AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Est-ce là notre Destination Finale?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Butterfly
Mad World... - en fait je suis gentille, si si!
avatar

Nombre de messages : 78
Temps passé à Hollow Dream : Un peu plus d'un mois
Date d'inscription : 30/05/2007

MessageSujet: Est-ce là notre Destination Finale?   Mar 13 Oct - 23:57

Une éponge en guise de barque.

Une Chimère et deux Ombres en guise d'équipage.

Tout ça est d'un ridicule...

Pourtant, pas le choix.
Il fallait partir, alors nous sommes partis.

Lorsque j'ai proposé le nord, ils ont accepté : Après tout, il fallait bien aller quelque part et nous n'avions aucune idée de la direction à prendre. Grimper sur l'éponge n'a pas été simple et plus d'une fois pendant cette étrange traversée, j'ai cru m'enfoncer dans la profondeur des eaux.

Hollow Dream.
Notre vallée.
Mon existence...

J'avoue : Je préfèrerais être tout simplement morte. Je n'ai pas signé pour ça.
Non, je n'ai pas signé pour ça... Pour un raz de marée, une éponge-bateau, et de l'eau, de l'eau à n'en plus finir. Je préférais encore les bêtes...

...

Ou pas.

Le temps m'a paru long, et la traversée interminable. Puis, la terre en face de nous et un maigre sourire sur mes lèvres : Chose rare, tellement rare que la peau me tire lorsque mes lèvres esquissent ce petit sourire de soulagement. Nous allons enfin pouvoir fouler le sol, nous allons enfin quitter cette éponge, nous allons enfin dire adieu à cette eau que je maudis encore plus que je ne maudis les Humains, c'est pour dire.

Mon sourire s'efface cependant rapidement : Ce n'est pas vraiment la terre, mais plutôt, des falaises à perte de vue. Tout en haut de ce mur de pierre, de la neige et tout en bas, les récifs nous attendent prêts à nous accueillir... En réduisant en miettes notre éponge, c'est en tout cas ma prévision car les rochers ont l'air relativement pointus. Il me faut parler à mes compagnons : Peut-être ont-ils remarqué aussi ces récifs, peut-être pas.

-Je pense qu'il faut nous préparer... Au choc...

Très vite nous atteignons les récifs, l'éponge s'y écrasant comme j'en avais eu peur : Plus de peur que de mal cependant. Après tout, qu'est-ce que deux Ombres et une Chimère peuvent craindre de rochers, aussi pointus soient-ils?

L'éponge par contre, il n'en reste plus grand chose.

Me voilà à présent assise, accrochée à un rocher. J'observe les alentours : Personne.

Est-ce vrai?
N'y-a-t-il plus que nous?
Les autres ont-ils tous péri?

La réponse nous attend : Je veux savoir.

Mon regard se pose sur des sentiers : Certains semblent difficiles à emprunter parmi les rochers et je n'aime pas l'idée de mettre les pieds dans cette eau sombre qui s'insinue entre les rochers.

Avons-nous seulement le choix?
Nous n'allons pas rester ici éternellement.

Je me redresse et commence à m'avancer sur l'un des sentiers : Celui qui nous sera le plus facile. En tout cas, celui qui me sera le plus facile : Ma robe de mariée trempée ne m'aide pas dans ce périple. J'aperçois des oeufs dans le creu de certains rochers : Misère... Nous allons tomber sur des bestioles maintenant...

-Bon... J'aimerais qu'on file d'ici rapidement pour aller définitivement sur la terre ferme... Je n'ai pas envie de me faire de nouveaux amis...

Je désigne d'un signe de la tête les oeufs que j'ai aperçu. Je m'avance encore : Qu'ils me suivent ou pas, moi, je ne m'arrête pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orillion
Nouvel arrivant
avatar

Nombre de messages : 40
Temps passé à Hollow Dream : Longtemps
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re:Est-ce là notre Destination Finale?   Ven 30 Oct - 0:55

L'eau était montée, alors ils avaient dû partir.

Au final, cela se résumait à ces quelques mots. Un impératif, et deux alternatives: le départ ou la noyade. Pas d'atermoiement, pas de réelle hésitation, pas même un minimum de réflexion, et un unique vecteur échappatoire disposé bien en évidence sous leurs yeux. Peu glorieux, certes, et moins sûr encore; mais quelle importance... De toute manière, comme l'avait fait remarquer la femme, ils n'avaient rien à perdre. Rien à perdre... Belle ironie. Orillion se demanda un instant si l'auteur de ces mots pouvait comprendre l'importance que revêtaient ces mots à ses oreilles. Probablement; après tout, elle aussi était une Ombre. Mais l'heure n'était pas à d'aussi vaines réflexions.

Et l'eau montait toujours , alors ils avaient dû partir.

Ainsi débuta la traversée. Ils avancèrent lentement, dans un silence qui aurait pu sembler pesant si l'Ombre se souciait encore de tels détails, portés par le courant, le soutenant parfois de la force de leurs bras et de leurs jambes; entourés de toute part par cette mer brumeuse, avec comme seul repère temporel le lent naufrage de cette éponge qui, s'imbibant d'eau, s'enfonçait inexorablement, minute après minute, millimètre par millimètre, en direction du fond de ce lac qui pourrait bien être, à terme, leur véritable Destination Finale.

Puis, les choses commencèrent à s'altérer. Les vagues contours de lointaines masses rocheuses se firent plus nets, plus précis, plus consistants. Le courant, quand à lui, s'accéléra, subtilement tout d'abord, puis de plus en plus tangiblement, jusqu'à rendre vaine toute tentative d'infléchir de façon significative leur trajectoire. Enfin, la falaise jaillit de l'océan de brume, fendant le fragile manteau nuageux et s'exposant pleinement à la vue des occupants du radeau improvisé: une immense muraille rocheuse, accidentée et irrégulière, s'étendant aussi loin que portait le regard et précédée de lames granitiques soigneusement aiguisées par le ressac, vers lesquelles ils se dirigeaient à une vitesse qui, à défaut d'être fulgurante, n'en demeurait pas moins largement suffisante pour réduire l'embarcation, et éventuellement l'un ou l'autre de ses occupants, en charpie. Et ce, dans un laps de temps très court et qui, d'ailleurs, se réduisait un peu plus à chaque seconde...

-Je pense qu'il faut nous préparer... Au choc...

...Pertinent...

Le "choc", bien qu'en grande partie absorbée par la ductilité de l'éponge, fût néanmoins largement suffisant pour propulser le poids dérisoire de l'Ombre par dessus les récifs acérés. L'espace d'un instant, le fantôme en état provisoire d'apesanteur eut le loisir d'apercevoir leur persévérante embarcation de fortune, dont seules quelques malheureuses parcelles émergées parvenaient encore et contre toute logique à en maintenir la flottabilité, se faire broyer et réduire en charpie par ces lames rocheuses, pour finalement être englouti par les flots agités. Sans doute Orillion aurait-il pu avoir en cet instant une ultime pensée à l'égard de cette créature qui, quoi que de grotesque manière, leur avait probablement sauvé la vie à deux reprises. Mais il n'en fût rien: d'abord parce que l'Ombre dépressive s'en moquait totalement, et ensuite parce même si cela n'avait pas été le cas, il aurait eu de toute manière plus important à se soucier.

Car voler, pour une Ombre, était somme toute relativement aisé. Atterrir, par contre...

Il n'y eut pas de radeau de fortune, cette fois, pour absorber l'impact de la collision avec un mur hachuré, grisâtre, granitique, et surtout désespérément dur. Ni pour empêcher la chute libre d'un corps brutalement privé de son énergie cinétique vers les eaux déchainés, les pics acérés ou autre destination potentiellement désagréable. Sur ce second point, ce fût donc un hasard surprenant, ou un quelconque instinct tenant sans doute plus du félin que de l'Ombre, qui permit à Orillion de retomber sur ses jambes au bord de l'étroite corniche où était également parvenue à s'agripper sa congénère. Laquelle, après un bref moment de flottement, ne sembla d'ailleurs pas aspirer outre mesure à une inactivité prolongée. se redressant, observant les environs, sa voix couvrit le bruit assourdi du lac tandis qu'elle s'aventura le long de l'un des étroit passage qui semblaient mener vers le sommet ou, du moins, en hauteur (ce qui n'est déjà pas si mal)

-Bon... J'aimerais qu'on file d'ici rapidement pour aller définitivement sur la terre ferme... Je n'ai pas envie de me faire de nouveaux amis...

Nouveaux amis? Instinctivement, le regard d'Orillion suivit celui de sa collègue jusqu'à voir, à son tour le nid dissimulé dans les anfractuosités de la falaise. Il crût un moment avoir mal interprété les paroles de la jeune femme: craignait-elle réellement que trois créatures, principaux prédateurs de la Vallée (bon, d'accord, les deuxièmes, depuis l'hiver) aient à faire face à de vulgaires oiseaux? Certes, il était vrais que, dans leur situation, à peu près n'importe quoi était en mesure de leur poser problème, mais tout de même... A la rigueur, peut-être même ces volatiles pourraient-ils faire office de repas pour la chimère, si tant est que celui-ci puisse s'abaisser à se nourrir de viande autre qu'humaine, ce dont l'Ombre n'était pas certain.

Quand à partir... Orillion était affaibli, fatigué, courbaturé, et son bras gauche semblait avoir peu apprécié le fait d'avoir dû accuser la majeure partie du choc avec la falaise. Mais surtout, il commençait à avoir faim, et se doutait que cette sensation n'irait pas en s'améliorant. Or, il devait reconnaitre que cet endroit, entre autre défauts, était globalement peu fourni en nourriture. Alors oui, ne lui en déplaise, il fallait partir. D'un coups d'œil, le chemin pris par la femme apparaissait comme le plus praticable, et Orillion n'avait nullement l'intention, dans son état, de se compliquer la tâche. Alors, pour l'heure, la meilleure chose à faire était sans doute de suivre le mouvement.

Ainsi, après un dernier soupir, commença-t-il à emboiter lentement et sans conviction le pas à sa congénère. A peine eut-il laborieusement franchi quelques mètres, cependant, que, se ravisant soudain, il effectua un demi-tour et fixa son regard le troisième invité de cette randonnée improvisée, un regard lourdement chargée de cette interrogation qu'il jugea cependant bon de formuler de vive voix:

"Et toi, Chimère?"


Dernière édition par Orillion le Mar 22 Déc - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khiel
Nouvel arrivant
avatar

Nombre de messages : 117
Temps passé à Hollow Dream : 20 ans
Date d'inscription : 03/06/2008

MessageSujet: Re: Est-ce là notre Destination Finale?   Ven 20 Nov - 0:46

[Y_Y désolé du retard, gros gros manque de motivation)

La vie est pleine de surprise. Enfin, peut-on parler de « vie » à la vallée des comateux ? Une chimère, rongée par haine, proie facile aux excès de rage et prédisposée à la colère aurait elle pu ne serait-ce qu’envisager une alliance avec son ennemi de tout temps : l’ombre ? Certes la haine de Khiel était en grande partie dirigée contre les humains, mais dans un cœur de chimère il reste toujours assez de colère pour une autre race.
Pourtant Khiel venait de passer un long séjour sur une île en présence de deux de ses ennemis naturels. Le séjour s’était prolongé par un long périple en mer, et chose surprenante, aucun des trois navigateurs n’avaient agressé l’un de ses compagnons d’infortune. Unis dans l’épreuve ils avaient trouvé un terrain d’entente. L’union fait la force, et de la force il leur avait fallu pour traverser cet océan bleu parsemé de danger.

Le voyage fut rude, mais après quelques jours de navigation la Terre apparut enfin : un brin de réconfort dans ce monde sombre.

Lorsque l’éponge, que Khiel avait nommée secrètement Bob pour une raison inconnue, fut assez proche du récif, la chimère bondit sur un des rochers aiguisés qui formaient une barrière empêchant toute progression à dos d’éponge.
Enfin un sol stable. Il fallait dire que les mouvements balanciers de l’éponge n’avaient rien de reposant.
D’un regard attentif la chimère examina les environs. Ses yeux se posèrent sur des œufs. De la nourriture à porté de main ? Cela faisait plusieurs jours que Khiel n’avait rien à se mettre sous la dent. Bien que son régime alimentaire se résumait essentiellement à de la chaire humaine, le néant qui creusait son estomac le rendait moins difficile.
Khiel s’avança prudemment vers ce repas potentiel. Il se baissa et renifla l’odeur. Un léger bruit émanait de l’intérieur. Il y avait donc quelque chose de vivant là dedans. Hésitant à rompre la coquille, il posa son regard sur Butterfly puis sur Orion.


« Je me demande si la mère de ces choses nous poursuivra si je me régale de sa progéniture »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orillion
Nouvel arrivant
avatar

Nombre de messages : 40
Temps passé à Hollow Dream : Longtemps
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re:Est-ce là notre Destination Finale?   Dim 17 Jan - 13:24

La Chimère semblait, elle aussi, avoir remarqué la présence des œufs. Bien qu'à la réflexion, "remarquer" ne correspondait pas exactement à la réalité, pas plus que "sembler", d'ailleurs; s'étant hissé sur l'un des rochers abritant l'un de ces intrigantes formations, il était pour l'heure occupé à examiner minutieusement celle-ci, s'en rapprochant précautionneusement, observant, écoutant, flairant même, à la manière d'un animal sauvage et curieux. Ce qui, cette fois, correspondait plutôt bien à la réalité. Tandis que les secondes s'écoulaient, Orillion se demanda vaguement s'il l'avait entendu, s'il ne jugeait simplement pas nécessaire de lui répondre ou même s'il n'avait ne serai-t-ce que conscience de sa présence. Enfin, alors que l'Ombre était sur le point de rompre son attente et de tourner les talons, la voix froide et tranchante de la Chimère décida finalement de se faire entendre

« Je me demande si la mère de ces choses nous poursuivra si je me régale de sa progéniture »


Cette semi-interrogation fit planer un volute de perplexité dans l'esprit embrumé de l'Ombre. Que l'un de ses congénères préfère prudemment décider d'éviter une rencontre avec un nombre inconnu de volatiles potentiellement agressifs, cela peut encore être cohérent, quoiqu'Orillion, dans son état actuel, n'en perçoive pas vraiment l'intérêt. Mais qu'une Chimère, avec toutes les implications que comportait ce terme aux yeux d'une Ombre, puisse faire preuve à la fois d'une intelligence suffisante et d'un tel manque de confiance dans ces capacités était pour le moins surprenant.

Et cela signifiait également autre chose: des trois Créatures présentes sur cette falaise, il semblait être le seul à ne se soucier aucunement du possible danger représenté par ces oiseaux. Non pas, d'ailleurs, qu'il ne puisse envisager ou appréhender ce risque, les réflexions de ces collègues l'y ayant de toute manière contraint; simplement, cela lui est égal. Cela signifierait-il qu'il est le plus désespéré des trois, ou bien le plus stupide...

Les deux, sans doute.

"La question, Chimère, dit-il enfin, n'est pas tant "te poursuivrait-elle", mais plutôt "serait-ce en mesure de te poser problème", tu ne crois pas?"

Puis ses réflexions, ou se qui s'en qui s'en rapproche, se ramènent à la créature anonyme à laquelle ses paroles s'adressaient. Pour la première fois depuis son réveil, plusieurs heures auparavant, il se demanda ce qu'il pouvait bien en penser. Clairement plus intelligent qu'une bonne partie de ses congénères, jusqu'à un niveau vraisemblablement proche de l'humainement acceptable, il se comportait cependant d'une manière instinctive, presque bestiale. Mais, en plus de cela et de l'attitude froide et réservée qu'il affichait et qui, en plus d'être parfaitement adaptée à sa situation, était l'une des rares facettes de sa personnalités qu'Orillion comprenait parfaitement, il émanait de lui une implacable quoique passive impression d'assurance, que l'Ombre reconnaissait pour l'avoir déjà rencontrée en de rares reprises lors de son séjour dans la vallée. Et il devine que quel que soit l'identité et le passé de cette Chimère, elle fût et demeure sans doute un chasseur et un adversaire redoutable.

Pensée innocente, étonnamment, pour autant que quelque chose puisse être qualifié d'"innocent" chez une Ombre. Bien plus tôt, pourtant, avant le déluge, nulle doute que sa faim montante aurait poussée Orillion à poursuivre plus loin son raisonnement pour parvenir à l'inévitable conclusion. Mais cet effort de réflexion semble à présent hors de sa portée, tandis que sa faim semble quand à elle, pour l'heure, suffisamment peu pressante pour être maîtrisable. Toujours est-il qu'aucune pensée chimericide ne vient, pour l'instant, perturber son esprit, lequel, privé de ce facteur, ne voit plus vraiment d'intérêt à creuser d'avantage l'épineux problème posé par le comportement de la créature.

"Enfin, fait comme bon te sembles" ajoute-t-il finalement. *Pour ce que cela me concerne...*

Puis, se désintéressant de la situation, il tourna les talons et commença à se diriger sur le sentier emprunté par sa collègue, en direction du sommet de la falaise. Les problèmes et les décisions, après tout, pouvaient sans doute attendre qu'il ait quitté cet abrupt amas rocheux.

Du moins, le supposait-il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Est-ce là notre Destination Finale?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Est-ce là notre Destination Finale?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La quête de l'artefact de résurrection [PAUSE]
» 25/5/2016 Finale de la Coupe Stanley
» La grande finale : Liverpool vs Milan AC
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Notre alimentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hollow Dream :: BOREAL :: La Falaise-
Sauter vers: