèces.

Je te propose une alliance intelligente, je ne cherche pas ta place, j'ai déjà bien assez à faire avec la mienne.
Vois juste l'intérêt qu'elle représente auprès des chimères et le moyen de pression qu'elle t'offre auprès des humains. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Myst
Poupée Danseuse - jolie, jolie tête qui roule...
avatar

Nombre de messages : 444
Temps passé à Hollow Dream : 33 ans et des poussières... Enfin nous croyons.
Date d'inscription : 02/10/2006

MessageSujet: Re: En quête de...   Lun 8 Sep - 2:03

"La verve des manipulateurs..."

Le sourire s'atténue, disparait entièrement. Elle cligne un instant des yeux, mais ne relâche pas pour autant son attention.

"Je suis... Le mal qu'elle se refuse à assumer. Ne prétend pas me connaître, nous sommes semblables, pas identique, chimère...
Je n'ai pas de préjugés majeur sur la race, juste sur le comportement. Humains et chimères sont des proies à mes yeux, la première servant plus ma survie que la seconde.
Je n'aime pas les ombres pour autant, je ne leur fait pas de mal, car elle a besoin d'une famille, d'un clan, même si jamais elle ne sera entièrement comme eux. Elle comprend leur peine, et c'est ce dont elle a besoin.
Le rôle du pantin ne me gêne pas tant que ça, aussi étrange que cela puisse te sembler. Je la sers, car je n'ai pas d'autre raison d'être. Elle est moi...
Nous ne sommes qu'une, une seule. Elle ne peut exister sans moi, et c'est réciproque."


Elle se tait un instant, estime peut-être la portée de ses propres mots. Mais pour elle c'est si clair, si insipide.

"La cause de na naissance ne peut servir qu'à apaiser cette curiosité malsaine. Tu aimes jouer, mais je ne te laisserai pas t'amuser avec elle.
Beau parleur...
Tu te moque de son bien. Ton autre pourrait s'en soucier, peut-être, mais tant que tu es là, je me refuse à te laisser l'approcher de trop prêt.
Tu as raison, sur bien des points. Ces points qui me rendent possessive et égoïste,
Mais je n'ai pas d'autre ambition que de servir.
Et peu importe que le maître qu'elle ait choisi soit décadent. La mort ou la loyauté.
Loyauté dans cette prison que nous détestons pourtant.
Carmen croit qu'il y a une raison aux choses, qu'il y a une malédiction, un prix à payer pour que d'autres vivent, et je respecte sa croyance.
Le monde humain, l'autre monde, celui que nous aimons ôter avec l'espoir.
Ce monde n'est pas pour elle. Il est mauvais. La vallée est son paradis et son enfer, mais là au moins, sa souffrance est moindre."


Sa main glisse un instant dans celle de Yoshe, elle agite sensiblement ses doigts.

"Je suis capable d'aimer, et c'est elle que j'aime. Toi... Tu sais aimer peut-être? Pas comme il le faudrait pour elle. Sinon tu ne jouerait pas, pas entre tendresse et sauvagerie. Carmen aime danser, mener la danse, et pas se faire mener.
La vengeance est très... Secondaire.
Quel public pourrait bien reconnaître sa beauté? Il n'existe personne pour s'en émerveiller. Elle n'a jamais voulu qu'émerveiller un seul être, celui-là même qui l'a condamnée.
Peut-être qu'elle aime souffrir assez pour prendre le risque de te laisser l'approcher?
Mais je suis là pour la remettre dans le droit chemin.
Offre donc une porte de sortie, mais elle ne sera pas forcément bénéfique. Certains d'entre nous, chimères ou ombres, avons besoin de la vallée, autant qu'elle a besoin de nous.
Tu sais... L'hiver nous a permis de mieux nous connaitre. Je suis là... Pour me salir les mains et lui laisser la pureté dont elle a tant besoin.
Tes bras sont des armes. Tes mains sont couvertes de sang.
Penses-tu pouvoir la consoler avec ça?
Tu as l'air de le croire.
Je serais presque tentée de te laisser faire, juste pour voir, juste par curiosité.
Mais si tu lui fait du mal... Encore une fois. Je serais obligée de te le faire payer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vatesis.over-blog.com/
Chahîd
Chimère Sauvage - livré avec hachoir et psychose
avatar

Nombre de messages : 1375
Age : 44
Temps passé à Hollow Dream : il a déjà oublié... mais d'autres s'en souviennent peut être
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: En quête de...   Ven 12 Sep - 12:30

[entre mes plantages d'ordi, Cachtic, la rentrée et ma plongée dans l'hypnose histoire de ne pas raconter n'importe quoi, je tarde à te répondre, j'en suis désolé ]



Sa main pèse sur la sienne, la comprime doucement. Il chuchote :


« Tente alors, qu'as-tu à perdre? J'ai été honnête avec toi. Je ne te cache pas mes desseins. Je lui ferais pas de mal. Elle dort. Et je ne pourrais pas accéder à sa psyché tant que tu veilleras, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle elle s'est endormie pour vous protéger....

Accepte.

Concentre toi uniquement sur ma voix. Ne prête pas attention à ce qui t'entoure, juste ma voix, laisse tes pensées et tes sensations de côté. Ne t'occupe plus de ton environnement. L'observation permanente t'empêcherais d'entrer dans la phase paradoxale dont j'ai besoin pour trouver une issue. Chaque perception qui te parvient t'oblige à décider si elle est importante ou pas et te force à consulter les archives de ta mémoire pour prendre une décision. Il faut que tu acceptes d'abandonner cela et de me faire confiance pour commencer ce voyage. Si tu retire l'énergie que tu investi dans cette surveillance tu atténueras la charge énergétique nécessaire au maintient de l'état de conscience de veille.
Je te demanderais de ne pas penser à ce que je te dirais mais de m'écouter passivement. Ne pas penser ralentira l'activité de présence consciente qui aide au maintient de l'état de conscience ordinaire par la charge énergétique que tu y investi.
C'est exactement la même chose que dans une cure analytique, je transpose la règle. On traite comme résistance le fait de penser attentivement, de raisonner au lieu de se laisser envahir par les associations libres et de les énoncer sans trier.
Tu ressentiras un somnolence qui permettra un certain nombre d'associations qui t'inviteront à une forme de transe. Tu seras dans un état proche du sommeil, mais ce ne sera pas un sommeil naturel. »


Il s'arrête, observant les yeux noirs, sa main toujours attachée à la sienne.


« Veux tu que je poursuive mon explication ou es-tu prête à faire ce parcours avec moi ? Sache seulement que nous serons tout aussi aussi vulnérables toi et moi, le temps qu'il durera. Nous serons sur un pied d'égalité, et liés de manière inconsciente à partir du moment où nous aurons traversé tes souvenirs. Mon esprit accompagnera le tiens et nous serons sans défense. C'est une technique très particulière que j'emploie qui a été longtemps décriée par mes collègues qui la jugeaient dangereuse. J'y ai plus à perdre que toi, je risque de rester emprisonné dans ton esprit. Pour cette raison il faut que nous nous accordions une confiance absolue.
Mais si ça marche, nous avons beaucoup à y gagner. 
Et je suis prêt à en prendre le risque. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En quête de...   

Revenir en haut Aller en bas
 
En quête de...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BROUILLON :: Archives :: Archives RP :: Saison 3-
Sauter vers: